> Qu’explose ce ciel

Qu’explose ce ciel

Par | 2018-05-24T21:35:45+00:00 22 décembre 2012|Catégories : Blog|

Qu’explose ce ciel qui refuse de s’ouvrir à nous,
qu’il explose en une fis­sion s’il le faut,
pour que d’elles-mêmes les portes s’ouvrent
sous des signaux de cou­leurs inso­nores –

 

Qu’explose le ciel plu­tôt que la terre,
d’où nous bon­di­rons sur le plan­cher-trem­plin.
les ciels sont faits pour explo­ser : il faut qu’ils sentent
qu’on veut y entrer et mon­ter.

Si Dieu le Père trône au centre en per­sonne,
nous le réchauf­fe­rons en dan­sant avec tous ses anges,
si ce sont des filles avec qui dan­ser,
des filles prêtes à tro­quer flamme contre flamme,
de sorte que les jupes sifflent à l’air
et que s’engendrent des races plus allègres
que nos moroses familles d’ici-bas –

 

Si Dieu le Père trône là au centre,
bros­sant les étoiles de sa barbe
et les météores de ses che­veux,
c’est sans doute qu’il nous attend,
ce pen­sif oublieux.

Gloire à lui d’avoir agi
et décou­vert sou­dain
que vie est exis­tence
non ce qui n’a jamais été qu’absence.

 

Ne nous déce­vons pas mutuel­le­ment à force de ciels clos
et de portes que nous fer­mons nous-mêmes de l’intérieur.
Qu’y frappent nos poings de chair et de fer
à en faire explo­ser l’espace –
bien que Dieu en phi­lo­sophe bonasse aime les chambres
du silence pro­pices à une nou­velle et sage cogi­ta­tion.
Il va sans dire que la mort est une porte qui s’ouvre,
que nul ne peut plus jamais refer­mer –

Ah, puis­sions-nous en savoir un peu davan­tage sur cette nou­velle genèse,
connaître un peu plus l’huissier Dieu,
véné­rable por­tier et cour­tier du cos­mos –

 

Mais il ne peut sup­por­ter la stri­dence métal­lique du « jet »,
ni le gaz tarau­dant les pou­mons qui est à l’intérieur –
phi­lo­sophe bonasse amou­reux du silence
dans les chambres aériennes d’une nou­velle et sage cogi­ta­tion –
cet homme, il a de la bon­té pour toi et pour moi
lorsque nous en dis­tri­buons à tous les autres –

X