> Regard sur les poésies de langues allemandes (3)

Regard sur les poésies de langues allemandes (3)

Par |2018-08-20T01:51:22+00:00 22 septembre 2013|Catégories : Blog|

Betrachtet die Fingerspitzen” von Günter Eich hat mir früh schon Lyrik nahe gebracht. Damit zugleich die Infragestellung des Gewohnten durch spra­chlich-poe­tische Konzentration auf ein­zelne aus­druckss­tarke Bilder. Hier ste­hen sie bei­spiel­haft für schein­bar selbst­verständ­liche Abläufe des tägli­chen Lebens, die jeder­zeit ins Wanken gera­ten kön­nen.

Die Post ent­ge­gen­neh­mend, das Essen, Nahrung allen Lebens in der Ur-Szene zwi­schen Mutter und Kind. Demgegenüber Ratlosigkeit ange­sichts nicht vorher­seh­ba­rer Bedrohung, wäh­rend sich Bequemlichkeit breit­macht und Menschen in Sicherheit wiegt. Und kei­ner­lei Rezept für eine Rettung zu fin­den ist weder im Text noch zwi­schen den Zeilen.

Ein ver­gilbtes Blatt mit dem Gedicht aus mei­ner Schulzeit wan­dert als Lesezeichen durch Lyrikbände auch heu­ti­ger Autoren mit. Und die vir­tuel­len Briefkästen, die Günter Eich noch nicht ken­nen konnte, lau­fen inz­wi­schen über und Gefahr, Infektionen in unvors­tell­ba­rer Dimension zu ver­brei­ten.

                                                                                              Eva-Maria Berg

 

Le poème de Günter Eich “Vérifiez le bout de vos doigts” est l’ un des tout pre­miers poèmes qui m’a fait appro­cher la poé­sie. Par sa manière de ques­tion­ner ce à quoi l’on est habi­tué, et sa concen­tra­tion poe­ti­co-lin­guis­tique sin­gu­lière qui abou­tit ici à des images d’une très puis­sante expres­si­vi­té.

Le poète fait côtoyer l’apparente évi­dence des choses issues de la vie quo­ti­dienne et la pos­si­bi­li­té pour elles de se trou­ver à n’importe quel moment ébran­lées :  à  l’arrivée du cour­rier,  l’absorption d’un mets, la trans­mis­sion de la nour­ri­ture au sein dans cette scène pri­mi­tive qui lie le bébé à sa mère. Face à ces menaces impré­vi­sibles, la per­plexi­té s’installe,  tan­dis que par ailleurs le confort tou­jours crois­sant berce les êtres humains dans l’illusion de la sécu­ri­té. Pourtant rien ici, ni le texte, ni ce qui se joue entre les lignes, ne laisse espé­rer  quelque recette mira­cu­leuse qui per­met­trait d’échapper au dan­ger.

Une feuille jau­nie datant de l’époque de ma sco­la­ri­té et sur laquelle est ins­crit ce poème fait pour moi office de marque page ; elle se pro­mène de recueil poé­tique en recueil poé­tique (y com­pris ceux consa­crés à des auteurs contem­po­rains) . Entre temps les boîtes à lettres vir­tuelles que Günter Eich n’a pas pu connaître se sont mises à débor­der, avec le risque de répandre des infec­tions d’une ampleur inima­gi­nable.

                                              

                                                               Eva-Maria Berg

                                       Traduction Eva-Maria Berg et Brigitte Gyr

X