> Rien ou presque rien

Rien ou presque rien

Par |2018-08-14T10:28:20+00:00 3 avril 2013|Catégories : Blog|

 

En dor­mant mal, je t’ai revu, l’absent.

Tu avais ton visage d’avant la larme nar­ra­tive, balafre éter­nelle sur ta joue gauche, éclai­ré par le sou­rire inté­rieur d’avant l’irréparable, un visage que je n’avais pour­tant jamais connu.

Tu disais : Je ne suis plus rien ou presque rien, je ne peux croire qu’à quelqu’un je manque, y pen­ser, c’est comme se tenir devant les grandes vagues, petit gar­çon crain­tif qui flaire le plai­sir  et qui veut tant, sans avoir réel­le­ment confiance, confiance en le réel.

Tu avais été l’horloger d’une ville en guerre, où j’ai vécu un demi-siècle plus tard. Depuis l’irréparable, les secondes ont ces­sé de tom­ber sépa­ré­ment, elles se tiennent la main et bour­donnent, te ren­dant fou.

Seule au fond d’un verre à pied, la cel­lule de ses souf­frances per­son­nelles, une mouche expi­rait de s’être enivrée d’une goutte rouge.

Malgré l’assortiment de songes qui t’a accom­pa­gné, tu es deve­nu étran­ger à toi-même ; ce n’est qu’une ques­tion de lan­gage : tu sors, tu cours, tu t’accroches aux mâts, tu grimpes, tu plonges, tu rampes, tu te caches, tu te lèves, tu ins­pires et tout à coup l’air n’est plus le même et les mots pour le décrire n’existent plus.

Tu dis­pa­rais et ne renais qu’après avoir appris à par­ler à nou­veau.

S’est super­po­sée à ton image celle de l’ours du zoo japo­nais, l’ours à la blanche cole­rette et au long bâton, qui fait la majo­rette pen­dant des heures, hyp­no­ti­sé par l’illusion qu’il se fait de lui-même. On le prend pour un génie.

Qu’es-tu deve­nu ? L’inventé nous pour­suit dans nos rêves.

 

 

 

Niente o qua­si niente

 

Dormendo male, ti ho rivis­to, assente.

Avevi il vol­to di pri­ma del­la lacri­ma nar­ra­ti­va, l’eterno sfre­gio sul­la guan­cia sinis­tra, illu­mi­na­to dal sor­ri­so inter­iore di pri­ma dell’irreparabile, un vol­to che, pure, non ave­vo mai conos­ciu­to.

Dicevi : io non sono più niente o qua­si niente, non pos­so cre­dere di man­care a qual­cu­no, pen­sar­ci è come stare davan­ti ai caval­lo­ni, bam­bi­no pau­ro­so che fiu­ta il pia­cere e vuole tan­to dal­la vita, sen­za avere dav­ve­ro fidu­cia, fidu­cia nel­la real­tà.

Eri sta­to l’orologiaio di una cit­tà in guer­ra, dove io ho vis­su­to mez­zo seco­lo dopo. Dopo l’irreparabile, i secon­di han­no smes­so di cadere ad uno ad uno : si ten­go­no per mano e ron­za­no, facen­do­ti impaz­zire.

Sola in fon­do ad un calice, cel­la del suo dolore per­so­nale, una mos­ca mori­va, inebria­ta da una goc­cia ros­sa.

Malgrado la schie­ra dei sogni in tua com­pa­gnia, sei diven­ta­to estra­neo a te stes­so. È solo un pro­ble­ma di lin­guag­gio : esci, cor­ri, ti aggrap­pi ai pali, ti arram­pi­chi, ti tuf­fi, stris­ci, ti nas­con­di, ti alzi, ins­pi­ri… e tutt’a un trat­to l’aria non è più la stes­sa, e le parole per dir­la non ci sono più.

Svanisci e rinas­ci solo dopo avere appre­so nuo­va­mente a par­lare.

Alla tua imma­gine si è sovrap­pos­ta quel­la dell’orso del­lo zoo giap­po­nese, l’orso dal bian­co col­lare e dal lun­go bas­tone, che gio­ca per ore a fare la majo­rette, ipno­tiz­za­to dall’idea che si fa di se stes­so. Lo cre­do­no un genio.

Che cosa sei diven­ta­to ? L’inventato ci insegue nei sogni.

 

 

(Traduzione di Carlo Gazzelli)

Questa poe­sia è pub­bli­ca­ta nel qua­der­no inter­na­zio­nale di tra­du­zione poe­ti­ca
Traduzionetradizione, nume­ro 7, 2012 (reda­zion : Claudia Azzola).
http://​www​.tra​du​zio​ne​tra​di​zione​.com/

 

X