> Roland Tixier, Saisons régulières

Roland Tixier, Saisons régulières

Par | 2018-02-21T15:59:32+00:00 6 décembre 2014|Catégories : Critiques|

 

     Il y plu­sieurs manières d’être poète. Il y a celle – « pro­saïque » – du chro­ni­queur de cette  « vie ordi­naire » chère à Georges Perros. Et c’est bien le cas de Roland Tixier, comme l’atteste son der­nier recueil. Poète, donc, dans cette tra­ver­sée des jours et des sai­sons qu’il effec­tue sur le mode des haï­kus, dans la fidé­li­té impli­cite à cette défi­ni­tion qu’en don­nait le grand maître Bashô : « Dire ce qui arrive à un moment don­né, à un endroit don­né ».    

     Pour Roland Tixier, qui rédige des ter­cets, sans les nom­mer for­cé­ment haï­kus, l’humeur des jours trans­pire dans la res­pi­ra­tion de cette ville qu’il arpente en mar­chant ou qu’il tra­verse en bus. Constamment aux aguets, il sait sai­sir au vol ces ins­tants qui donnent par­fois à la vie une colo­ra­tion si par­ti­cu­lière.

 

      un sac craque dans le bus
      tout le monde à la joie
      de ramas­ser des pommes

 

     Superbe haï­ku, dont le poète François de Cornière sou­ligne la finesse dans son avant-pro­pos à l’ouvrage.

     L’écriture de Roland Tixier, en effet, est cha­leu­reuse, humaine. Elle dit la vie, les gens.

 

        mar­ché du jeu­di
        le ven­deur de légumes crie
        « c’est gra­tuit jusqu’à la caisse »

 

     Cette empa­thie n’exclut pas les fron­ce­ments de sour­cils dans ce regard cri­tique qu’il a sur le monde comme il va. Mais tou­jours à mots comp­tés. Sans lour­deur.

 

        same­di en ville
         les uni­formes noirs
         des jeunes filles d’aujourd’hui

 

    Ou encore ceci :

 

         devant le Crédit Mutuel
         l’accordéoniste las
         le jour qui ne tombe pas

 

   Roland Tixier voit bien que notre époque ne tourne pas rond. Une cer­taine nos­tal­gie pointe (nor­mal à 68 ans).

 

     jadis au temps de l’enfance
     il suf­fi­sait de peu
     une ardoise   une éponge

     aujourd’hui encore
     le recours ras­su­rant
     aux chants gré­go­riens

 

     La patine du temps (ce sabi cher aux auteurs japo­nais de haï­ku) est  donc un mar­queur impor­tant de son recueil. Elle se révèle – avec quelle acui­té – dans l’évocation de proches dis­pa­rus :

 

      mon père n’est plus
      il répa­rait cepen­dant
      montres pen­dules et hor­loges

 

Parler avec amour, mais aus­si déta­che­ment, de ces choses qui vous serrent le cœur. C’est le talent qu’exprime ici Roland Tixier. L’humour l’aide à tra­ver­ser les « sai­sons régu­lières » et même à envi­sa­ger serei­ne­ment sa propre dis­pa­ri­tion.

 

     mes cendres vole­ront
     dans la jar­din du sou­ve­nir
     à l’est du péri­phé­rique

 

François de Cornière a rai­son de le dire. Roland Tixier : « C’est un poète comme je les aime ».

 

                                                                                               

 

 

 

Sommaires