> Sales bêtes

Sales bêtes

Par |2018-08-18T16:51:23+00:00 22 mars 2013|Catégories : Blog|

 

Animaux en sucre, petits ani­maux de tout repos, même les loups sont her­bi­vores. Gentil Dalléas, t’es l’ami des bêtes. Moi, je connais que la sale bête, je la fré­quente pas, je la recherche pas, faut l’avouer, mais elle se pointe quand même, toute seule et spon­ta­née. Elle vient se frot­ter à ma veste avant de me faire quelque salo­pe­rie, elle me choi­sit. Note bien que la sale bête, on ne la décou­rage pas comme il fau­drait, on ne la repousse pas, on l’admire bien au fond, on la trouve ori­gi­nale, auda­cieuse, ado­rable. La sale bête a du carac­tère, c’est connu, elle ne se laisse pas mar­cher sur les pieds. Elle s’avance avec son cri spé­ci­fique, son mufle, son bec, sa corne, et l’on se récrie, qu’elle est drôle, ma foi. Ou même on se pro­mène dans un tapis cra­quant de sales bêtes plates qui ouvrent des mâchoires de cin­quante cen­ti­mètres, et font clac à un doigt de vos mol­lets. Ô cares­ser la toi­son écailleuse des dan­ge­reuses bêtes, quand la famille devient mono­tone, qu’en dis-tu, ma fille ? 

X