> séminaire Théories et didactiques de la littérature : une question de voix

séminaire Théories et didactiques de la littérature : une question de voix

Par | 2018-02-22T06:02:31+00:00 24 septembre 2013|Catégories : Blog|

Dans le cadre du sémi­naire

Théories et didac­tiques de la lit­té­ra­ture : une ques­tion de voix

ani­mé par Serge Martin                         à la  Sorbonne Nouvelle Paris 3
Lundi 30 sep­tembre de 12h30 à 14h30

salle M, 3e étage            au 46, rue Saint-Jacques (dépar­te­ment de fran­çais langue étran­gère)

ren­contre ouverte avec

Jean-Luc Parant, "Le voyage immo­bile", 2004/​2012, 32215 boules en terre crue et bateau en bois, dimen­sions variables. Photo : © Jacqueline Salmon

Jean-Luc Parant

Né à Tunis en 1944, écri­vain et sculp­teur. Vit en Normandie.

Il se dit « Fabriquant de boules et de textes sur les yeux ».

Il déclare : « Je suis la copie de mes deux parents mais aus­si la copie de tous ceux qui m’ont por­té en eux avant ma nais­sance. Je sens que je ne suis pas seul en moi, qu’un autre, que d’autres que moi voient à ma place, du même endroit où je suis. Je vois mais d’autres voient ce que je vois que je ne vois pas. Ils voient mais rien ne se voit de ce qu’ils voient. La vue ne laisse jamais de traces. Tout peut être vu par mille autres à la fois sans que cela se voie.
Quand nous pour­rons tout tra­cer avec les yeux, tout peindre et tout des­si­ner avec eux, l’art appar­tien­dra à tous. Seules nos mains sont les copieuses qui repro­duisent tout ce qui nous entoure jusqu’à nous repro­duire nous-mêmes.
Si je suis la copie des autres par leurs mains, je suis en même temps l’original de moi-même par mes yeux. »



Il a publié plus de cent livres dont Les Yeux aux édi­tions Corti en 2002 et réa­li­sé de très nom­breuses expo­si­tions et per­for­mances.

Sommaires