> Sonetto

Sonetto

Par | 2018-02-20T02:21:11+00:00 9 février 2013|Catégories : Blog|

 

Queste nuvole ariose di set­tembre
can­dide e insieme con un cen­no d’ombra
e immo­bi­li o migran­ti per l’azzurro
e tan­to spa­zio intor­no e tan­to cie­lo
 

e ques­to ven­to poco più che un’aura,
che viene da lon­ta­no e va lon­ta­no
e fa l’andare sen­za peso d’uomo :
e ogni pas­so un’orma d’infinito :
 

è la tem­pe­rie, ques­ta, che mi è data,
l’età pre­ci­sa che sen­to d’avere

 

Remo Fasani,

mar­zo 2011[1].

 

Ces nuages vapo­reux de sep­tembre
et pur éclat tra­ver­sé d’ombre
immo­biles ou cou­rant dans l’azur
bai­gnés de tant d’espace et de ciel vaste
 

et ce vent à peine plus qu’une brise
qui vient de loin et va au loin
et avance sans poids humain ;
et chaque pas sa traîne d’infini :
 

c’est cela qui m’est don­né, ce cli­mat
et l’âge pré­cis que je sens en moi

Poème tra­duit par Christophe Carraud


[1] Texte publié dans Bloc-notes, 61, numé­ro daté de juin 2011, mais publié en sep­tembre, p. 37. Je remer­cie M. Jean-Jacques Marchand d’avoir auto­ri­sé la reprise, ici, de ce poème.

 

Sommaires