> Sous nos yeux

Sous nos yeux

Par | 2018-05-22T21:52:00+00:00 28 juin 2017|Catégories : Blog|

 

 

Sous nos yeux

 

Le ciel presque trans­pa­rent, bleu
man­ga­nèse satu­ré. Venteux et froid.
Une ligne jaune côtoie une ligne noire,
la che­mi­née sur le toit une ligne jaune
der­rière le sor­bier sur Horatio.
Quartiers équar­ris de chair rose pen­dant
dans la bou­tique.  Poissons, apla­tis, cuivre,
têtes tran­chées. L'idée c'est de por­ter
les pro­fon­deurs à la sur­face, d'élever
l'expérience sen­suelle en dis­cours
et en contrat social. Des rubans de fumée
figurent le quai, une flotte de voi­liers
bat­tus par l'onde verte du fleuve.
Par écrit, je veux dire fait, par fait je veux dire sen­ti ;
choses cachées, som­meil suave des cou­leurs.
Ainsi tu seras, peut-être à juste titre,
ren­voyée pour ça, une mora­li­té du voir,  
par des­sus le mar­ché.  Qui par­mi les idéa­listes
refu­se­ra de s'asseoir dans le cercle pri­vé,
de tro­quer sa culture contre des affaires juteuses ?
En voi­ci un souf­frant d'hypertension aigüe
prêt à faire explo­ser la pompe du ten­sio­mètre,
il y a le genre dont l'involution
hal­lu­ci­na­toire de l'histoire des tri­bus
est per­son­na­li­sée. Mon grand-père ?
Il n'a jamais dis­cu­té quant à savoir où a com­mence
l'histoire du Liban, si l'enfant prince avait été confié
clan­des­ti­ne­ment par sa mère à une famille catho­lique
dans la Montagne où il pas­sa son enfance
dans la reli­gion de son père, un Druse,
la secte la plus secrète de l'Islam.
Je rece­vais les nou­velles de Jérusalem―
l'événement radio de Beyrouth Est, le dan­seur
ondu­lant aux sons des explo­sions
à l'extérieur du stu­dio. L'avenir n'est pas l'Afrique
mon pote, et l'Europe est une pénin­sule de l'Asie
et ton Amérique une inven­tion de l'Europe,
il se mar­rait, le jour­na­liste, le doigt
levé. Pour autant, l'intelligence de la rue
n'a-t-elle plus d’importance ? Salles d'attente, centres com­mer­ciaux,
après tout, humeurs et émo­tions vacantes.
Et aucun démen­ti ne m'a effleu­ré l’esprit.
J'étais, je l'admets, plus ten­du que
je ne le pen­sais à l'époque. Bien plus déter­mi­né.
Des frag­ments rouges et argent dans l'air,
des cas­cades de fonte brute subli­mée.
Le lan­gage plus dis­cur­sif, une expres­sion plus
séquen­tielle, et je la confir­mais.
L'ancien ago­ni­sant. Le nou­veau pas encore né ? L'ancien,
le nou­veau, tu parles, apho­risme d'Henry Ford
en 22. Commencez par fabri­quer les voi­tures. Les routes
sui­vront. Modes de pro­duc­tion créés
d'eux-mêmes. Le pro­cé­dé marche
de lui-même. Des images et des sons
dia­phanes et actuels, appré­hen­dés, mais la poé­sie
je sais de quoi je parle. L'acte de for­mer
un lan­gage ima­gi­né résis­tant à l'humiliation.
Marrons et rouges pâlis­sant, une lueur bor­deaux,
la tris­tesse et l'éclat, glo­ri­fiés.
Les voix sont des digues car­bo­ni­sées, odeur
de bra­sier et de graisse. Le pur méta­mor­phique
afflux des sens, exac­te­ment comme tu l'avais
pré­dit. Le cré­pus­cule doux et sub­til
que seul sent  celui qui le porte en lui, écla­té en angles,
qu'il vaut mieux tenir pour soi. Pour le moment
tenons-nous en à ce que nous avons sous nos yeux.

 

 

Poème extrait du recueil Sous nos yeux (Trad. C. Pierre-Bon, Editions Pétra, 2015)

 

*

 

 

X