> Spams

Spams

Par |2018-10-16T20:46:40+00:00 24 août 2015|Catégories : Blog|

 

Spams.

 

1.       chers

                        amis

            avons vu pas­ser

            beau­coup d'âges d'or

                        chers

            amis

 

            cou­sus au zoo

            des élé­gies modernes et

            ratées /​ contem­po­raines des

            zozos à longue vie

 

            vivre mieux vivre mieux

            vivre long long long

            comme /​ comme un

            vrai n°21

 

                        21 grâces 

                        une pin­cée de réjouis­sances

                        sur les morts à

                        longue-vue

            nous

            je dis nous sommes

            nés sommes d'ennuis

            ban­quaux c'est

            bin­go pour la fatigue se

            trai­ner à deux pattes plus loin bien plus

            long­temps

                                   que les n°19 ou n°16 ou

                                   n°14 (quand sévis­sait            

                                   la peste noire) et même n°20 (mais

                                   seule­ment

                                   tzi­ganes

                                   juifs

                                   pédés

                                   chi­nois

                                   kou­laks

                                   maçons

                                   et quelques autres

                                   mal­chan­ceux pas

                                   vei­nards – et armé­niens ça

                                   c'est impor­tant il y a

                                   une loi – et

                                   bon ils ont bien

                                   souf­fert /​ les recettes

                                   se sont per­dues)

            le peuple des

            cri­quets il a

            bien souf­fert il en      

            pro­fite main­te­nant

            qu'un poème ne fait ni

            vivre ni

            mou­rir Bienvenus

            aux n°21 Bienvenus (!)

 

2.         va-t-en la souillarde va

            consu­mer ses plumes comme

            Icariot notre pater écar­té

            sur un che­va­let sans

            pin­ceau déra­pé le pin­ceau

            déra­pé et mau­dit

 

            va-t-en

                        l'homme a même oublié

                        le savoir de la mort

                        il ne sacri­fie plus

            va-t-en

                        Christ-drone ne boit ni

                        vin ni ne mange pain et

                        soif d'électricité et d'eau

                        noire le ronge

            va-t-en

                        le bien est venu

                        le bien ter­rible qui

                        arrache tripes et pulpe

                        à la bouche et au nez             

            va-t-en

                        même les vol­cans n'osent

                        trou­bler le som­meil

                        des hon­nêtes et bons

                        et braves indi­vi­dus /​

                        race d'aviateurs race

                        per­due à la mort per­du

                        l'équilibre des vivants (!)

            va-t-en

                        les amis n'ont pas

                        décol­lé les amis n'ont

                        pas d'ailes les amis

                        rampent sur le crou­ton

                        et se grattent la tête

                        pen­sifs pen­sifs mes

                        chers

                                   amis

            va-t-en

                        sen­tir le savon tout

                        sent l'hôpital et le fil

                        ten­du presque raz au clos

                        de la nuit ne veut pas se

                        rompre le bâtard

                        de fil ne veut pas

            va-t-en

                        dans les tombes

                        sala­man­drines recueille

                        toi tes mânes et tes dieux

                        c'est un talis­man lézar­dé

                        comme une écorce d'arbre comme

                        les arbres à la sève

                        cor­sée la sève par

                        chair et racines dans

                        les tombes

            va-t-en

                        car ici c'est l'extase si

                        le bras est de chair

                        on dode­line et baillons

                        les bouches gavées de cailloux

                        roses comme mondes

            va-t-en

                        car ici c'est rire fausse 

                        et grande misère de

                        souf­france grande

                        misère de morts

                        absents et de joie

            va-t-en

                        car c'est ici l'ordalie

                        du nom bre­douille et

                        pagaïe du nom

                        bègue

 

3.         on nous évente on

            gueule les nou­velles du

            jour

                        oh règne vif

                        des sai­sons lyriques

                        à l'opéra Magnificat

                        pari­sien des balais à

                        merde

les écor­chés    

c'est nous et notre règne        

d'ignorance

                        oh le sang       

                        d'encre ver­si­fié

                        dans les égouts aux grilles

                        des mai­sons bour­geoises Neuilly

                        Neuilly (!) Asnières brûle

                        et se lamente du sang

                        ver­sé

pays à la pers­pec­tive peu­plée

d'endormis à demi

som­meil trouble le

som­meil de ceux

là ves­sie trop lourde pour le repos

et mor­dillent nos

mol­lets mal

arqués

            c'est l'arc démem­bré d'Est

            et l'Ukraine

            sombre d'étincelles recluses

            en pous­sière

c'est l'arc

impos­sible des mots

pour dire la pré­sence

et les morts sont seuls à

psal­mo­dier des can­tiques

désor­mais        la mer morte s'est

                        éten­due jus­qu'

                        aux intimes replis du

                        som­meil qui   

                        vague à vague rince

                        mémoire et

                        morale publique

            infecte et

            non­cha­lante je suis

            rece­leur

            des jeunes pousses de bam­bou

            sor­ties du par­quet ciré de l'opéra

            (bal­le­rines de Degas de lune

            et de swing)

                        bal­le­rine

                        tes lèvres mâchent le brume

                        et ton rire éclot sur ma bouche

                        comme l'eau dans un cris­tal –

                        midi se par­tage bien tôt dans tes yeux

                                   dans tes mailles de feu

                                   fendent les ors gri­sés jaune vin

                                   lèvres à la liqueur

                                   sucrée – peut-être

                                   leur goût m'est incon­nu comme dieu

                                   comme dieu tu donnes l'absent

                                   et son absence la tige sans

                                   pétales tu donnes sans

                                   don­ner

            tu es du chant l'univers

            et le centre le soleil

            se levant aux hori­zons tes mains

                                   brûlent d'extases l'horloge

                                   de lumière sonne

                                   ton règne mil­lé­naire

 

4.         la claire de sol roule sous la table

            et roule son dos sol accou­dé

                        sur table pas

                        un cri pas un ré

                        juste ver­tige et tendre te sai­sit

                        toi

                        dan­sée dans le creux cou­pole

                        aux lèvres buste cour­bé tête

                        ren­ver­sée tu bas­cules

                        et tu ris

                                   (che­min le plus pur

                                   de tes lèvres

                                   à mes lèvres)

            pour te prendre et

            mou­rir et

            (brame le monde sous

            mes sou­pirs pleur­ni­chards)

            te gra­ver sur le front

            ton nom les anciens

            Juifs le fai­saient

            mais

                        le bègue blan­chi à la crête

                        des espaces mou­vants

                        prit son cor

                        et son­na la retraite

 

                        j'ai été au bord du grand secret

                        dira-t-il d'une vacille bla­farde

                        mais l'os

                        qui fai­sait pont s'est

                        bri­sé d'un

                        soc et la rose terre

                        fut

                        brû­lée entre deux

                        siècles qui

                        ser­vi­ront aux hérons

                        sau­vages d'envol

                        et de ramage

 

5.         mais

            il est

            empê­ché

 

                        la garce poé­tique

                        ne fait jour /​ nuit

                        qu'en jeu futile et

                        ado­ra­teur du sens

                        unique cycle qui

                        contente les médiocres

                        et l'amateur de lois et

                        de décrets

                          /​         /​          

                        don­nez-moi au Grand

                        Voyageur don­nez-moi

                        des clous pour mes vers

                        je n'aime rien tant mon

                        cœur que la mitraille et

                        les clous

                                   les clous pour châ­trer

                                   les tours des eunuques démo-

                                   crates

            et les

            ful­gu­rances aus­si

            de la zone /​ chers

            zonards mes amis

            babillards du monde au cœur

            du monde

                            je vous connais à

                            Babi Yar /​ sol fer­ti­li­sé

                            par tant de boyaux ser­pen­tins

                            de chair vive dou­leur

                            pleine du silence de

                            la forêt orgueilleux

                            silence des corps

                            que l'on a for­cé

                            comme un secret

c'est moi

dans la famine de

Kharkov à tra­quer

un bout de cuir et

mâchon­nant le ventre

aphone

            c'est moi Babi

            Yaroslav grand prince de

            Kiev /​ sage aux mille et

                        trois che­veux qui fleuvent

                        et plainent –

                        taï­gisent l'humus du

                        bou­leau sibé­rien – trom­pet­tiste

                        étour­di – ens­teppent 

                        et mon­tagnent de

                        Leningrad l'embaumée

                        aux îlots bri­dés du

                        Kamchatka /​

            au milieu des pins

            secoués par le Dniepr au

            nom­breuses rous­sal­kas

            gar­dien des char­niers et

            des sque­lettes

            nomades pio­chant aux côtés de Yahvé la terre

            morose des hivers ukrai­niens

            célèbre lacé­rée célèbre le

            sang comme celui d'un

            hom­mage viril et

            païen

                       

6.         car les

mots ne sont que

rom­pus et sableuse éten­due léchée

par une eau d'oubliettes et

de rési­dus (loin les tor­peurs de

l'océan qui essaime en peurs au

rivage)

et de vio­lence gran­di­lo­quente

et de pogroms nau­fra­gés

en rico­chets et

caillots

                       

c'est que je suis un mau­vais

paro­lier et

à qui veut par­ler

il n'est pas per­mis

 

7.         assez de voix vareuses

comme des petits pico­te­ments

sur les bras

vive décembre cra­pu­leux

et canaille (!)

            sur le place aux gre­lots Chosta-

            kovitch gre­lot­tant on se dit

            Entre 1905 et 1917 l'impair

            cla­ve­cin et sa méca­nique

            a joué bien des tours

            aux non-nés

                                    et tintent les

                                   gre­lots des troï­kas

                                   poli­tiques

                        tu n'es

                        pas sage Dmitri

                        tes chan­sons paillardes sont

                        marches mili­taires

                        ou Haydn que tu

                        glisses sym­pho­nique frère (!)

                        frère (!) allons dan­ser

                        le fox-trot ou

                        le tahi­ti juice (!)

sur la place

rouge fané allons vio­lons

de l'infamie son­ner à mes oreilles

une der­nière fois ! pitié /​ pitié

                               pour mes échos à mon

                               détour (!)

            dans les bras

            de la sur­di­té me repo­ser

            une fois /​ une fois /​ pitié !

                        après toi

                        se cre­ver les tym­pans et

                        mou­rir moi­gnon déchi­que­té /​

                        chi­cot jaune-fau­cille /​

                        le vio­lon

                        entre deux cuisses

et pour­quoi moi

ma voix ne me fera ni vivre ni

mou­rir ? pour­quoi ?

chaque note est

der­nière res­pi­ra­tion – mes mots ne sont rien

                                   que des bau­druches de paille /​

                                   j'ai ten­té oui

                                   j'ai ten­té d'y foutre le feu

                                   tout était mouillé

 

8.         pas un flam­boie­ment

Dmitri pas même

une putain de flam­miole ni

flam­mèche apeu­rée

fait ron­ron doux

ron­ron du feu et 

cha­leur et

lumière n'est-ce pas ça

que cherche l'homme

 

9.         moi-même pris

            dans la toile mes purs onglets

            très haut dédiant leur onyx

            à l'hapax

                          tape

                          ta pine

                          contre mon con

                          me chan­taient les sirènes

                          dans le chant de la nuit /​

                          mélo­pée per­sane comp­tine

                          oublieuse (nous le trans­cri­vons

                          ici en VF mes sirènes n'étant

                          pas poly­glottes)

l'icône avec son sale

regard

            d'insecte fixe

            triste moi

            miaule-moi

            miaule-moi (!)

            dans la sou­coupe

            volante de Varèse avec

            tur­bines et réac­teurs

            allu­més au-des­sus du

            grand vide      usines /​ sirènes

            grand désert    d'usines sonnent comme

            en quatre         les cloches du

            épi­sodes          pays

……………………. … …. ……….

 

            les autres portent leur

            cloaque inver­sé à bout

            de sang et

            de chiasse c'est

            qu'on en verse des

            mômes

                        dans les dra­pés

                        cré­cu­les­cents de l'aurore comme

                        un début de quelque chose tinte 

                        peut-être (?)    fare­well fare­well

                                               cou­lés sur l'icône /​ lave ou

                                               larme encroû­tée

                                               de prières sèches

            les hauts-par­leurs

            pro­clament le cor­tège

            nup­tiale des saintes le

            cul en rond la peur

            qui mousse à l'oeillet 

                               /​

            Icône tombe et engour­dis-toi !

            chante pour un homme qui voit

            main­te­nant les choses invi­sibles !

            ils sont méchants ils sont méchants

            ceux qui ont tour­né leurs yeux en dedans

            n'ayant trou­vé que sable humide et

            maré­cages bruns car le crabe embro­ché

            tremble le crabe a trem­blé

            de paroles lourdes et

            insup­por­tables

                        mes lèvres retiennent des flots

                        ma bouche est une fosse

                        scep­tique

            entends les souf­frances d'un jeune noc­turne !

            entends celui qui a bu l'eau de mains non lavées !

            entends je dis da ! je dis des das à ta dou­leur

            je dis da !

                        mes apôtres marchent au pas de l'oie

                        boi­teux boi­teux pous­sant

                        des brouettes et por­tant

                        de grands sacs de toile sur

                        le dos /​ et de grands masques sur

                        le visage ce sont

                        des trou­ba­dours nou­veaux et

                        ser­viles

            ils débarquent off­shores 

            par car­gos entiers en sif­flo­tant

            du Wagner et

            nous accablent de démo­cra­tures

            cei­gnant les têtes cou­ronnes

            d'épines new-age

                        grande fier­té

                        très grande fier­té

                        d'être Sioux piou-piou

                        aux plumes rapié­cées

                        des Grecs

 

10.       les comme il faut les

phi­lis­tins vul­gaires les

les glabres effé­mi­nés et glai­reux

les Buvards urbains les

Pécuniers pan­sifs tous

com­mu­nient tous

sont com­mu­nards

aux abords des landes offus­quées

            de béton et

            fris­son­nantes sous

            les ponts à rebours

            des che­mins

cam­pagnes révul­sées en

com­pa­gnies de grand

che­min

ban­dits

au centre frois­sé

gar­diens

du tom­beau du

tom­beau pro­fond

quatre jeunes

filles sont assises

(une comp­tine

joyeuse les berce qui

chante l'eau du Dniepr) et

cousent et

brodent des tenues

de fête pour le prin­temps

car il va bien­tôt fal­loir se

se marier et

se dou­loir jusqu'au

tom­beau

            et l'eau du Dniepr

            sou­lève les conso­la­tions

            de l'automne prince

            de cuivres déchus et

            nar­quois ain­si

            le sage cosaque

            des contes de quand

            j'étais enfant

            moque constel­lé

            de rires de glou­glous de

            noyades les jeu­nesses

                          /​

            là comme auprès d'un

            ami les jeu­nesses ébau­chées

            dans les champs où le blé

            se courbe et char­rie les joies

            mono­tones le blé

            qu'elles affligent de sif­flets et

            de bour­dons s'émeut

            et les fait reines

 

11.       (petit inter­lude : mar­chant

sur la pointe des pieds il

s'approcha du fri­gi­daire

l'ouvrit et y trou­va

un fœtus conge­lé

ou deux – sa vue

bais­sait ain­si que ses

capa­ci­tés en cal­cul men­tal)

 

            on s'écriera que ce n'est

            pas de la poé­sie s'il reste quelqu'un

            pour crier s'il reste un

            lec­teur même un mau­vais un

            aigri un petit

            bour­geois un peu bor­né un

            doxo­graphe à trois pattes

            rien que ça rien qu'un

            rési­du d'intelligence un

            pas curieux même un pas

            curieux je prends je prends

            tout les avides les bons

            vivants les imbus les

            ubus les agi­tés 

            du dra­peau de l'hymne les

            fâcheux les fâchés les pro­cu­reurs

            de l'affiche révo­lu­tion­naire

            les abru­tis les abru­tis du bon­heur

            facile les démo­crates même

            un démo­crate même

            lui je l'aimerai comme

            on aime un com­plice

 

12.       ça /​ n'est-ce pas une belle

image ça ?

                  /​

            un pyja­ma la recouvre

            à moi­tié

            son sein gauche est la proie leste

            de la soie

            et son sein droit trempe à l'écart

            dans le jus des nuits

            et du tabac

                   /​

            oh oui oh

            oui applau­dis­sons les

            emmu­rés ah c'est notre siècle jeune

            siècle où les claus­tro­phobes construisent des

            murs bra­vo bra­vo (!) fier­té

            ché­rie j'aboie ton nom sous

            chaque pierre

            (notre métier est un dur

            métier il faut don­ner des images

            aux gens comme sous

            Pétain le Bref /​ et trin­quer

            à leur san­té Na zdo­ro­via na na

            na na /​ et tirer la langue /​ et

            des bouf­fons il en faut aus­si

            n'est-ce pas (?) /​ il y a

            dans l'air

            un amour de Moyen-Âge)

 

13.       je est

  1.  

    14.       bar­bu (angel­hea­ded bur­ning) gloire

    gloire au mou­jik

                riche aux as c'est lui

                le simple d'esprit qui harangue nos

                nou­veaux Boris meur­triers et

                bar­bus /​ grâce divine du

                poil récon­ci­liant les imbé­ciles

                dans le fran­glais des vain­queurs

                (mais une sagesse per­due

                sauf pour quelques-uns

                nous enseigne /​ nous

                les mômes du monde plat les

                avor­tés les mômes du déver­se­ment /​ qu'il est

                ter­rible de refu­ser

                l'oracle de sa propre défaite

                aux portes du vain­cu)

     

    15.       rien ne … rien non

                plus sur le trot­toir les

                jupes sans doute l'odeur

                d'un rosaire /​ Marie Marie

                nous te prions avec trois

                doigts un je-ne-sais …

               

                c'est mer­cre­di c'est jour

                de sacre et de cruau­té           

                le prin­temps lorgne ses 

                tor­sades éro­tiques et

                larmes tor­dues et gris

                perle un ciel de cha­grins

                torves sous un regard et sent

                ren­du à la lumière

                            dans son offrande de comé­dien lui

                            hié­ro­glyphe tou­jours hagard

                            tou­jours tra­cé en ce 

                            qu'il trace

                tout doux tout doux

                les cendres ah

                ah ah la souf­france du signe

                aveugle et bleu /​

                est adve­nu pour­tant un

                nou­vel amour sans la chair

                à feuille­ter mon papier jau­ni

                comme un ongle caresse /​ oh

                nou­vel amour toré­ro les

                cafés tringlent les bis­tros

                je désire toi la mort

                comme pré­sent pour

                mon cou­rage car renais­sance (!)

                            renais­sance ! tout

                            renaît

                et je refuse

     

    16.       la nit­che­vo en 3/​8      

                            /​

                mor­telle sans papier pour

                sou­ve­nance passe

                passe en boucle à Madrid mon amour

                sor­cier dans les barres vides vite

                vite

                            les bolé­ros d'Europe meurent

                            dans les halls en grappes de

                            de zig­zags (silences noirs par­fois

                            coquets) /​ venez donc voir notre boîte

                            à musique TOUT MOZART ET

                            TOUT WEBER

                                       (c'est un men­songe

                                       publi­ci­taire bien enten­du –

                                       aux amou­reux des réver­bères

                                       nous disons ouaf)

                            et les mesures d'opales aus­traux

                            pendent lourdes aux lobes

                            des Vieilles Dames

                                           /​

                            (prin­cesses naguère des eaux

                            daguerr(é)otypées avant flash

                            éblouies d'oublier déso-

                            lé dit-il fumant frais son hash –

                            nous dirions « shit »

                            mais c'est moins chic)

                                             /​

                            d'un vert trans­lu­cide fine­ment

                            alu­mi­nées /​ et l'oreille du pre­mier

                            vio­lon pend pend pend /​ les hélices se font

                            disons plus mes­ser­sch­mit­téenne d'un vert

                            opaque

                                       et gris-hlm       (roses are grey

                                                                vio­lets are grey

                                                                I am a dog)

    pan pan pan                pan      pan

    la grappe éclate 

    sous le pen­dule des

    Bourses                  chante la colère et

                                   la nuit ne s'incline plus et       

                                   ne se retire plus /​ et fait le deuil

                                   des ros­si­gnols

                et s'efface

                et pour­tant

                pour­tant ne res­plen­dit

                pas dans son effa­ce­ment /​

                pri­maire mois­son        cueillie dans son sang

                                                   d'ombre comme encre

                                                   (arti­fi­cielle sur écran)

                ma nuit

     

    17.       il faut assez d'obscurités pour se nuer 

                dans la négli­gence du mot

                presque hum­ble­ment   

     

    18.                   ubi manus ibi

                            dolor

     

    19.       mes mains rivés au monde

                irriguent en leurs lignes claires

                obs­cures le deuil avé­ré dans sa dou­leur à

                ver­si­fier

     

                et dans l'aubade silen­cieuse

                des accou­che­ments 

               

                je ne suis que sage-femme

                ser­vile et 

     

    20.       et colé­rique j'opacifie

                les allées qu'emprunte la lumière

                car j'abats-jours et leur clar­tés comme

                à regret /​

                exha­lant les nuits très noires et

                les grands bûchers dans des mimiques de

                nour­ris­son

               

    21.       j'écris pour le tiroir

                (à désir errant)

 

X