> Stations d’Al Hallaj

Stations d’Al Hallaj

Par |2018-08-15T05:56:23+00:00 21 juin 2013|Catégories : Blog|

Chaque sta­tion a son pré­sent propre
une par­tie ima­gi­nable
l’autre non

Alors l’étranger est entré dans le
désert et l’a tra­ver­sé
debout il a tout embras­sé

Il n’a rien trou­vé de
fami­lier ou utile
sur la mon­tagne ou sur la plaine

 

 

1. manières (adab)

 

c'est quoi cette manière
je veux dire matière

que tu affiches debout
là dans le désert ?

sors tes mains
des poches

le désert n'a pas de manières
mais beau­coup de poches

cela n’excuse pas
ton manque de savoir-faire

quand il s’agit de par­ta­ger
cette  der­nière pin­cée de

sable chaud et mica
filoches cachées

dans les poches
de ton cœur

 

 

2. crainte (rahab)

la crainte est dans l’ébahissement
quand tu le vois

il t’effraie
là où il est le non visible

dont tu sembles vou­loir prendre soin
quand bien même

cela te lacère d'affronter
la crainte qui n'est pas

dans la chose ni la chose même
mais entre les deux

c’est la rela­tion un
nous pos­sible

 

 

3. fatigue (nasab)

las­si­tude du siècle
com­men­çant, plonge dans
cette fatigue, laisse-la

arron­dir tous les bords trop
éner­vés, défais le nœud
irise le cœur

safran, puise cou­rage dans foie
& joie, aucun san­glot mais
réin­vente le hamac,

agis en lan­gueur quand
tu glisses sous
la tente, oh Cheikh.

 

 

4. recherche (talab)

il y a confu­sion à l’intérieur d’
une époque les termes
sont demandes sur
la table.

que sera sera. les éti­quettes scé­lé­rates
sont très deman­dées
rési­gna­tion équi­vaut recherche.
désire.

exa­mine tes mots pour le con
de la fusion. fais res­sor­tir les
lettres même si
elles fris­sonnent.

Ce sont contes de neige cette
aube. les mots comme
les pal­miers sont en grande
demande. aban­donne.

2.
quand on jouit des pri­vi­lèges
que des sym­boles.
la démons­tra­tion est recherche
et la négli­ger

est "rési­gna­tion"
cela équi­vaut au même
car la recherche est un prin­cipe
qu’on ne doit pas négli­ger

l'impuissance est l’
anéan­tis­se­ment
de la facul­té
de recherche.

 

5. émer­veille­ment (‘ajab)

et tu trou­ve­ras
ou t’égareras sinon
égare-toi
pour t’émerveiller

une mer­veille est une pointe dans la tête
une mer­veille fend le cœur

chose déjà ache­vée
nous aveugle pour ce qui reste
à faire.

il marche sur l’eau et puis.
Bof. un miracle en d’autres
mots est une mer­veille. Ein
Wunder.

Quelqu’un a mal, il est bles­sé.
un dieu véri­table ou un
magi­cien

Les pains et le vin
aux noces — un truc
chouette qu’on doit

pou­voir pro­duire n'importe où
tout le temps. on peut,
ou pour­rait — cette mer­veille

s’appellerait
juste dis­tri­bu­tion
des richesses du monde.

 

 

 6. péril [‘atab]

il a appe­lé cela
juste rétri­bu­tion
mais rien de rétro
n’est juste

hor­mis la vie qui s’en va
de l’avant
est juste dans son
périr même

atab, pour mou­rir dans
ce souffle
qui te fait
vivre

levain du périr
petite mort
ou même juste le rêve
d'elle

ce que seule­ment
les autres
font et dont je n’ai pas
l’expérience

à moins que ce ne soit
périr
dans le souffle
juste

 

 

7. exal­ta­tion (tarab)

gagner air
dans son exal­ta­tion
mesu­rable

en cen­ti­mètres comme
le tarab ne peut l’être.
nous fai­sons ce que

nous pou­vons, alti­tude
n’est pas atti­tude,
je vous laisse jau­ger

pour­tant je n'ai aucune
ordon­nance salu­taire, ne suis
pas saint des der­niers

jours, pour­tant il y a
digni­té essen­tielle
dans la simple

manière dont cha­cun
de nous exalte sa
mai­son ou ce jour,

l’élevant haut
mais pas plus haut
que haut.

 

  

8. avi­di­té (sha­rah)

le contraire du par­tage
n’invite pas

la cité en est pleine
du slo­gan

d’antan
ora et labo­ra

ne reste
que la rime

après le rire
la graisse d'avidité

dis­sout
un sou­ve­nir car­bo­ni­sé

un haram
sur l’avide roi

des rois. si
tu ne crois

pas vas voir
l’ABC de

l'avidité. C’est
une méthode

non un pro­duit.
A uti­li­ser  avec tout kit.

 

2.

Le mot
passe à l’autre bord

perd sa morale
en route

pour le labo,
entends dedans

la force de dis­so­cia­tion-
dépen­dance

de tout acide ou base.
un requin de pro­téine

dans du blanc d’œuf cru
amasse la bio­tine

dont nous avons besoin pour vivre
& elle de bac­té­ries, de levures,

de moi­sis, d’algues,
quelque végé­taux.

Bien sûr cela peut être
mis en bou­teille nous

écra­sons les prix.
tout est dans le

label et nous l’avons
en poche.

 

 

9. pro­bi­té (nazah)

Pleure son absence
par­mi ceux qui gou­vernent.

 

 

10. sin­cé­ri­té (sidq)

tu peux essayer de te dres­ser
à côté de ton mot

mais lequel de
tous les mil­liers ?

 

 

11. cama­ra­de­rie (rifq)

nous sommes debout ici
cau­sant

cama­ra­de­rie
bien que nous n’en

sachions ni la pre­mière ni
la der­nière lettre

bien que nous soyons
 — ou devons être —

au milieu de ce
que Creeley a appe­lé

la com­pa­gnie — ceux
avec qui nous rom­pons

le pain,
même s’il s’avère

par­fois
pois­son

empoi­son­né comme c’est déjà arri­vé —
la com­pli­ci­té conti­nue

dans les maillons de la par­ti­cule com
qui nous relie aux com­muns

& à un mani­feste d'égalité
& nous tien­drons debout

ici dans le vent au coin de la rue
où désert et cité se ren­contrent

nous tien­drons debout ici
nos mains dans vos poches

tou­jours cau­sant même
si quelques-uns d’entre-nous

sont des cama­rades
spectres main­te­nant,

comme c’est
notre bou­lot d’être près

de ceux qui sont par­tis
por­ter leurs nou­velles

nous par­le­rons à tra­vers
leurs voix

nous sommes tout
ce qu’ils ont

lais­sé — pres­sés
comme ils

le sont
dans les poings ser­rés

dans nos poches.

 

 

 

12. éman­ci­pa­tion (litq)

Ce qui est dur c’est le qaaf
– final après lit, com­ment

obte­nir du T — son explo­sive
finale — pour le –

qaaf ?  reve­nir plus en arrière, com­ment
éman­ci­per une vieille gorge

sclé­ro­sée à asso­cier des consonnes
pour en faire d’étranges

par­te­naires dans un lit
d'air nou­veau. Comment res­pi­rer

entre, sans pré-
-cipi­ta­tion, pas de solu­tions sim­plistes,

pas de lit pro­pice à la tran­quilli­té,
ré-apprendre à res­pi­rer.

 

13. départ (tas­wih)

je suis par­ti pour écrire ceci
& je tombe à la ren­verse

la res­pi­ra­tion sus­pen­due par
le coup d'audace étrange

cela semble sou­dain
dire quelque chose pour

écrire quelque chose comme j’
allais à écrire ceci fait écho

qu’il était par­ti pour par­tir dans une boîte
avec le sen­ti­ment d’un manque

de sa voi­ture sa femme
et sa cou­leur

moi-même a-t-il dit je vais
écrire et répète

ce que j'ai dit qu’il
a écrit ou a dit que c’est

triste de se ruer dans les deux
direc­tions à la fois

une tâche pour­quoi pas
le nœud de nos vies

une com­mu­nau­té exté­rieure à
ceux dont le souffle

a été empri­son­né
sinon empor­té

ailleurs
tais-toi et pars

vogue sur le dire —
chut, ho hisse.

 

 

14. repos (tar­wih)

tu viens juste de te lan­cer
et déjà

tu veux te repo­ser mon ami
m’a dit en me dévoi­lant

les­té que j’étais
de paresse pour­quoi

ça ne change jamais
le départ ou

les draps sur le lit
les cailloux dans le cours d'eau

roulent pai­si­ble­ment le long de
notre faim pour pro­gres­ser

ou s’évader comme si
on pou­vait aller n'importe

où comme si tout ça
n’aboutissait pas au repos

 

 

15. dis­cer­ne­ment (tamyiz)

ces sacs con-
-cer­nant ou -venant

espace dis­ten­du
sous mes yeux

sont assez affli­geants
pour avoir trop

guet­té
des dif­fé­rences évi­dentes

aus­si main­te­nant
refile a l’ouïe

le job 
d’apprivoiser la musique ani­male

un écho de yack assez âgé
oh tel­le­ment sinistre

com­ment ne pas sépa­rer
la bre­bis des anguilles

chèvres d’hermines de
l'ère post-déser­tique actuelle

la cou­lée de dis-
cer­ne­ment inter­rom­pu

par manque de vision
noc­turne sur une terre néon­ti­sée

pla­nète rui­née
à por­tée d’œil

cepen­dant inac­ces­sible
sai­sie comme

dans la lie d’un
manque embour­bé de

choses ou d’autres qui
fen­dront

la volée de bois vert
que nous pre­nons pour la forêt.

  

 

16. témoi­gnage (shu­hud)

1.
non, je ne veux pas.
C’est tout ce que tu peux faire.

qui es-tu pour me dire
ce que j’ai fait. tu

n’as rien vu. tu
n’étais pas là. J’y

étais. Il ou elle sont
le tiers néces­saire

laisse-les me dire ou
à toi ce qu’il en est de

ce que toi ou moi devons faire.
per­sonne ne témoigne.

 

2.
ain­si, tu ne veux pas.
C’est tout ce que je peux faire.

qui suis-je pour te dire
ce que j'ai fait. tu n’as rien

enten­du. mes yeux
étaient fer­més, tu

n’as rien vu  soit je
n’étais pas là soit tu

y étais et alors j’avais
bou­ché mes oreilles.

Pourquoi vou­drais-tu.
Tu n’as rien enten­du.

J’ai tout vu. Il ou
elle sont le tiers

néces­saire, elle a dit
main­te­nant j'ai tout enten­du.

 

 

17. exis­tence (wujud)

 

1.
si la parole est
une four­chette à trois dents

il a tra­duit comme ça
“une four­chette à trois dents”

afin que l'existence
lit­té­rale de la chose

ne se perde pas
dans sa tra­duc­tion.

2.
je suis venu ici pous­ser un cri per­çant
ils me disent peut-être

tour­men­té que je parte
toni­truant ou humble

mais il n’y a pas de sor­tie hono­rable
seule­ment un nau­frage

hors de l’existence ―
un témoi­gnage impos­sible.

  

 

18. énu­mé­ra­tion (‘add)

 

noter pour noter, note
après note, pas de fausse

note ( il n’y a pas
de fausses

notes  dit Ornette )
& je ne pour­rais pas m’avancer

moi-même pour dire qu’il n’y a
pas de mots faux

c’est seule­ment l'ordre dans lequel
ils viennent ou pas

qui peut être faux ou
pas ? comp­tons

les non et les oui
clopes et clo­pi­nettes

de ce comp­tage.
Il semble que je ne peux pas le faire au-

delà de deux. je peux addi­tion­ner deux
et deux et ça fait

par­fai­te­ment sens mais ça n’est
d’aucune aide. Quel que soit

le chiffre trou­vé
c’est celui qui te coince.

 

 

19. labeur (kada)

à chaque jour
son labeur

ne suf­fit pas
& n’est cer­taine-

ment pas sagesse peut-être
un essai labo­rieux

pour voi­ler la condi­tion
que nous reven­di­quons nôtre.

à chaque jour
suf­fit sa peine

pour dévoi­ler
la condi­tion de ce matin

tra­dui­sez peine
par labeur

pen­sez au cada
comme cha­cun

en espa­gnol main­te­nant
à une queue

ou cau­da en ce
qu'il est le

code du tra­vail ?
endor­mi dans

les cor­vées et encore
arna­qué par ce que M

a expli­ci­té : labeur
n’est pas tra­vail

le tra­vail est suf­fi­sant
si vous pou­vez

l’avoir
tra­vaillez au

grand dés­œu­vre­ment
quo­ti­dien

 

 

20. res­ti­tu­tion (rada)

 

Rend-le je l’ai
ren­du je l’ai fait je l’ai fait

le cara­mel volé
l’accord conclu avec

sou­ci erra­tique : j'ai volé
nada jamais peut-être

bien une bédé une fois
dans une gare  après

l’école  avant que l’argent
pour les livres n’afflue obli­geant

la res­ti­tu­tion à
ne pas être res­ti­tu­tion

ramène-le toi-même
chipe-le  secrè­te­ment

dans la bon­bon­nière
le cara­mel volé

je n’ai jamais pen­sé au
vol aus­si pas besoin

de pen­ser à la res­ti­tu­tion mais
le livre je gar­de­rai le livre

 

 

21. dila­ta­tion (imti­dad)

au milieu
il ouvre

va dans les deux sens
di-

-late jamais trop
tard pour

regar­der les deux che­mins
ou deman­der si Dante

a trou­vé cette phrase
qui va non

qui coule dans les
deux che­mins

en Occitan au
milieu le roy

aume de mes che­mins
où un E

entre pour jouer
avec un A

un entre ou
être au milieu

viens la pre­mière
lettre et le mot

antre signi­fiant grotte
dila­ta­tion de voyelles

jamais outil n’a man­gé
entrée anté­rieure mais

bâtit le lieu
où nous jouons en dou­blure

cet autre dit
la grotte avec des mots

comme peaux de léo­pard
ou bous­cu­lades de lettres

entre
joue

dans la dila­ta­tion
le plai­sir de l'élève

la sor­tie
est l’entrée

indi­ca­tions de
La psy­ché à Lascaux

 

 

X