> Steady

Steady

Par |2018-09-20T00:39:23+00:00 11 novembre 2013|Catégories : Blog|

 

          I don’t wait for birds or light  
to be still, for you to catch
their ali­gn­ment of sun, flight.

          In your pic­tures, birds
gleam like pre­cious stones.
Beautiful, I’ll say, and mean it, but
 
          they’ll remind me
of the spar­rows at the hos­pice
where Richard died.

          I never wan­ted to tell
you about his last days, eyes sear­ching
for my mother,

          not fin­ding her, chest
not rising, fal­ling, but
stag­ge­red. In the end, we read

          Whitman : I depart as air. They’ll
remind me of the fea­thers
that drift into our house. One

          of us flings up
our hands, says, Forget this,
and the fea­thers dis­perse, not

to be cap­tu­red by anyone. 

 

 

Arrêt sur images

 

          Je n’attends pas que les oiseaux ou la lumière
cessent de bou­ger, ou que tu cap­tures
leur ali­gne­ment avec le soleil ou l’envol.

          Dans tes pho­to­gra­phies, les oiseaux
brillent comme des pierres pré­cieuses.
Si beaux, je dirai, en le pen­sant,
 
          pour­tant me revien­dront
les hiron­delles de l’hospice
où Richard est mort.

          Je n’ai jamais vou­lu te par­ler
de ses der­niers jours, de ses yeux qui cher­chaient
ma mère

          sans la trou­ver, de son torse
ne se sou­le­vant pas, s’enfonçant,
trem­blant. À la fin, nous avons lu

          Whitman : Je m’en vais comme l’air. Les oiseaux
m’évoqueront ces plumes
qui entrent chez nous en flot­tant.

          L’un de nous jette ses mains
en l’air et dit, Oublie ceci,
et les plumes se dis­persent,

orphe­lines. 

 

Traduit de l’anglais par Sabine Huynh

X