> Supernova

Supernova

Par | 2018-02-25T14:16:41+00:00 5 septembre 2014|Catégories : Blog|

Traduit par Thierry Gillyboeuf

 

Ni sou­ve­nir, ni image, ni songe.
Le visage de l’absente était un espoir
réflé­chi par la pre­mière étoile opaque
et tu n’étais pas en elle, tu étais tom­bée
hors de l’existence.

Mario Luzi extrait de Carnet gothique

 

 

La panique explose, irra­die
t’immobilise : conge­lée tu es immo­bile
à l’écoute de la peur

les yeux fixes comme les cerfs
la nuit, pris dans la lumière des phares.
L’image est claire :

mais le cerf aveu­glé ne voit pas
il attend quelque chose qui ne vient pas.
Il est aveugle, stop­pé net

il résiste à la fuite ou attend un meilleur moment.

 

 

 

 

 

Tout ce qui était bien
est à pré­sent ense­ve­li ou à l’abandon
en faveur de ques­tions, de confir­ma­tions

néces­saires pour le len­de­main. Particule
d’insecte dans l’ambre
à la forme suf­fi­sante pour que lui soit don­né un nom.

Te recon­naître en regar­dant à contre-jour :
le frag­ment des élytres, l’excellence de la nor­male
pen­dant le vol, autre­fois. Plus main­te­nant.

À pré­sent il n’est que col­lec­tion ou com­pré­hen­sion du poten­tiel grâce à la forme.

 

 

 

 

 

À un moment don­né il faut tout réap­prendre
du début : le rite de l’habillement
l’économie des mou­ve­ments, l’attention

por­tée aux choses qui jamais aupa­ra­vant
n’ont ten­du de guet-apens. Chaque jour
tu ne veux pas pen­ser qu’aujourd’hui sera le jour

où tu seras plus faible, pour recom­men­cer ensuite.

 

 

 

 

 

Le pro­fond som­meil dans le médi­ca­ment
parce que le médi­ca­ment sou­tient, pro­tège et soigne.
Explosions, éclairs : tout est loin main­te­nant

et même l’ombre noire qui te ronge le souffle
le bat­te­ment man­quant quand tout revient en arrière :
tu as pris le médi­ca­ment comme s’il s’agissait d’une prière.

Ton ailleurs
est une res­pi­ra­tion incons­ciente. Pleine nuit.
Don, aus­si. Ta séré­ni­té

contras­tant avec la dérive.

 

 

 

 

 

Cette stase où tout est contrô­lé.
Tandis que tu avales le com­pri­mé je me rap­pelle
d’une his­toire, des gre­nouilles des forêts :

elles gèlent, en hiver, époque où elles sont mortes
ou semblent l’être. Puis elles reviennent à la vie
comme si de rien n’était. Et elles recom­mencent au début

quand arrive un nou­vel hiver.

 

 

 

 

 

Tu notes les choses, tu les barres
quand tu les as faites. Il y a besoin d’une liste, c’est cer­tain :
tu fais le total et c’est l’étalon du juge­ment.

Tu dis que tu redoutes le hasard ou d’être prise au dépour­vu.

 

 

 

 

 

L’appel de la fatigue
est un pré­sent
si gra­vide et humain, une course ver­ti­cale :

il a des formes pro­non­cées, sou­pe­sées,
atten­dues. Des fils emmê­lés à démê­ler.
Le calen­drier cali­bré de long en large

tu cours : un sujet quel­conque se tra­duit
dans une fron­tière, un bout à attra­per pour un nœud
pour les choix contro­ver­sés : tu attends

tu penses et te contor­sionnes pour un lieu éclai­ré.
C’est un devoir, me répètes-tu
la famille née unie. Les bou­tons du man­teau

bien fer­més pour que tout le monde soit en bonne san­té.

 

 

 

 

 

Broussailles épi­neuses, mares, pas­sages
à tâtons. Et les nuits enva­hies par le jour
mais sans clar­té. Certaines fois tu avances ain­si

et tant de mal à res­ter der­rière, au pas
aveu­glé, en res­tant droit. On dirait des sil­houettes
humaines incom­plètes, en regar­dant de loin.

C’est cela que le métier de l’éblouissement.

 

 

 

 

 

Certains soirs ta force me sur­prend :
sur­tout quand tu ris
ou si tu ne le cherches pas. Non plus livide

ou atten­tive aux mou­ve­ments
pour ne pas faire entrer le froid. Quand
tu avances dans les lumières, tu répètes : quand

l’ombre devient jour, une chose insi­gni­fiante.

 

 

 

 

 

Ton temps c’est tou­jours après, quand il avance
il te fait avan­cer.
Ce remède te console, te consume.

L’attaque t’a arrê­tée à un cer­tain point :
puis les exa­mens, les jour­nées
et puis les attentes. Saisons, calme plat, par­fois

des jour­nées vides. D’autres plus féroces
pré­ci­pices rocheux
remon­tés à mains nues. Se por­ter ailleurs.

C’est ain­si que tu as pas­sé le temps
après. Maintenant
tu connais sou­vent des jours solen­nels

jusqu’aux linéa­ments et pas seule­ment en sur­face.

 

 

 

 

 

L’année finit, com­mence la nou­velle : aujourd’hui
tu es quelqu’un d’autre. Aujourd’hui
c’est comme si tu n’avais jamais chan­gé.

L’obscurité des heures d’avant l’aube
ne t’encercle pas mais tu regardes par la fenêtre
en comp­tant peut-être les lumières. Tu es assise pour le café

tu fumes et com­mences les rites de la jour­née.
Tu n’es pas en train de men­tir. Aujourd’hui
tu n’es pas cou­pable,

tu n’espères pas une crise plus courte
ou que tout reste à dis­tance.
Tu ne découvre ni troubles ni rien à moi­tié.

Qui sait : c’est peut-être le son natu­rel
où tout s’ouvre, ta nou­velle sai­son.
Tu n’as même pas froid

et c’est l’hiver. Seul dehors le temps est le même.

 

 

 

 

 

Toutes ces branches taillées
on aurait dit un ravage. Le tronc nu
est un corps muti­lé, une sorte de soli­tude.

Les racines en-des­sous, elles émergent de temps à autre.
Hauteurs contraires, très pro­fondes :
sans ordre, sans nom, elles poussent.

Chaque racine est ren­fer­mée en son sein.

 

 

 

 

 

Note

L’implosion d’une super­no­va est carac­té­ri­sée par une émis­sion lumi­neuse qui peut être équi­va­lente pour une période de temps limi­tée à la lumi­no­si­té de la galaxie qui l’abrite.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Supernova

 

Né memo­ria, né imma­gine, né sogno.
Il vol­to dell’assente era una spe­ra
spec­chia­ta dal­la pri­ma opa­ca stel­la
e nep­pure eri in lei, eri cadu­ta
fuo­ri dell’esistenza.

Mario Luzi da Quaderno goti­co

 

 

Il pani­co esplode, irra­dia
ti fer­ma : conge­la­ta sei fer­ma
in ascol­to del­la pau­ra

gli occhi fis­si come i cer­vi
di notte, col­pi­ti dai fari.
L’immagine è chia­ra :

ma il cer­vo acce­ca­to non vede
aspet­ta qual­co­sa che non accade.
È cie­co, inter­rot­to

Resiste alla fuga o aspet­ta il momen­to migliore.

 

 

 

 

 

Tutto ciò che il bene era
è sepol­to ora o dis­mes­so
in favore di domande, conferme

neces­sa­rie al gior­no dopo. Particola
d’insetto den­tro l’ambra
di una for­ma suf­fi­ciente per­ché ven­ga dato un nome.

Riconoscerti guar­dan­do contro­luce :
il fram­men­to delle elitre, l’eccellenza del nor­male
quan­do il volo, tem­po addie­tro. Ora no.

Ora è solo col­le­zione o capire dal­la for­ma il poten­ziale.

 

 

 

 

 

A un cer­to pun­to si deve impa­rare
tut­to dac­ca­po : il rito del­la ves­ti­zione
l’economia dei movi­men­ti, l’attenzione

data alle cose che mai pri­ma
han­no teso un aggua­to. Ogni gior­no
non vuoi pen­sare che sia oggi il gior­no

in cui sarai più debole, per poi rico­min­ciare.

 

 

 

 

 

Il son­no pie­no den­tro il far­ma­co
per­ché il far­ma­co sos­tiene, pro­tegge, cura.
Esplosioni, lam­pi : è tut­to lon­ta­no ora

anche l’ombra nera che ti man­gia il fia­to
il bat­ti­to man­ca­to quan­do tut­to tor­na indie­tro :
il far­ma­co l’hai pre­so come fosse una pre­ghie­ra.

Il tuo altrove
è un res­pi­ro d’inscoscienza. Notte pie­na.
Dono, anche. Il tuo essere sere­na

contras­tan­do la deri­va.

 

 

 

 

 

Quella sta­si dove tut­to è control­la­to.
Mentre inghiot­ti la pas­ti­glia mi ricor­do
di una sto­ria, delle rane delle selve :

conge­la­no, in inver­no, in quel tem­po sono morte
o così sem­bra. Poi ritor­na­no alla vita
come nul­la fosse sta­to. E rico­min­cia­no dac­ca­po

quan­do arri­va un nuo­vo inver­no.

 

 

 

 

 

Tieni nota delle cose, le can­cel­li
quan­do hai fat­to. L’inventario occorre, cer­to :
fai la som­ma ed è il metro di giu­di­zio.

Temi il caso dici o il tro­var­ti impre­pa­ra­ta.

 

 

 

 

 

La chia­ma­ta alla fati­ca
è un pre­sente
così gra­vi­do ed uma­no, una cor­sa ver­ti­cale :

ha figure pro­nun­ciate, sos­pese,
attese. Fili intri­ca­ti da sbro­gliare.
Calibrato il caln­da­rio in lun­go in lar­go

cor­ri : qua­lunque tema si tra­duce
in un confine, un capo da affer­rare per un nodo
per le scelte contro­verse : aspet­ti

pen­si, ti contor­ci per un luo­go illu­mi­na­to.
È il dovere, mi ripe­ti
la fami­glia nata uni­ta. I bot­to­ni del cap­pot­to

chiu­si bene per­ché tut­ti sia­no sani.

 

 

 

 

 

Sterpaglia spi­no­sa, pozze, pas­si
a ten­to­ni. E not­ti invase dal gior­no
ma sen­za chia­ro­ri. Certe volte così vai

e quan­ta pena a star­ti die­tro, al pas­so
acce­ca­to, restan­do dirit­to. Figure umane
incom­plete par­rebbe, guar­dan­do a dis­tan­za.

È ques­to, ques­to il mes­tiere dell’abbaglio.

 

 

 

 

 

Mi sor­prende certe sere la tua for­za :
quan­do ridi sopra­tut­to
o se non cer­chi. Non più livi­da

o atten­ta ai movi­men­ti
per non fare entrare il fred­do. Quando
avan­zi nelle luci, ripro­du­ci : quan­do

l’ombra tor­na gio­co, una cosa da niente.

 

 

 

 

 

Il tuo tem­po è sempre dopo, quan­do avan­za
se ti avan­za.
Ti conso­la ques­ta cura, ti consu­ma.

L’ictus ti ha fer­ma­ta a un cer­to pun­to :
poi gli esa­mi, le gior­nate
poi le attese. Stagioni, bonac­cia, tal­vol­ta

gior­ni spo­gli. Altri più fero­ci
pre­ci­pi­zi pie­tro­si
risa­li­ti a mani nude. Portarsi altrove.

È così che hai spe­so il tem­po
dopo. Ora
spes­so hai gior­ni solen­ni

altri i linea­men­ti e non solo in super­fi­cie.

 

 

 

 

 

Cade l’anno, inizia il nuo­vo : oggi
sei tutt’altra per­so­na. Oggi
è come se non fos­si mai cam­bia­ta.

Il buio delle ore pri­ma dell’alba
non ti accer­chia ma guar­di la fines­tra
contan­do forse le luci. Siedi per il caf­fè

fumi e inizi i riti del gior­no.
Non stai men­ten­do. Oggi
non sei col­pe­vole

né spe­ri un più breve acces­so
o che tut­to man­ten­ga la dis­tan­za.
Non tro­vi dis­tur­bi né qual­co­sa a metà.

Chissà : forse è il suo­no natu­rale
dove tut­to si apre, la tua nuo­va sta­gione.
Non hai nem­me­no fred­do

ed è inver­no. Solo fuo­ri il tem­po è uguale.

 

 

 

 

 

Quanti i rami taglia­ti
pare­va un dan­no. Il tron­co nudo
è un cor­po mon­co, una spe­cie di soli­tu­dine.

Radici sot­to, emer­go­no di tan­to in tan­to.
Altezze contra­rie, pro­fon­dis­sime :
sen­za ordine, sen­za nome cres­co­no.

Ogni radice è rac­chiu­sa da un grem­bo.

 

 

 

 

 

Nota

L’implosione di una super­no­va è carat­te­riz­za­ta da un’emissione lumi­no­sa tale che può ugua­gliare per un per­io­do di tem­po limi­ta­to la lumi­no­si­tà del­la galas­sia che la ospi­ta.