> Sur l’impermanence 2

Sur l’impermanence 2

Par |2018-08-21T06:39:22+00:00 3 octobre 2012|Catégories : Blog|

 

Parfois tu feins l’amitié
Et quel­que­fois tu pars si loin qu’aucun
Messager des dieux de mon cœur
Ne peut t’atteindre où que tu ailles
Tu main­tiens la pos­ture soli­taire
D’un guer­rier des temps anciens,
Mais ensuite, tu rêves
à l’abri de tes mains et
à l’intérieur de moi
tu ne pars jamais, peut-être
Es-tu le roi de toutes les folies,
Et quand tu deviens rire
J’essaie de bluf­fer,
Je me fie quel­que­fois à ce qui fuit
Et quel­que­fois …    je m’en veux.

 

tra­duit de l’anglais par Marie-Hélène Dumas
 

X