> Ta lampe d’amour sent la jacinthe

Ta lampe d’amour sent la jacinthe

Par |2018-10-23T05:55:40+00:00 9 novembre 2014|Catégories : Blog|

 

Ta lampe d’amour sent la jacinthe
& la haute mer où les mouettes s’en vont
suivre au sillage les cueilleurs de ciel

elle embaume la berge d’automne l’algue
rousse que les heures étirent dans la houle
de tes lueurs ô lan­terne aux huiles
pres­sées à froid des étoiles délais­sées
chiens errant dans la sorgue marine
ren­ver­sant les pou­belles du désir
déchi­rant les songes les plus rêches
de leur crocs jaunes de lune cireuse
ô lan­terne orien­tant le cours des fleuves
lis­sant mes doigts dans tes ombreuses
feuilles met­tant à genoux le silence
glis­sant ma saoule errance dans les plis
de ta lumière qui coule d’autant plus
qu’elle se musse à la stu­peur
des orages & des brouillards de l’âme

dans ton cof­fret de mauve mus­quée
où la mer telle un fauve s’embusque
dans ses vagues & cambre ses reins
je recueille les astres dans leurs our­lets
décou­sus & mon mufle scin­tille
de pro­messes lai­teuses & de fris­sons
qui n’ont de sem­blable que ceux
des grandes fièvres des mou­rants
& la soif sau­vage n’en finit pas
de feu­ler à tes flancs enflam­més
& ta lampe brûle & brû­le­ra encore
sous les pluies lourdes & le noroît
ouvrant de ses pétales coral­lins
cette plaie que nul ne fer­me­ra 

 

 

extrait de Les Belles Choses – Paul Dirmeikis – Editions de L’Eveilleur (2014)

X