> Tidj /​ Temps, et autres poèmes

Tidj /​ Temps, et autres poèmes

Par |2018-08-18T20:43:18+00:00 2 septembre 2017|Catégories : Blog|

 

 

Tijd

 

Ik droomde, dat ik lang­zaam leefde ….

lang­za­mer dan de oud­ste steen.

Het was ver­schrik­ke­lijk : om mij heen

schoot alles op, schokte of beefde,

wat stil lijkt. ‘k Zag de drang waar­mee

de bomen zich uit de aarde wron­gen

ter­wi­jl ze hees en hor­tend zon­gen ;

ter­wi­jl de jaar­ge­ti­j­den vlo­gen

verk­leu­rende als regen­bo­gen …..

Ik zag de tre­mor van de zee,

zijn zwel­len en weer haas­tig slin­ken,

zoals een grote keel kan drin­ken.

En dag en nacht van korte duur

vlam­men en doven : flak­krend vuur.

– De wan­hoop en wels­pre­kend­heid

in de geba­ren van de din­gen,

die anders star zijn, en hun drin­gen,

hun adem­loze, wrede stri­jd ….

Hoe kón ik dat niet eer­der weten,

niet beter zien in vroe­ger tijd ?

Hoe moet ik het weer ooit ver­ge­ten ?

 

 

 

Temps

« J’ai rêvé que je vivais len­te­ment…

Plus len­te­ment que la plus vieille des pierres

C’était hor­rible : tout ce qui autour de moi sem­blait silen­cieux

s’élançait, caho­tait  et trem­blait.

J’ai vu l’impulsion avec laquelle les arbres percent et  se tordent à tra­vers le sol

Tout en chan­tant de manière rauque et heur­tée

Pendant que les sai­sons de l’année pas­saient à toute vitesse  colo­rées comme des arcs en ciel

J’ai vu l’agitation trem­blée de la mer , son gon­fle­ment et sa résorp­tion

À l’instar de ce qu’une énorme gorge est capable  de boire.

J’ai vu le jour et la nuit

de courte durée, je les ai vu faire  long feu

Ils éteignent la flamme vacillante

Ils étouffent le déses­poir  et l’éloquence dans l’expression des choses

Qui autre­ment sont fixes

Et leur urgence, leur lutte cruelle, à bout de souffle

Que ne la savais-je pas plus tôt,

que ne le voyais je pas mieux aupa­ra­vant…

Comment  de nou­veau l’oublier jamais … »

 

 

Ce poème « Temps »( Tijd)  à été écrit par M. Vasalis en 1940

alors que l’Allemagne nazie masse ses troupes à la fron­tière. 

Il se trouve dans son recueil « Parken en woes­ti­j­nen . ( Parcs et Déserts)

Un recueil qui com­mence avec le qua­train sui­vant :

 

« Le bus roule comme une chambre à tra­vers la nuit

La route est droite, la digue sans fin

À gauche, il y a la mer appri­voi­sée mais inquiète

Nous guet­tons, une petite lune luit dou­ce­ment »

 

 

*

 

Is het vandaag of gistren, vraagt mijn moeder,

 

Is het van­daag of gis­tren, vraagt mijn moe­der,

blad­stil, gewicht­loos dri­j­vend op haar witte bed.

Altijd van­daag, zeg ik. Ze glim­lacht vaag

en zegt : zijn we in Roden of Den Haag ?

Wat later : kindje ik word veel te oud.

Ik troost haar, dier­bare sneeuw­witte astro­naut

zo ver al van de aarde weg­ge­dre­ven,

zo moe­dig uit­ges­tapt en in de ruimte zwe­vend

zon­der bes­tek en her en der.

Zij zoekt – het is een s.o.s. –

haar her­kom­st en haar zijn als kind

en nie­mand nie­mand, die haar vindt

zoals zij was. Haar franse les

herhaalt zij : van haar 8e jaar :

bijou, chou, croup, trou, clou, pou, òu,

die eerste juf­frouw, weet je wel

die valse ouwe made­moi­selle

hoe heet ze nou. Ik ben zo moe.’

 

Had ik je maar als kind gekend,

die nu mijn moe­der bent .

 

 

Sommes-nous aujourd’hui ou hier, demande ma mère.

 

Sommes-nous aujourd’hui ou hier, demande ma mère.

Calme, flot­tant légère sur son lit blanc.

Toujours aujourd’hui, dis-je. Elle sou­rit vague­ment

Et dit : Sommes-nous à Roden où à La Haye ?

Plus tard : mon enfant, je deviens bien trop vieille.

Je la console, ma très chère astro­naute en blanche-neige

Déjà empor­tée si loin de la terre,

Si cou­ra­geu­se­ment des­cen­due à l’arrêt et pla­nant dans l’espace

Hors cadre et ici et là.

Elle cherche – c’est un s.o.s.-

Son ori­gine et son être d’enfant

Et per­sonne, per­sonne qui puisse la trou­ver

Telle qu’elle était. Elle répète sa leçon de fran­çais

À l’époque où elle avait 8 ans :

« bijou, chou, croup, trou, clou, pou, òu,

Cette pre­mière demoi­selle,

Cette fausse vieille made­moi­selle

Comme s’appelle-t-elle encore. Je suis si fati­guée. »

 

Si seule­ment j’avais connu l’enfant

Qui est ma mère main­te­nant.

 

 

*

 

Vriend

 

Vriend, met­ge­zel, die meer en min­der is

dan vader, moe­der, min­naar, kind

het­zelfde als ik, maar anders

onaf­han­ke­lijk en toe­ge­wi­jd

ouder, jon­ger, van dezelfde tijd.

Trooster, die getroost kan wor­den

baken en verhan­ger van bor­den

broe­der, maar van een andere moe­der, zon­der riva­li­teit

met wie ik samen­loop en die mij bege­leidt.

Hij gunt mij om te leven en als ik dood

zou willen, geeft hij mij gelijk.

Soms is het, dat ik om hem alleen

ver­dra­gen bli­jf, wat zon­der hem ondraa­glijk scheen.

Zonder een enkele ver­plich­ting

loop ik en alti­jd in zijn rich­ting.

 

uit De oude kust­li­jn

 

 

Ami

 

Ami, com­pa­gnon qui est plus et moins

Que père, mère, amant, enfant

Indépendant et répon­dant

Plus âgé, plus jeune, contem­po­rain.

Consolateur qui peut être conso­lé

Balise et démé­na­geur de tableaux

Frère, mais d’une autre mère, sans riva­li­té

Que j’accompagne et qui me conduit.

Il m’encourage à vivre et me donne rai­son

Si je veux mou­rir.

Il arrive par­fois d’être le seul grâce à qui je conti­nue à sup­por­ter

Ce qui sans lui me sem­ble­rait insup­por­table.

Sans aucune obli­ga­tion

Je cours et tou­jours dans sa direc­tion.

 

Extrait du recueil « La vieille ligne de la mer »

 

 

*

 

Sprookje

 

Voor mijn moe­der en doch­tertje

Zij luis­te­ren bei­den naar haar oud verhaal,

won­dere din­gen komen aan­gev­lo­gen

zicht­baar in hun ver­wi­jde ogen,

als bloe­men dri­j­vend in een schaal.

 

Er is een zachte span­ning in hun wezen,

zij zijn ver­lo­ren en ver­zon­ken in elkaar,

– het witte en het blonde haar –

geloof het maar, geloof het maar,

alles wat zij ver­telt is waar

en nooit zal je iets mooiers lezen.

 

Uit : De vogel Phoenix, ( Uitgeverij van Oorschot 1949)

 

 

Un conte

 

Pour ma mère et ma petite fille

Elles écoutent toutes les deux son récit ancien

Des mer­veilles arrivent à tire d’aile

Visibles dans leurs yeux écar­quillés

Comme des fleurs flot­tant dans une coupe

 

Sur leur visage se des­sine une douce ten­sion

Elles sont per­dues et noyées l’une dans l’autre

– che­veux blancs et che­veux blonds –

Crois-le seule­ment, crois-le

Tout ce qu’elle raconte est vrai

Et jamais tu ne lira rien de plus beau.

 

Extrait de l’oiseau Phénix ( 1949)

 

 

X