> Torr-benn

Torr-benn

Par | 2018-05-23T09:19:18+00:00 10 mai 2015|Catégories : Blog|

 

Les hommes ont peur.
Les sou­dards sont sur le pays.
Ils en vivent, alors eux, ils en meurent.
Le pays est à eux, ils le vio­lentent.
La nuit, le jour, les femmes sont des proies. Les vic­tuailles aus­si.

Finis les feux révé­la­teurs de vie,
Le pays a froid,
retient son souffle pour mieux se cacher.

Seules les armes ont chaud, elles couchent près des lits, avec les hommes prêts à défendre la famille, les enfants.
Les enfants, ces joyaux des pauvres,
Trésors des loque­teux.

Le som­meil est mau­vais.
Haché des angoisses
Toujours à l’affût des signaux don­nés par les chiens lâchés la nuit, sen­ti­nelles du pay­san.

Les mai­sons de Dieu sont les refuges des hommes.
Chapelles fortes de leur pierre de taille.
Des che­mi­nées oubliées des églises des bois fument lorsqu’on s’y cache les soirs de sac.

Peut-être quelques enfants un peu trop blonds ou un peu trop basa­nés naî­tront plus tard dans les fermes iso­lées.
Les cuisses blanches des femmes ont été tant ouvertes de force.

Mais on les aime­ra nos enfants.
Ils seront les nôtres.
Trop blonds ou bruns, ils nous défen­dront quand une autre guerre, un autre conflit de puis­sants vien­dra jeter sur notre terre et nos che­mins les sou­dards du pou­voir.

Ils leur fen­dront le crâne d’un coup de penn bazh* , nos jolis petits enfants.

 

 

* Penn bazh : bâton tra­di­tion­nel des pay­sans bre­tons.

 

X