> Tout bas la mer

Tout bas la mer

Par | 2018-05-28T10:02:53+00:00 28 avril 2017|Catégories : Blog|

 

       rive éteinte

         un soir lent comme une eau qui s'étale – ou l'odeur de l'humus (pas fra­giles, feuilles mortes et humides, et des mots trop faciles) – ; quand tout le ciel dégorge, des étoiles sur­nagent et les branches de l'arbre
         la fenêtre est dans le dos tout autour je suis bien la pénombre, la table, la carafe et la lampe. non je ne me retour­ne­rai pas mal­gré les branches et les étoiles ; mais sur le bois je n'étendrai pas la main, je ne sai­si­rai pas l'eau ni ne vide­rai la carafe, non je ne ten­drai pas la main vers le cercle de la lampe
         j'attendrai, rive éteinte, le som­meil ou le jour

 

 

         page blanche

         mal­gré la nuit sur le ciel (page blanche), la côte déchi­que­tée comme une prose à voix blanche ; les étran­gle­ments de la berge, les fêlures de ta voix, gou­lets ou passes pour le port

         tourne et puis passe de phare en phare la lumière ; puis c'est la ligne rouge d'une auto qui s'allonge, ou bien des feux fxes – réver­bères, sus­pen­sions – qui s'étirent en trem­blant dans les eaux

         dans le ciel et ta voix qui s'étrangle, tourne de phrase en phrase la lumière et puis passe

 

 

          la lumière plus bas

         le ciel qui refue la mer et toi-même
         le jour baisse le front et s'applique à la crête – avant que les arbres n'agrafent la nuit, ne suturent le ciel – quand midi était plein de hau­teur et bien rude à fer­mer nos yeux et la mon­tagne.
         puis ce sont d'autres formes, et puis d'autres cou­leurs – la lumière du soir est plus douce à nos yeux et nos peaux.
         Le jour penche le front et tra­vaille à la bonne hau­teur ; cou­tu­rière qui déploie et reploie les étoffes de la roche :
                       la lumière plus basse
                                   et c'est l'oeil qui s'accroit
                                                 les splen­deurs de la pierre

 

 

         poings fer­més

         le jour qui s'assoit fran­che­ment à midi ferme la fenêtre et la bouche, ferme l'oeil, ne pas boire
         l'aurore aux doigts de rose, disiez-vous, mais midi est un poing, un bou­ton de pivoine sous la langue
         plus besoin de fer­mer l'oeil et les poings s'ouvriront, la pivoine du ciel buis­son­ne­ra et ta bouche, si vient le soir
         vienne la nuit, longues gor­gées, ne pas dor­mir

 

 

         tout bas la mer

         le jour tout bas, pas à pas la lumière, les étoiles ou le sable. enfon­cer, ton pas mon pas et le bruit de la mer
         ce n'est pas le soleil, ce n'est pas la fumée – fer­mer les yeux -, mais c'est tout bas le coeur qui abaisse sa pau­pière et qui bat sous le sel
         sur le ciel le flet sans défaut, le pois­son qu'on a pris, et si le souffe se fait court, ce n'est plus d'avoir trop pei­né ni nagé
         assis der­rière les vagues, je sais bien qui tu es, qui me parles tout bas, ne vois pas ton visage ; ton épaule mon épaule et le joug de ton bras

 

 

 

 

 

 

 

X