> Triple pont. La culasse de l’œil pinéal

Triple pont. La culasse de l’œil pinéal

Par | 2018-02-19T22:47:04+00:00 11 mai 2014|Catégories : Blog|

 

C’est comme si, cou­pé en trois, tu vou­lais tra­ver­ser
                       la douce rivière Ljubljanica,
           accu­ler au bout du pont
                       la créa­ture écailleuse du par­vis
                                   qui tourne là-bas, sur place,                      
                       comme une tron­çon­neuse cir­cu­laire.

Mère, en pleurs, une sacoche de légumes dans les bras.
Peut-être ramas­se­rait-elle par terre, avec les mains,
                       la chair qu’on a râpée de tes os.
                       L’œil fer­mé, pinéal.

Mère, elle sau­rait com­ment une larme s’arrondit en toi,
                                              blot­tie comme un fauve,
                       selon les lois de la plus petite sur­face
                       sur laquelle peut s’étendre la dou­leur.
Comment une larme tourne là-bas, sur place,
                       tou­jours sombre, comme une foreuse,
ce tour­billon de sang dont tu as réchauf­fé les marches
                                  de la cathé­drale,
                                  les murs, la cadence du tir ;
           une larme dans laquelle mère lave long­temps,
           comme pour un fils per­du, les ongles arra­chés,
                                  la plante des pieds.

Derrière, il y a le pont triple :
                       au long duquel tu t’en vas, si tu t’en vas,
                       au long duquel tu viens, si tu viens,
                                  au long duquel tu t’en vas.    
           L’œil fer­mé, pinéal. Sa culasse.

Sommaires