> Trois poèmes cubistes

Trois poèmes cubistes

Par | 2018-05-22T21:42:19+00:00 23 juin 2017|Catégories : Blog|

tra­duc­tion Marilyne Bertoncini

 

ENNUI CUBISTE

 

Des pans rec­tan­gu­laires de murs blan­chis s'entre-saluent,
               déploient leurs flancs cré­ne­lés, bos­quet d'albâtre

s'étirant vers le ciel à tra­vers une autre sur­face blanche,
               vaste et mul­ti­pliée par un calme indi­vis,

dalles sans cou­leur d'une trame assom­mante,
               et nulle part je ne vois le visage du temps,

ni trace de mou­ve­ment, ni goutte ni couche,
               rien ne rap­pelle qu'il n'y a rien à rap­pe­ler

et rien ne peut appa­raître en car­rés auxi­liaires,
               bour­don­ne­ment déco­lo­ré qui se scinde,

apla­nis à l'intouchable, chiffres sans courbes,
               l'un après l'autre, l'un après l'autre.

Rien ne bouge, rien d'autre n'existe en dehors
               d'innombrables et mornes formes bri­sées.

 

*

 

                PEUR CUBISTE

 

Emergeant de zones de noir­ceur
              têtes et corps bruts trim­ballent leurs habits

sur des épaules sus­pen­dues juste à côté d'elles,
              souffle d'une menace qui rode à tra­vers les rayons des lam­pa­daires,

les yeux cli­gno­tants des chats de gout­tière brodent d'autres ombres
              tra­quant la lumière qui fige, se brise, s'élance.

Des sirènes rec­tan­gu­laires braillent, puis passent dans le silence,
              passent en cris d'adieu sans bouche virant gris et fra­giles,

des triades han­tées gri­macent, effrayées de plon­ger dans un abîme brun
              de maga­zines col­lés, de pos­ters et bandes de par­che­min.

Le Golem est une lettre A qui réduit en pous­sière les autres lettres ,
              la pous­sière est un golem se cachant à lui-même dans des car­rés,

toute cou­leur ima­gi­nable révèle par éclairs l'effroi d'une suf­fo­ca­tion,
              révèle par éclairs d'effrayants incon­nus mor­tel­le­ment lugubres.

 

*

 

                 MERVEILLE  CUBISTE

 

Elle dure une seconde, cette mer­veilleuse secousse
           quand les yeux se rebellent contre le micro­scope

et par­tagent une par­celle de temps et d'espace,
            par­tagent supris des tra­pé­zoïdes de joie

ras­sem­blant les choses, sépa­rant les plans :
            bleus et verts se coupent au hasard des angles,

des sour­cils se lèvent et se courbent en arches gothiques,
            des rides hori­zon­tales barrent le front,

des lèvres s'entrouvrent, des pau­pières s'ouvrent, la bouche se détend
            en sphères et cubes de gris et rose,

col­lage de cré­meuse éten­due mys­té­rieuse qui vous rem­plit
            de la cha­leur d'une exis­tence flot­tante s'ouvrant à elle-même,

l'immensité des océans, le mou­ve­ment des étoiles,
            quand des formes colo­rées libèrent du joug du pré­con­çu.

 

*

 

 

              CUBIST BOREDOM

 

Rectangular pieces of whi­te­wa­shed wall salute them­selves,
             unroll their brist­led flanks, grove of ala­bas­ter

stret­ching sky­ward through ano­ther plane of white,
             wide and mul­ti­plied by undi­vi­ded stil­l­ness,

color­less slabs of tedious ticking,
             and now­here do I see a face of time,

a trace of move­ment, drip or list,
             no remin­der there is nothing to remem­ber

and nothing can appear as side­ways squares unfol­ded,
             blea­ched-out hum that par­cels self,

untou­cha­bly flat­te­ned, cur­ve­less ciphers,
             one after ano­ther, one after ano­ther.

Nothing moves, nothing else exists out­side
             of count­less drea­ry, bro­ken forms.

 

*

 

CUBIST FEAR

 

Emerging from patches of bla­ck­ness
           bru­tal heads and bodies lug their clothes

on shoul­ders han­ging side­ways next to them,
           ram­bling menace blown through street­lamp streaks,

the blin­king eyes of feral cats embroi­der other sha­dows
           stal­king light that freezes, splin­ters, soars.

Rectangular sirens blare, then fade to silence, fade to
           shou­ting mouth­less good­byes tur­ning gray and brit­tle,

 haun­ted triads wince, afraid to delve a brown abyss
           of pas­ted maga­zines, of pos­ters, strips of parch­ment.

Golem is a let­ter A that crushes other let­ters into dust,
           the dust is golem hiding from itself in squares,

eve­ry color I can think of flashes drea­ded cho­king,
           flashes ghast­ly chil­ling dead­ly bleak unk­nowns.

 

*

 

CUBIST WONDER

 

It lasts a second, this won­drous jolt
            when eyes rebel against the bino­cu­lar

and share a piece of time with space,
            share asto­ni­shed tra­pe­zoids of joy          

pushing things toge­ther, pul­ling planes apart :
            blues and greens inter­sect at ran­dom angles,  

eye­brows raise and curve like Gothic arches,
            hori­zon­tal wrinkles cross the fore­head,

lips are par­ting, eye­lids open, mouth goes slack
            in spheres and cubes of gray and pink,

col­lage of crea­my Delphic space that fills you
            with the warmth of fleet exis­tence ope­ned to itself,

the vast­ness of the oceans, the move­ment of the stars,
            as colo­red shapes unsha­ckle from the pre­con­cei­ved.

 

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

`

 

 

X