> Tu sépareras la terre du feu…

Tu sépareras la terre du feu…

Par |2018-08-15T01:33:24+00:00 20 septembre 2014|Catégories : Blog|

 

Tu sépa­re­ras la terre du feu, le sub­til de l’épais, dou­ce­ment avec grande indus­trie

 

Dans l’union de la vigne et du tuf
Elle entend le ser­ment des sar­ments au vil­lage
La pro­messe a glis­sé depuis le Nord
À por­tée de rails
     Dans le ventre du vent gra­vide

 

L’ancêtre sema des dents comme on sème des mots
Naquirent des guer­riers
     Mots de guerre
En col­lier d’épousée
Harmonie comp­ta ses mal­heurs
     Maux d’enfants

 

                                     Dans un café pari­sien
                                     Paru Vendu acca­pare un vieux dan­seur musette
                                     Aux rides ténues et che­veux de zinc

 

Sonne et tré­buche consonne
Nous sommes tapis
Dans un silence à fleur de pénombre
L’homme qui annone et moi

 

                                    La comète lettre s’étire et s’effiloche
                                    Vit et rit
                                               Ni parue ni ven­due
                                    Sous cape elle coule acide
                                    Au-delà de l’odeur des harengs au vinaigre

 

J’ai per­du le fil des rhap­sodes
Qui t’aurait per­mis de coudre de rape­tas­ser
Ta lec­ture d’illettré
Vieux dan­seur fati­gué

 

                                    L’homme aux che­veux blancs lit à haute voix
                                    Les nou­velles du jour
                                   Journellement misé­rables
                                   Du com­po­sé au sépa­ré
                                   À l’heure où les cui­si­niers mangent
                                   Avant le coup de feu

 

Harmonie et Cadmos beaux amants
     Devenus ser­pents
Mélusine cor d’harmonie des eaux
Mystère irré­duc­tible de la sépa­ra­tion
Contes à dor­mir debout
     En robe de saphir

 

                                 Le métal vif
                                 N’est pas venu là seul
                                 Les yeux de l’autre l’ont gui­dé
                                 Vers la sor­tie
                                 Trois pas­seurs pour une voix

 

Lui
L’autre qui me porte
Mon tout autre
Mon sou­rire de cyprès éche­ve­lé
Ma tuile étoile au vert d’amant
Qui effile et révèle
Sans le savoir
Les rêves de mes mots

 

                               La cavale domp­tée
                               Restera sau­vage
                               À défaut d’orgue
                               Elle joue du ser­pent

 

Plante des pieds à même la terre
Pieds pois­sons dans le cli­que­tis des flots
Les cou­leurs tintent
Les cou­leurs chantent
Rédimant l’humanité

 

     Vouivre sur le fil d’un I
Harmonie se pré­lasse au fir­ma­ment
     Mère Lucine des accou­che­ments
Du ciel et de la terre

 

                               Contrepoint
                               Les cui­si­niers ont dis­pa­ru
                               Avec les der­nières miettes
                               Mélusine et ses sœurs
                               Secouent les draps
                               Brodés au point de rosée par la trom­pette de Miles Davis

                               La pous­sière de soleil
                               Déride les per­siennes

X