> Tunnel, et autres poèmes

Tunnel, et autres poèmes

Par |2018-12-12T15:23:11+00:00 9 septembre 2017|Catégories : Blog|

 

TUNNEL

 

Il te fau­dra tou­jours
et avant toute chose
tra­ver­ser un tun­nel,
bien plus long
chaque fois.

Traverser le tun­nel,
goû­ter à ces plai­sirs
lumi­neux, éphé­mères.
Les sen­tir s’évanouir.
Repartir.

 

Mai 2012

 

 

MONTICULE

 

Espoirs déçus,
amères ran­cunes,
froides colères
forment un char­mant mon­ti­cule
dans lequel on se pré­lasse à l’envi,
bouche de tra­vers,
yeux mi-clos.

Il n’y a pas foule ici.
La foule pré­fère le sucre,
les paillettes, les notes claires.
La terre noire colle aux semelles
et les limaces se traînent
magni­fi­que­ment.

Cela res­semble à un automne sans fin,
plu­vieux, plain­tif.
L’odeur des feuilles pour­ris­santes
prend à la gorge.
Les nou­veaux venus
aime­raient repar­tir,
mais la nuit tombe
et le che­min s’efface.

 

                        Juin 2012

 

 

TRAINS

 

Les voya­geurs munis d’un billet
savent l’heure, le numé­ro de la voi­ture.

Nous atten­dons bras bal­lants,
per­dus, indé­cis.
Notre train est-il déjà pas­sé ?
Serait-ce celui qui entre en gare ?

Nous hési­tons
et déjà les portes se referment.

 

                        Juillet 2012

 

 

ANGES

 

Voix
Silence silence
L’air se déplace
Voix douces et cares­santes
graves et cares­santes
Les cris se sont tus
C’est un vio­lon­celle qu’on entend
le long du mur
Une plainte qui ne rend pas triste
Une mélan­co­lie qui n’a jamais tué per­sonne

 

Les anges nous espionnent
et se rient de nous
quand nous trem­blons
les jours de brume
entre chien et loup
C’est le moment qu’ils pré­fèrent

Voix
Silence silence
L’air se déplace
Et avec lui
un par­fum déli­cat
qui se meurt aus­si­tôt
Un beau par­fum de ciel

 

                        Berlin, août 2012

 

 

BERLIN

 

Envoyez la musique !
Cessons de nous mor­fondre.
Encore deux heures à vivre. 

N’ont-ils pas une chance for­mi­dable,
ces pas­sants nés ici ?

Toi aus­si, tu penses à ta petite pro­vince, dis ?
Aux trois ou quatre notables
qui accrochent des plaques com­mé­mo­ra­tives
font venir de la capi­tale un grand artiste,
lèvent leur verre comme leur père,
bégaient, bégaient, bégaient.

 

                        Berlin, août 2012.

 

 

X