> Un Autre « Lecteur Moyen » : sur la poésie anglophone contemporaine (2), Andrei Codrescu

Un Autre « Lecteur Moyen » : sur la poésie anglophone contemporaine (2), Andrei Codrescu

Par | 2018-02-25T19:00:34+00:00 13 octobre 2013|Catégories : Blog|

This selec­tion of poems by Andrei Codrescu is drawn from his recent­ly publi­shed col­lec­tion, So Recently Rent a World, Selected Poems, 1968-2012 (Coffee House Press, Minneapolis, 2012).  The volume is a retros­pec­tive span­ning the years from the writer’s ear­liest work as a young arri­val in the United States from Romania in 1966, to the present 2012.  In the late six­ties and ear­ly seven­ties Codrescu qui­ck­ly made com­mon cause with the most vital, pro­vo­ca­tive voices of the cultu­ral explo­sion that mar­ked the times, among them Allen Ginsberg, Kenneth Koch and William Burroughs,  mel­ding aspects of their wri­ting into a style that remains all Codrescu’s own. The poet’s signa­ture is the use of mul­tiple simul­ta­neous regis­ters, a many-voi­ced, self-engi­nee­red elas­tic medium employing spo­ken lan­guage favo­red by men­tors with a wide range of rea­dings. His razor-sharp wit and kalei­do­sco­pic view of culture span a wide-ran­ging inter­na­tio­nal radius.  Codrescu is, by turns, Puck, holy fool, high priest, here­tic, vam­pire, lover, social cri­tic, tea­cher, his­to­rian and anti-his­to­rian, theo­rist and anti-theo­rist, and above all, per­en­nial student of the times, always the chan­ging times. As one reads through for­ty-four years of Codrescu’s publi­shed poems his work never stops evol­ving, even as it returns  time and again to many of the same forms and sub­jects, pro­li­fe­ra­ting like a wall of coral or an out­crop­ping of bar­nacles visible just at the fron­tier of conscious­ness. Codrescu also claims some of the most illus­trious figures among the wri­ters and artists of the Dadaist and Surrealist move­ments as his bre­thren. For Codrescu culture is no more nor less than the whole, and poe­try its most fai­th­ful hand­mai­den.  In a world where poe­try is still often consi­de­red a high­brow pas­time and a relic of a for­mer cultu­ral era, Codrescu’s excep­tio­nal­ly varied wri­ting and career represent a kind of home run for poets and poe­try eve­ryw­here.

Codrescu has also recent­ly publi­shed Bibliodeath : My Archives with Life in Footnotes (Antibook Club, edi­tor Gabriel Levinson, 2012): “Technology has libe­ra­ted the word from the cof­fin of the book and from the limi­ta­tions of memo­ry. It has won” (v); wha­te­ver gets you through the night : a sto­ry of she­he­re­zade and the ara­bian enter­tain­ments (Princeton University Press, 2011); and The Posthuman Dada Guide : Tzara and Lenin Play Chess (Princeton University Press, 2009).

About Codrescu work, in the Los Angeles Review of Books (October) :

http://​lare​vie​wof​books​.org/​e​s​s​a​y​/​a​n​d​r​e​i​-​c​o​d​r​e​scu

Interview :

http://​lare​vie​wof​books​.org/​i​n​t​e​r​v​i​e​w​/​i​-​n​e​v​e​r​-​s​p​e​a​k​-​m​e​t​a​p​h​o​r​i​c​a​lly

***

 

 

Ces poèmes d’Andrei Codrescu sont choi­sis de son recueil récem­ment publié sous le titre So Recently Rent a World, Selected Poems, 1968-2012 (Coffee House Press, Minneapolis, 2012). Le livre est une rétros­pec­tive de l’oeuvre du poète datant des pre­mières années de sa jeu­nesse et donc de la période où il a quit­té la Roumanie pour les États-Unis, en 1966, jusqu’aux poèmes les plus récents, 2012. A la fin des années soixante et pen­dant les années  soixante-dix le jeune Codrescu a fait rapi­de­ment cause com­mune avec les poètes amé­ri­cains les plus mar­quants et les plus pro­vo­ca­teurs de cette période trans­for­ma­trice, Allen Ginsberg, Kenneth Koch et William Burroughs, par­mi d’autres,  incor­po­rant leurs inno­va­tions dans un style persn­nel qui est res­té le sien. La signa­ture sty­lis­tique de Codrescu se fait recon­naître  par la mise en oeuvre de mul­tiples registres simul­ta­nés (il fau­drait pen­ser à “l’instrument royal,” l’orgue sur­tout baroque, roman­tique aus­si), un dia­lo­gisme de voix auto-construit et élas­tique qui donne un grand pri­vi­lège à la langue par­lée et aux lec­tures les plus éclec­tiques favo­ri­sées par ses devan­ciers pré­fé­rés. Son esprit vif, son “wit,” autant que sa pers­pec­tive large et kaléi­do­sco­pique de la culture à l’échelle inter­na­tio­nale font pen­ser à un néo-méta­phy­sique dans le sens accor­dé au terme “méta­phy­sique” par les grands poètes anglais de l’ère baroque. A tour de rôle Codrescu porte le masque de : Puck, le fou de Dieu, grand prêtre, héré­tique, vam­pire, che­va­lier ser­vant, trou­ba­dour, cri­tique de la socié­té, pro­fes­seur, his­to­rien, anti-his­to­rien, théo­ri­cien, anti-théo­ri­cien et, sur­tout, étu­diant éter­nel du temps, du temps tou­jours chan­geant.

A lire les poèmes de Codrescu publiés depuis qua­rante-quatre ans il fau­drait consta­ter que son oeuvre n’arrête pas d’évoluer quand bien même elle revi­site au fur et à mesure les mêmes formes et les mêmes sujets un peu à l’image d’un grand récif de corail en expan­sion ou des ber­nacles pro­li­fé­rant juste à la sur­face de l’eau et de la conscience. Codrescu reven­dique aus­si, comme des esprits frères, des écri­vains et des artistes par­mi les plus notoires de Dada et du Surréalisme. Pour Codrescu la culture n’est ni plus ni moins que le grand tout et la poé­sie sa ser­vante la plus intime et la plus fidèle. Dans un monde où la poé­sie est sou­vent consi­dé­rée comme un passe-temps d’élite et le ves­tige d’une ère cultu­relle sur­an­née sinon éteinte, les écrits et la car­rière de Codrescu repré­sentent “ un tour com­plet” pour la poé­sie uni­ver­selle.

D’autres titres de Codrescu récem­ment publiés : Bibliodeath : My Archives with Life in Footnotes (Antibook Club, edi­tor Gabriel Levinson, 2012 : “La tech­no­lo­gie a libé­ré la parole du cer­cueil du livre et à la fois des limites de la mémoire. Elle est gagnante” (v); wha­te­ver gets you through the night : a sto­ry of she­he­re­zade and the ara­bian enter­tain­ments (Princeton University Press, 2011); et The Posthuman Dada Guide : Tzara and Lenin Play Chess (Princeton University Press, 2009).

A pro­pos de la poé­sie de Codrescu : article dans la Los Angeles Review of Books (octobre).

http://​lare​vie​wof​books​.org/​e​s​s​a​y​/​a​n​d​r​e​i​-​c​o​d​r​e​scu

Entretien :

http://​lare​vie​wof​books​.org/​i​n​t​e​r​v​i​e​w​/​i​-​n​e​v​e​r​-​s​p​e​a​k​-​m​e​t​a​p​h​o​r​i​c​a​lly