un chant d’âne
suave
s’élève dans l’immensité stel­laire
l’univers entier
brait
et moi je me sens fré­mir
d’un  mys­tique
feu de paille

 

 

Traduit de l’italien par Danièle Faugeras & Pascale Janot
POÈME DE JEUNESSE
(Poesie gio­va­ni­li 1967-1972, L’Officina, Trieste, 2003, Italie)