> UN HOMME DE « PIERRE PENSIVE » PABLO NERUDA

UN HOMME DE « PIERRE PENSIVE » PABLO NERUDA

Par | 2018-02-20T18:24:20+00:00 5 septembre 2014|Catégories : Blog|

 

Les expres­sions entre guille­mets sont les paroles mêmes de Pablo Neruda

Sais-tu le nom de l’homme ?
Le nom
Écrit au front des pierres
De l’homme
« Au cœur inter­mi­nable »
« Brûlant et étoi­lé ».

Sais-tu qu’il a pu vivre ici ?
Si peu de temps
De temps heu­reux.
Percé par la souf­france
D’un peuple
             Assassiné.

Nourri d’un « lait de pierre »,
Ressuscitant la digni­té amé­rin­dienne
Ses fleurs, ses vol­cans, ses oiseaux.
Glorifiant, dénon­çant, accu­sant
L’homme,
« Cette pierre dans la pierre ».

Mâle dou­ceur d’un chant
Aux paroles de tem­pête
Dans la fra­ter­ni­té
Pour ceux
De l’écume paci­fique
Et des soli­tudes habi­tées cor­dillères.

Mots-graines, perles-flammes,
Essaimant
Essaimant
Vers les repaires d’exils.
Vers eux
Qui n’en fini­ront jamais de mou­rir.

Pierres de fureur
Contre tous les fas­cismes.
Véhémente épo­pée
Pour résis­ter.
Espoir
Contre l’obscurantisme.

Collier d’amour
À celles qui ne sont que mémoire
À celles qu’il a aimées
À celles qu’il faut armer
Dans la cas­sure des ténèbres
Glacées.

Rêve d’une mai­son claire
À l’écoute du vent
Et des souffles de l’herbe
Des choses simples et essen­tielles
Ni soli­taire
Ni hos­tile.

L’heure est venue
Elle passe
Le sang des cumu­lus s’égoutte
Sur la mer
Et les tor­rents régur­gitent
les peurs.
  
 

Pour la ren­contre de Condé sur Iton (27) où a vécu le poète,
Le Printemps des poète, mars 2007.
In PENDANT QU'IL EST ENCORE TEMPS, Le Temps des cerises, 2012.

Sommaires