> Un regard sur la poésie équatorienne contemporaine

Un regard sur la poésie équatorienne contemporaine

Par |2018-10-19T16:22:51+00:00 16 décembre 2013|Catégories : Blog|

Ramiro Oviedo – Augusto Rodríguez


Apartar lo blanco de la luz
Séparer le blanc de la lumière

32 poe­tas ecua­to­ria­nos del siglo XXI
32 poètes Équatoriens du XXIème siècle

Introduction de Ramiro Oviedo et Augusto Rodríguez
Note pré­li­mi­naire de Ramiro Noriega

Editorial Sur,  SENAMI, Quito-Equateur, 2011

 

Traduit de l’espagnol (Équateur) par Rémy Durand
Anne-Marie Durand-Kennett
et Gabrielle Lécrivain

 

Quelques poètes de l’Anthologie :

Luis Carlos Mussó (Guayaquil, 1970).
Ceremonias de amor y muerte

α
Soy lo que sucede entre tus pier­nas. No son los héroes quienes incen­dian las ciu­dades que acu­dirán al azar y se repar­tirán el botín que reser­va la suerte a los que ven­cen. El que escribe la hazaña/​ el que añade tinie­blas a la ima­gen posible del can­to gozará de tu cuer­po sobre esta sepul­tu­ra. Y al escri­bir la ges­ta, resue­nan las trom­pe­tas y llue­ven pol­vos ama­rillos. Nuestros miem­bros adquie­ren los colores del mie­do.
 

γ

En mi sexo, un cerní­ca­lo heri­do que en medio de su vue­lo deja esca­par un llan­to des­ca­ra­do para la fácil nos­tal­gia. En mi cie­lo, un pan­ta­no de aguas teme­ro­sas y entre sus ondas, siete astros que ali­ge­ran la male­za. Veo siete veces el cadá­ver de la bes­tia aun cuan­do sos­ten­go en mi mano tu qui­ja­da. Siete des­fi­la­de­ros tes­ti­gos de la muti­la­ción del nombre. Y en mi crá­neo, una fies­ta de insec­tos. La cre­pi­ta­ción de los lugares donde se alo­jan tus íco­nos. Y tus imá­genes. Y tu voz.

Cérémonies d’amour et de mort
 

α

Je suis ce qui se trame entre tes jambes. Ce ne sont pas les héros qui incen­dient les villes qui sur­gi­ront au hasard et se par­ta­ge­ront le butin que la chance réserve aux vain­queurs. Celui qui écrit l'exploit /​ celui qui ajoute des ténèbres à l'image pos­sible du chant joui­ra de ton corps sur cette sépul­ture. Et pen­dant qu' il écrit l’épopée, les trom­pettes sonnent et il pleut des pous­sières jaunes. Nos membres épousent les cou­leurs de la peur.

γ

Sur mon sexe, un fau­con bles­sé qui, pen­dant son vol, laisse échap­per un san­glot inso­lent pour une nos­tal­gie désin­volte. Dans mon ciel, un marais aux eaux crain­tives et dans ses cou­rants, sept astres qui adou­cissent les brous­sailles. Je vois sept fois le cadavre de la bête, même quand je sou­tiens ta mâchoire dans ma main. Sept pas­sages étroits sont témoins de la muti­la­tion du nom. Et dans mon crâne, une fête d'insectes. Le cré­pi­te­ment des lieux où logent tes icônes. Et tes images. Et ta voix.

Traduction Anne-Marie Durand Kennett et Rémy Durand

 

Franklin Ordóñez Luna (Loja, 1973).

A la som­bra del cor­sa­rio

El úni­co des­ti­no es seguir nave­gan­do
en paz y en cal­ma hacia el siguiente nau­fra­gio”.
José Emilio Pacheco,  Titánic

 

Se retuerce la noche, ani­mal en celo. Perfora la piel, los hue­sos donde escri­bo la his­to­ria. Sube el mar : espe­jo y pája­ro de agua ; siem­bro tuli­panes en el vientre de gavio­tas. Recorremos Goya, de las bocas del metro emer­gen relám­pa­gos, del­fines, toros que nave­gan sobre espa­das. Pero abres las alas, desa­pa­reces. Enloquecido me lan­zo a la ciu­dad, te bus­co. Azoto mi cabe­za contra el muro. La marea me arro­ja al país de bar­ro y espe­jis­mos, de gan­gre­na y mine­rales. Torpes las mon­tañas me consue­lan con his­to­rias de amores que­ma­dos. Te reten­go en peda­zos de papel, en mi piel donde dibu­jaste ciu­dades muer­tas. Te reten­go en his­to­rias de hor­mi­gas, en la balan­za, la sal que bebí de tu espal­da. Lanzo mis ala­ri­dos a la cor­dille­ra, al nudo lle­no de paja y fan­tas­mas. Qué leja­no el invier­no, sus noches, nues­tro lecho de metal y mari­hua­na. Qué cer­ca­na tu voz,  tus pala­bras con pie­dras de sol… Tus manos que atra­pa­ron las mari­po­sas de mi gar­gan­ta.

 

A l’ombre du cor­saire 
 

« L’unique des­tin est de conti­nuer à navi­guer
dans la paix et dans le calme vers le pro­chain nau­frage. »
José Emilio Pacheco, Titanic
 

La nuit se tord, ani­mal en cha­leur. Elle per­fore la peau, les os où j’écris cette his­toire. La mer monte : miroir et oiseau aqua­tiques ; je sème des tulipes dans le ventre des mouettes. Nous par­cou­rons Goya, des bouches de métro émergent des éclairs, des dau­phins, des tau­reaux qui naviguent sur des épées. Mais tu ouvres les ailes, tu dis­pa­rais. Je deviens fou et je me jette dans la ville, je te cherche. Je fouette ma tête contre le mur. La marée m’échoue au pays de boue et de mirages, de gan­grène et de miné­raux. Maladroites les mon­tagnes me consolent avec des his­toires d’amours brû­lées. Je te garde sur des mor­ceaux de papier, sur ma peau où tu des­si­nas des villes mortes. Je te garde dans des his­toires de four­mis, sur la balance, dans le sel que je bus sur ton dos. Je lance mes hur­le­ments à la cor­dillère, au nœud plein de paille et de fan­tômes Comme il est loin­tain l’hiver, ses nuits, notre lit de métal et de mari­jua­na. Comme elles sont proches ta voix, tes paroles aux pierres de soleil… Tes mains qui attra­pèrent les papillons de ma gorge.
 

Traduction Gabrielle Lécrivain
 

Beatriz Viteri Garcés (Guayaquil, 1974).

El triste país de los dis­fraces

Las paredes sien­ten el mie­do de las cor­ti­nas que arras­tran sus len­guas por el sue­lo. Las ven­ta­nas se estre­me­cen con el rui­do noc­tur­no y el frío que les lle­ga desde el teja­do pobla­do de gatos ace­chan­do la cópu­la. La lám­pa­ra se mira al espe­jo, éste le responde con som­bras que se acues­tan en la cama y se enrol­lan en las sába­nas. El piso es un cie­lo de ros­tros que se for­man con el pol­vo, la hume­dad y las man­chas del tiem­po. El arma­rio es el triste país de los dis­fraces. El escri­to­rio, refu­gio de papeles conde­na­dos a acuñar las des­pe­di­das. La casa se frunce en su cua­dra­tu­ra, subrayan­do con rojo las heri­das, mul­ti­pli­can­do los gri­tos que sigo escu­chan­do a kiló­me­tros de dis­tan­cia.

Le triste pays des dégui­se­ments

Les murs sentent la peur des rideaux qui traînent leurs langues sur le sol. Les fenêtres tremblent à cause du bruit noc­turne et du froid qui arrive du toit peu­plé de chats qui guettent la copu­la­tion. La lampe se regarde dans le miroir, celui-ci lui répond par des ombres qui se couchent dans le lit et s'enroulent dans les draps. Le sol est un ciel de visages qui se forment avec la pous­sière, l'humidité et les taches de vétus­té. L'armoire est le triste pays des dégui­se­ments. Le bureau, refuge de papiers condam­nés à consa­crer les adieux. La mai­son se plie dans sa qua­dra­ture, sou­li­gnant de rouge les bles­sures, mul­ti­pliant les cris que je conti­nue d'entendre à des kilo­mètres de dis­tance.

Traduction Anne-Marie Durand Kennett et Rémy Durand

 

César Eduardo Carrión (Quito, 1976).

Tercera didas­ca­lia

 

Aves des­plu­ma­das en la pun­ta de la len­gua :
Confesiones reser­va­das para el lecho de la muerte.
Los mejores ins­tantes esca­pan :
Un mir­lo muy oscu­ro, frente a la ven­ta­na y a la media­noche.
Invisibles el plu­maje, los ova­rios, los testí­cu­los, el falo, la matriz,
nues­tros sueños más erec­tos, abso­lu­ta­mente negros.
El ave pasa sin comer estos alpistes de carbón, estos licores de cia­nu­ro.
Vuela alto el emplu­ma­do soli­ta­rio. Sin embar­go,
nues­tra atá­vi­ca desi­dia nos impide admi­rar­lo.
Los mejores momen­tos ato­ran intes­ti­nos, per­vier­ten diges­tiones.
Escondemos nues­tra dicha como madres que mace­ran ava­ri­cia
en sus fetos tume­fac­tos. Destrozamos cada nido del alféi­zar con la boca :
Mil veces inhós­pi­tos,
mil veces per­ti­naces las pala­bras del ace­cho.

¿ Cómo vol­ve­re­mos a jun­tar nues­tra limal­la dis­per­sa­da sobre el cam­po ?
Sobre los cuer­pos acri­billa­dos de aquel­los mir­los,
nues­tro amor se com­pa­dece de su car­ga. Cometemos las masacres
agar­ro­ta­dos de embe­le­sos. Nos diji­mos que era el cli­ma que mos­tra­ba su incle­men­cia.
¡Cómo sos­te­ner fra­gi­li­dades tan pesa­das !
El hombre espar­ci­do en un cie­no pro­fun­do.
El mir­lo del ins­tante extra­via­do en el cie­lo.
¡Que un relám­pa­go divi­da en la mitad nues­tro tiem­po !

 

Troisième didas­ca­lie

Oiseaux déplu­més sur la pointe de la langue :
Confessions réser­vées pour le lit de la mort.
Les meilleurs ins­tants s’échappent :
Un merle très obs­cur, face à la fenêtre et au milieu de la nuit. 
Invisibles le plu­mage, les ovaires, les tes­ti­cules, le phal­lus, la matrice,
nos rêves les plus éri­gés, abso­lu­ment noirs.
L’oiseau passe sans man­ger ce millet de char­bon, ces liqueurs de cya­nure. 
Il vole haut l’emplumé soli­taire. Cependant,
notre négli­gence ata­vique nous empêche de l’admirer.
Les meilleurs moments bouchent les intes­tins, per­turbent les diges­tions
Nous cachons notre bon­heur comme des mères qui font macé­rer l’avarice
dans leurs fœtus tumé­fiés. Nous détrui­sons chaque nid des bords des fenêtres  
Mille fois inhos­pi­ta­liers,
mille fois tenaces les mots de l’affût.

Comment par­vien­drons-nous à ras­sem­bler notre limaille épar­pillée dans le champ ?
Sur les corps cri­blés de ces merles,
notre amour prend pitié de sa charge. Nous com­met­tons les mas­sacres
sai­sis de ravis­se­ments.  Nous nous sommes dit que c’était le cli­mat qui mon­trait son   inclé­mence.
Comment sou­te­nir des fra­gi­li­tés aus­si pesantes !
L’homme répan­du dans une boue pro­fonde.
Le merle de l’instant éga­ré dans le ciel.
Qu’un éclair divise en deux notre temps ! 

 

Siomara España (Manabí, 1976).

Duelo (pasaje)

Me des­pi­do de tu cuer­po
de tus ojos, de tus manos
de la cama vie­ja y de su estruen­do
me des­pi­do de las fiebres
de los ecos de mis hue­sos en tus manos
de tus  dientes mor­de­dores
me des­pi­do porque es tem­pra­no
me des­pi­do porque aun escu­cho tus gemi­dos.
A chor­ros me san­gran tus heri­das
aún escar­bo la nos­tal­gia de tu cuer­po
porque si no me mar­cho
podría­mos ser felices.

Deuil (extrait)

Je prends congé de ton corps
de tes yeux, de tes mains
du vieux lit et de ses fureurs
je prends congé des fièvres
des échos de mes os dans tes mains
de tes dents car­nas­sières
je prends congé parce qu’il est tôt
je prends congé parce que j’entends encore tes gémis­se­ments.
Tes bles­sures me couvrent toute entière de sang 
je fouille encore la nos­tal­gie de ton corps
parce que si je ne pars pas
nous pour­rions être heu­reux.

Traduction Rémy Durand

 

 

Ernesto Carrión (Guayaquil, 1977).
Adiós a la carne
[XII]

nada hay más her­mo­so que un hombre muer­to.
reto­can­do su ros­tro ver­da­de­ro, bajo el inmen­so árbol de la sangre. Y nada hay más hones­to que un hombre muer­to ; cal­la­do por su condi­ción de muer­to, y no cal­la­do por temor al aban­do­no. Y nada hay más her­mo­so que un hombre muer­to ; algo flá­ci­do y de pómu­los sere­nos, que ya no se enro­jece por insi­nua­ciones ; o deli­ca­do como una ser­vil­le­ta que gira mucho antes de tocar el piso.
…en la ciu­dad desier­ta, detrás de los lau­reles, aso­man las pri­me­ras som­bras. (llueve).

Ernesto Carrión (Guayaquil, 1977).
Adieu à la chair  [XII]

Il n’y a rien de plus beau qu’un homme mort.
qui retouche son vrai visage, sous l’arbre immense du sang. Et il n’y a pas plus hon­nête qu’un homme mort ;  silen­cieux parce que mort, il ne se tait pas par crainte de l’abandon. Et rien de plus beau qu’un homme mort ; un peu flasque, les pom­mettes sereines, qui ne rou­git pas aux insi­nua­tions ; ou déli­cat comme une ser­viette qui s’envole avant de tou­cher le sol. 
…dans la ville déserte, der­rière les lau­riers, appa­raissent les pre­mières ombres (il pleut).

Traduction Rémy Durand

 

Augusto Rodríguez (Guayaquil, 1979)

El beso de los dementes

I

En el inicio éra­mos mi padre y yo toma­dos de la mano en la infan­cia de nues­tro apel­li­do, en la pre­his­to­ria de nues­tros abra­zos y besos, de los viajes a la noche inven­ta­da o a la ciu­dad del alco­hol y del taba­co. Nada saca­mos a lim­pio si el mun­do no se des­pe­dazó con nues­tros rezos fami­liares. Si noso­tros no fui­mos el mun­do, si la tier­ra que hierve entre nues­tras venas no expulsó el infier­no que lle­va­mos den­tro. Mi padre era un ser de piel silen­cio­sa que lle­va­ba en el corazón la ira, el odio y la conde­na del tiem­po ; hombre de sal, de sueños verdes, des­ti­na­do a pade­cer deba­jo de la tor­men­ta de hie­lo que incen­dió sus manos ; manos que aca­ri­cia­ron mis pár­pa­dos gas­ta­dos, que algu­na vez mira­ron cómo el hori­zonte fue un impe­rio que se des­truyó con el fue­go de la sel­va. Mi padre atra­vesó la orilla de los muer­tos para alcan­zarme, para alcan­zar a sus muer­tos y decirles que es el hijo de la rabia, de la furia, el hijo de los ángeles vio­la­dos, el hijo que se fugó de su pro­pio entier­ro para rein­ven­tar los sol­lo­zos de las mujeres que tan­to amó. Mi padre es la copa rota donde yo bebo sus vicios. Soy su vicio más pro­fun­do, su heren­cia ven­ga­ti­va, la carne mise­rable que no teme divi­dir el aire para conquis­tar lo que desea. Soy su heren­cia enfer­ma, que ase­si­nará sin pie­dad a sus ver­du­gos. Su heren­cia enlo­que­ci­da, que revi­virá cadá­veres y bes­tias, con tal de que su heri­da expulse el vene­no. Mi padre es una habi­ta­ción abier­ta de par en par donde yo entro sin zapa­tos y sin medias, dis­pues­to a cor­re­gir mis errores. Ahí den­tro sé que soy bien­ve­ni­do, pero ten­go que guar­dar silen­cio, para que su pala­bra, que es silen­cio y gozo, me atra­viese el tím­pa­no, el cere­be­lo y cruce mi espi­na dor­sal has­ta cru­ci­fi­carse en mi aor­ta. Tengo que apren­der a defen­derme de sus espe­jos y dioses furio­sos : como tigres se me lan­zan al cír­cu­lo e impul­san a pelear con mis manos heri­das. Solo acep­to con honor su invi­ta­ción y nos deba­ti­mos.

Augusto Rodríguez (Guayaquil, 1979).

Le bai­ser des déments

I

Au début nous nous tenions la main mon père et moi dans l’enfance de notre nom, dans la pré­his­toire de nos étreintes et de nos bai­sers, des voyages dans la nuit inven­tée ou dans la ville de l’alcool et du tabac. Nous n’avons rien pu en tirer puisque nos prières fami­liales n’ont pas mis le monde en pièces. Nous n’avons pas été le monde car la terre qui bout dans nos veines n’a pas expul­sé l’enfer qui est en nous. Mon père était un être à la peau silen­cieuse, qui por­tait dans son cœur la colère, la haine et la condam­na­tion du temps ; homme de sel, de rêves verts, il était des­ti­né à souf­frir sous la tem­pête de neige qui incen­dia ses mains ; mains qui cares­sèrent mes pau­pières fati­guées, qui ont vu une fois que l'horizon avait été un empire détruit par le feu de la forêt.
Mon père tra­ver­sa le rivage des morts pour me rejoindre, pour rejoindre ses morts et leur dire qu’il est le fils de la rage, de la furie, le fils des anges vio­lés, le fils qui avait fui ses propres obsèques pour réin­ven­ter les san­glots des femmes qu’il avait tant aimées. Mon père est la coupe bri­sée où je bois ses vices. Je suis son vice le plus pro­fond, son héri­tage ven­geur, la chair misé­rable qui ne craint pas de tran­cher l’air pour conqué­rir ce qu’il désire. Je suis son héri­tage malade, qui assas­si­ne­ra sans pitié ses bour­reaux. Son héri­tage fou, qui fera revivre des cadavres et des bêtes, pour­vu que sa bles­sure expulse le venin. Mon père est une demeure ouverte à tous les vents où j’entre sans chaus­sures et sans chaus­settes, prêt à cor­ri­ger mes erreurs. Là, à l’intérieur, je sais que je suis le bien­ve­nu, mais je dois me taire, pour que sa parole, qui est silence et jouis­sance, tra­verse mon tym­pan, mon cer­ve­let et tra­verse ma colonne ver­té­brale jusqu’à se cru­ci­fier sur mon aorte. Je dois apprendre à me défendre de ses miroirs et de ses dieux en colère : comme des tigres ils me jettent dans le cercle et me forcent à la lutte avec les mains bles­sées. Seul, j’accepte l’honneur de leur invi­ta­tion et nous lut­tons. 

Texte inté­gral sur http://​remy​du​rand​.com/​a​n​t​h​o​l​o​g​i​e​.​htm

X