> Végétalité

Végétalité

Par |2018-08-17T05:08:33+00:00 2 janvier 2014|Catégories : Blog|

 

La man­geuse pro­fonde se réveille, mon élan se cogne contre l’invisible et je ne peux libé­rer ma ques­tion lan­ci­nante. Elle n’a pas de lan­gage, pas de forme, elle n’a pas d’issue. Elle me dépasse.
Ce qui monte en moi d’une végé­ta­li­té est-il illu­sion ou réa­li­té étouf­fée qui enfonce ma poi­trine et m’emprisonne dans ses tour­billons ?
Quelle est cette mémoire de feuille sur­gie, cette appar­te­nance si pesante ou si jouis­sive et douce, par­fois, évi­dente alors et tel­le­ment étrange.
Elle est plei­ne­ment quête fugace d’un lien per­du entre deux rives de l’être, un manque ter­rible et invi­vable, une fis­sure d’air gla­cé.
Quelle est ma véri­table forme ? Ma véri­table chair, et cette paren­té secrète entre vous et moi, est-elle tout ou par­celle per­sis­tante, rési­du ou essence ?

 

 

 

Vegetalitat

Minjadora hon­su­da que’s dei­shu­da, mon balanç tuma contra l’invisible e ne pòdi pas des­bar­ral­har la ques­tion lan­ce­jan­ta qui n’a pas par­lar, pas cap for­ma,
qui n’a pas escap. Que’m supera.
Çò qui’m creish au dehens d’aquera vege­ta­li­tat, qu’ei illu­sion o rea­li­tat esto­fa­da qui’m hon­ha lo piet e m’empresoa dins sons mar­molhs ?
D’on sor­teish aque­ra memò­ria de huel­ha bro­ca­da, aque­ra per­tan­hen­ça tan pesu­da o tan gai­ha­sen­ta e doça, a còps, cla­ra lavetz e tant extra­n­ha ?
Qu’ei san­cè­rament quis­ta fuga­ça d’un ligam per­dut enter dus arri­bas de l’estar, ua necè­ra ter­rible e de mau viver, ua henal­ha d’aire gla­çat.
Quina es ma ver­ta­dè­ra for­ma ? Ma ver­ta­dè­ra carn, e aqueth paren­tatge secret de nosautes, qu’ei lo tot o trenç dura­dis, hon­set o esen­cia ?

 

 

(In Parçans esco­nuts- Territoires cachés-Editions JornèFévrier 2013)

X