> Verlaine emprisonné

Verlaine emprisonné

Par | 2018-05-23T18:43:19+00:00 19 avril 2013|Catégories : Critiques|

Ce livre peut se lire ou se par­cou­rir en pro­lon­ge­ment de l’exceptionnelle expo­si­tion à laquelle il est asso­cié : Verlaine empri­son­né, au Musée des Lettres et Manuscrits (jusqu’au 5 mai 2013). Il peut aus­si être lu de façon auto­nome, en par­ti­cu­lier par ceux qui ne peuvent se rendre à Paris pour voir l’exposition. Plus de 220 pages asso­ciant une masse impres­sion­nante de repro­duc­tions, la plu­part étant des docu­ments pré­sen­tés à l’exposition, et le texte entraî­nant de Jean-Pierre Guéno. C’est un beau livre, au sens réel­le­ment noble de ce terme.

De quoi s’agit-il ?

Le Musée des Lettres et Manuscrits donne à voir, pour la pre­mière fois, au public le manus­crit ori­gi­nal de Cellulairement, l’ensemble des poèmes écrits par Verlaine en pri­son, après qu’il ait tiré au revol­ver sur Rimbaud. Le texte n’a jamais été édi­té tel quel du vivant du poète, les poèmes ayant été répar­tis par Verlaine dans divers recueils. C’est ce que donne à voir l’exposition, et aus­si l’histoire que donne à lire l’ouvrage de Guéno. Une his­toire au sens large car Verlaine empri­son­né s’organise en cha­pitres, avec chaque fois des docu­ments excep­tion­nels et la plu­part du temps des poèmes, qui per­mettent de « faire le tour » de l’homme Verlaine et de cette affaire cri­mi­nelle pour le moins célèbre. Le par­ti pris est pas­sion­nant : Verlaine est empri­son­né car il fait des séjours en pri­son, bien sûr ; il est aus­si inté­rieu­re­ment empri­son­né, depuis sa nais­sance, par diverses cel­lules dont la moindre n’est pas sa souf­france per­son­nelle. L’ensemble est très beau, pas­sion­nant même. Tant pour ceux qui aiment Verlaine que pour ceux qui le connaissent mal, car livre et expo­si­tion ont cette qua­li­té de pou­voir ser­vir d’introduction à Verlaine pour qui­conque sou­haite appro­cher le poète. Et de s’adresser en même temps aux habi­tués de la poé­sie de Verlaine, habi­tués qui décou­vri­ront ici phy­si­que­ment les poèmes dis­per­sés de Verlaine. Un ensemble qui, dit-on sou­vent, fut le pre­mier pas vers la conver­sion du poète – pour peu que celle-ci ait été acquise en pro­fon­deur, ce qui est une autre his­toire…

 

Les textes de Cellulairement viennent d’être réunis en un volume de la col­lec­tion Poésie/​Gallimard.

 

X