> Viatique

Viatique

Par | 2018-02-17T20:21:42+00:00 31 mai 2014|Catégories : Blog|

 

Le monde est mon lieu, dit le poème.

J’apprends devant l’étonnante archi­tec­ture des mon­tagnes
L’extrême opa­ci­té des choses.
Même l’émotion est deve­nue chose par­mi les choses.
Quant à la hau­teur ou la pro­fon­deur, elle est dans les mots
Plus pro­fonde et plus haute que toute réa­li­té.

En moi, dit encore le poème,
Il n’y a nulle dif­fé­rence entre l’amour et la mort,
Entre une clé et un geste d’adieu,
Entre le don et l’apparence,
Entre la menace et l’acacia,
Entre un quar­tier de lune et le chu­cho­tis des racines,
Entre une chaise de jar­din et notre petite épi­pha­nie quo­ti­dienne.
Et la rivière passe avec les mots, tou­jours autre et tou­jours la même.

Je demeure dit enfin le poème
Au plus fort du silence.
Chaque fois que le vide est fran­chi,
Quand le soleil en moi se lève
Ou que la terre s’assombrit,
Dans le souffle et la mesure,
Dans le sacre et l’accident.

   *

C’est un étrange voyage que de vivre
Comme de boire jusqu’à la lie le verre
Et de s’en arra­cher comme d’une ombre
Laissant à l’horizon de soi pas même une forme vide
Sauf cette pous­sière de mots cette den­telle
Obscure qui a pour nom « sou­ve­nir ».

Rien ne res­semble plus à ma vie que le poème
Il connaît l’impossibilité d’être seul.
En lui d’un mot à l’autre gran­dit l’imprévisible
Mais aus­si le chaos où les monstres sont tapis.

Ce qu’il cache et ce qu’il crie
N’est rien d’autre que bouche ouverte à l’étonnement,
Ce gros­sis­se­ment d’insecte d’une foule éga­rée
La pâle fri­pe­rie des jours fanés, écume, gri­mace.

La grande leçon de mon enfance
Ce fut pour­tant le refus des larmes
Mais tout fait retour dans le grand silence noc­turne.

Mon poème prend le risque de lier le masque à l’aveu,
Mots et cailloux dans la bouche,
Le pro­non­cé des ombres et des viandes.

Ce n’est pas un miroir pour jeune fille,
Ni un alcool pour un soir de fête
Mais une prose qui ne connaît ni la pause ni la vic­toire.

 

 

                 

(Poèmes à paraître pro­chai­ne­ment aux Editions Al Manar, avec des accom­pa­gne­ments gra­phiques de Julius Baltazar. Titre de ce nou­veau livre : De Ciel et d’Ombre.)

Sommaires