> Violoncelle

Violoncelle

Par |2018-08-15T05:55:32+00:00 5 mai 2013|Catégories : Blog|

 

 

Violoncelle lan­cé dans la terre comme une flèche tom­bée
opu­lent    ton corps sur sa fine épine dor­sale
tremble    sus­pen­du      Des coups d’archet caus­tiques te mettent
en péril     te pro­voquent de tables d’harmonie de ver et de sève

Tes doigts    pour mon­ter    des­cendre    des­cendre plus bas
aspi­rer une toile invi­sible vers l’immensité astrale
Tes doigts caressent le ciel     Ton corps le dit
toute la lumière pour lever et écar­ter son voile

Tu avances à grands pas     tu mords à chaque ton d’iode
Rien ne peut t’intimider       casse-cou de la musique
explo­ra­teur du pouls      com­bat­tant    résis­tant
Condamné est le mur contre lequel tu fini­ras

Tu mords le ver­millon au goût de miel avec tant de véhé­mence
frère de sang     mon sang coule dans tes veines
Dans tes affres   je te fais tour­noyer     te tapote dou­ce­ment
Là où vibre le gland  tu san­glotes en moi de tes sons les plus sombres

Intermittence     puis tu gémis aux éclats d’étoiles polaires
et celui qui t’a brû­lé de ton archet te sou­rit main­te­nant
Tu res­pires plus cal­me­ment      Nous nous arrê­tons        Nirvana

Ptérodactyle pec­ca­dille tac­tile
– l’archet est relâ­ché     dix doigts tra­vaillent ton corps
font mon­ter de la mer une brume légère        et dans un tel silence
petite tape énigme     le vent coupe au rasoir les feuilles de bana­nier

et dans un tel silence     une pluie apai­sante insiste
gra­vant ses mes­sages en poin­tillé      braille pour les membres
morse     – nou­velles de moi     de toi     et de la mer
et    gra­vis­sant la mon­tagne     des rochers et des arbres

 

Traduction de Jacqueline Starer

 

 

Cello

 

Cello lan­ced in earth like a fal­len arrow
opu­lent     your body on the slen­der spine
qui­vers     sus­pen­ded      Caustic bows­trokes risk you
chal­lenge you from sound­boards of worm and sap

Your fin­gers     to ascend  step down   step dee­per
suck away a web into the vast­ness of stars
Your fin­gers fea­ther hea­ven     Your body mouths it
tempts light to lift and cast aside its veil

You stride      you bite at eve­ry iodine tone
Nothing can daunt you    music’s des­pe­ra­do
explo­rer of the pulse     figh­ter    resis­tant
Doomed is the wall your back will die against

So vehe­ment­ly you bite mel­li­fluous ver­mi­lion
blood-bro­ther    my blood is grai­ned in your grain
In your throes  I gyrate you    churn you soft­ly
where the glans throbs you sob in me your dar­kest sounds

you inter­mit     wail to shat­te­red pole-stars
and he who fired you from his bow smiles down at you
You breathe more easi­ly       We pause      Nirvana

Pterodactyl  pec­ca­dillo tac­tile
–   the bow relea­sed     ten fin­gers work your body
draw haze from the sea       and in such silence
strum conun­drum      wind razors bana­na leaves

and in such silence     appea­sing rain insists
stip­pling its mes­sages      Braille to the limbs
morse     – news of me   of you     and of the sea
and    clim­bing the moun­tain     of  the rocks  the trees

X