Y

Par | 2018-05-23T17:09:25+00:00 5 juin 2014|Catégories : Blog|

La lettre, le sens, la vie

 

 

Lire, écrire, c’est coudre un livre après l’autre
les mor­ceaux d’une tunique fabu­leuse
pour s’en aller, joyeux, vers sa propre mort.
Cette laine des mots, c’est sur son propre dos
que l’écrivain la tond.
Son verbe est pas­sé par son corps.
Il connaît ce qu’il avance. Il le connaît dans
sa chair où se tient la mémoire de l’espèce.
Il n’y a pas de lit­té­ra­ture sans corps.

LORETTE NOBÉCOURT,
L’usure des jours.

 

 

 

Ils s’arrêteront sur une ana­gramme
presque par­faite – il n’y manque qu’un C –
de Crayencourt : Yourcenar.
« Pour  le plai­sir de l’y », dira Marguerite.

JOSYANE SAVIGNEAU,
Marguerite Yourcenar : l’invention d’une vie.

 

 

À Yvon Le Men

 

Y

 

J’hésite
                  entre
écrire un pré­am­bule
et déam­bu­ler dans la nuit

Personne pour choi­sir

                   Alors
j’irai
entre l’eau et le sable
ondu­ler
avec les algues
d’un loin­tain lit­to­ral
– mes sœurs en per­sé­vé­rance –

                   Comme elles
j’écris
                  sans pré­am­bule
une déam­bu­la­tion poé­tique
avec des lettres d’algues qui dansent
avec une encre d’eau qui jamais ne sèche
avec des mots de sable man­gés par la mer
avec des vers de vagues qui jamais ne cessent

J’écris
                  sans hési­ter
lové au creux de l’Y
                  là où
est pré­ser­vé l’équilibre
                  sans hési­ta­tion ni pré­fé­rence

Personne pour hési­ter
per­sonne pour pré­fé­rer

J’écris
                  simple ins­tru­ment
sem­blable au crayon
tenu dans l’Y des doigts
et posé sur le pouce de la pré­hen­sion
                  sans contrainte
– c’est beau de voir l’Y des doigts
se cour­ber
jusqu’au pouce de la pré­hen­sion
pour expri­mer
toute une com­pré­hen­sion –

                   C’est beau
de voir
un poète se pen­cher sur
une feuille d’arbre
pour en décryp­ter
la gram­maire en Y des ner­vures

                   C’est beau
de voir un poète
se pen­cher
sur une feuille blanche
pour y par­ta­ger
son amour du vivant
son amour du sens
son amour de la langue
son amour de l’écriture

Personne pour dire
per­sonne pour écrire

                   Mais l’écriture
se fait
                  comme l’Y tient en équi­libre
                  sans rien connaître des lois
                  qui rendent cet équi­libre pos­sible

L’Y nous enseigne
qu’il faut
                  sans pré­fé­rence
connaître pour sur­vivre
et igno­rer pour vivre
connaître pour se concen­trer
et igno­rer pour s’ouvrir
connaître pour com­prendre
et igno­rer pour décou­vrir
connaître et igno­rer
pour s’émerveiller
pour s’éveiller
                  à
cela-même

 

 

 

 

 

 

 

Y1

Y
est la vingt-cin­quième lettre
et la sixième voyelle
de l’alphabet latin moderne
– tan­tôt voyelle éti­rée fer­mée
tan­tôt semi-consonne en fran­çais –
et a été inven­té tar­di­ve­ment par les latins
pour trans­crire l’upsilon
– la ving­tième lettre de l’alphabet grec –
sur­tout dans cer­tains noms propres

Y est aus­si
pro­nom et adverbe
sym­bole algé­brique
sym­bole de l’yttrium
et désigne en phy­sique
l’hypercharge d’une par­ti­cule

Y est aus­si uti­li­sé
de manière abu­sive
– et néan­moins sym­pa­thique –
dans cer­taines régions de France
don­nant un relief par­ti­cu­lier à la langue
– un relief en Y !
j’vais y faire
faut pas y craindre

Y est aus­si
le mot viet­na­mien pour
iden­tique, exac­te­ment et vête­ment
et en y ajou­tant divers accents
il devient d’autres mots
comme Ý
– pro­non­cer « iii’ » –
qui veut dire pen­sée ou opi­nion

Y se retrouve aus­si
en géo­gra­phie pour
dési­gner par­fois
la ren­contre de trois val­lées
ain­si parle-t-on cou­ram­ment
de l’Y gre­no­blois

Y était
– semble-t-il –
l’emblème des pytha­go­ri­ciens
pour qui il repré­sen­tait
la croi­sée des che­mins
les alter­na­tives aux­quelles
constam­ment se confronte l’être humain :
le spi­ri­tuel et le mon­dain
la connais­sance et l’ignorance
le bien et le mal

Y
sym­bo­lise d’ailleurs sou­vent
l’arbre de la jus­tice
et d’une manière plus géné­rale
la ver­ti­ca­li­té
l’équilibre
et la crois­sance vers les cieux
de l’arbre et
de l’être humain

La forme de l’Y
rap­pelle
– entre autres –
celle du calice
– le calice des fleurs et le calice sacré –
celle de la langue bifide des ser­pents
– ani­maux au venin poi­son et remède –
celle du rhi­na­rium des lapins et des lièvres
– dont la lèvre supé­rieure bifide
repré­sente en Asie la dupli­ci­té ver­bale –
celle du poly­ga­la arilla­ta d’Asie
– proche du poly­gale petit buis d’Europe –

Plusieurs tra­di­tions décon­seillent
la forme de l’Y pour les lieux de vie :
ne pas faire une double entrée
en forme d’Y dans une pro­prié­té
et ne pas acqué­rir un ter­rain
à la jonc­tion de deux che­mins
qui forment un Y

Il existe une repré­sen­ta­tion en Y
de la meno­rah juive
– le chan­de­lier à sept branches –
des­si­née par Maïmonide
où cette forme repré­sente
– selon la kab­bale –
les sept branches du del­ta du Nil

Si l’on ren­verse l’Y on y voit
– selon l’ami Nicolas Brard dans son
Exégèse de Voyelles d’Arthur Rimbaud
la verge, rayon bifide issu de l’Un, majus­cule
comme Dieu, à la rime, mas­cu­line.

Si l’on relie les trois extré­mi­tés de l’Y
par des traits
tout en gar­dant les traits de l’Y
on obtient un tétra­èdre pointe en bas
espace déli­mi­té le plus éco­no­mique
figure sym­bo­lique dans le boud­dhisme tan­trique
appe­lée dhar­ma­dayo en sans­krit
tcheud­joung (chos ‘byung) en tibé­tain :
source des phé­no­mènes
matrice uni­ver­selle ou vacui­té
espace du sans-ori­gine
du sans-demeure et du sans-ces­sa­tion
espace du non-soi
mais aus­si espace de tous les pos­sibles
repré­sen­ta­tion du non-repré­sen­table

 

 

Y2

Y
ponc­tue ma vie :

né à La Roche sur Yon
for­mule chro­mo­so­mique xy
pré­nom­mé Yves par mes parents
mon frère s’appelle Guy
– il fait du yoga et on l’appelle Yo-Guy –

mon nom de moine-yogi est Jigmé Thrinlé Gyatso
– un océan d’Y, actif et intré­pide ? –

les noms de mes Maîtres spi­ri­tuels :
Gyalwang Drukpa Jigmé Péma Wangchen
Sengdrak Rinpoché Ngawang Gyourmé Tcheuky Gyaltsen
Kagyü Khenchen Rinpoché Yéshé Tcheudar

lieux de vie :
La Roche sur Yon
Nesmy
Plouray
Montsapey
l’Himalaya

… en pas­sant
par­fois
par Minihy et Tréguier
pour rendre hom­mage à
Yves Hélory de Kermartin
– saint Yves –
afin de gar­der l’espoir en l’être humain
et chan­ter :
Sanctus Yvo erat bri­to,
advo­ca­tus sed non latro,
res mira­bi­lis popu­lo !
Saint Yves était bre­ton,
avo­cat mais pas voleur,
chose admi­rable pour le peuple !
et par la baie de Douarnenez
pour essayer d’entendre réson­ner
– comme nous les a don­né à entendre
ce cher Claude Debussy –
les cloches de la ville d’Ys

… et il y a les voyages
car Y est ouver­ture
triple ouver­ture d’un point
dans l’espace infi­ni

 

 

Y3

Dans la nuit noire
                                     tombe la neige

Dans la nuit blanche
                                     l’esprit s’élève

Dans la nuit froide
                                    le moine veille

Dans la nuit ample
                                     cœur ne som­meille

Dans la nuit de la foi
                                     tout s’éveille

Dans la nuit nue
                                     la gelée blanche drape la terre

Dans la nuit nei­geuse
                                     s’étend l’hiver

Dans la nuit crue
                                     qui a cro­qué la lune ?

Dans la nuit bleue
                                     brille Vénus

Dans la nuit pure
                                     vol­tige et s’éparpille le pol­len

Dans la nuit de la vie
                                     la vie sème encore la vie

Dans la nuit étoi­lée
                                     l’Y n’est pas si soli­taire

 

 

 

Y4

Le matou chasse de nuit
le matin chasse la nuit

et moi je chasse
du Y
la mélan­co­lie

comme un poète amer
comme un moine en colère
comme un médi­tant volon­taire

mais tous les vou­loirs
savoirs
espoirs et déses­poirs
du monde

ne peuvent éga­ler
la saveur
de l’instant

saveur de l’instant
quand le matou chasse dans la nuit

saveur de l’instant
quand le matin chasse la nuit

saveur de l’instant
quand je chasse la mélan­co­lie
sans me fixer ni sur elle
ni sur la chasse
ni sur aucun Y

car ma façon de chas­ser
consiste à m’adosser
indo­lent
au Grand Arc !

 

 

Y5

Les pèle­rins de notre époque
pas après pas ne pensent qu’à
pan­ser leurs pieds
et rêvent de bien dor­mir
sans se concen­trer au centre de l’Y
– cœur de la voie du cœur –
alors que la vie
peu à peu
les fuit

 

L’aulne vert
– qui enva­hit les alpages –
ploie jusqu’à terre
sous le poids de la neige

Comment ne pas com­prendre
l’enseignement si sage
de l’humble et simple sou­plesse
l’enseignement du Y ?

 

Le feu de bois cré­pite
et sa cha­leur
– en double Y croi­sé –
qui rayonne dans l’air
suf­fit à réjouir des voya­geurs
l’humeur
qui
deve­nant pétillante
suf­fit à régé­né­rer
corps et men­tal endo­lo­ris

 

 

 

Y6

Les tra­quets mot­teux migrent
                                     sur trente mille kilo­mètres

L’endroit où l’on revient
                                     jamais n’est le même

Le lieu où l’on vit
                                     jamais ne demeure iden­tique

Ceux qui voyagent et ceux qui res­tent
                                     jamais ne sont les mêmes

Les hiron­delles vont et viennent
                  d’un gre­nier de France à un gre­nier d’Afrique
                  d’un gre­nier d’Afrique à un gre­nier de France
                  d’un fil élec­trique à un fil élec­trique
                  d’une rose­lière à une autre rose­lière
                  du regard d’un homme au regard d’un autre homme
                                     d’un émer­veille­ment à un autre

C’est simple comme un Y
                  mais encore faut-il y réflé­chir
                  pour embras­ser enfin ciel et terre
                  aimer tous les pays et tous les ter­ri­toires
                                     et com­prendre
                                     accep­ter et appré­cier
                                     que
                                     d’instant en ins­tant
                                    tout change

La plus grande crainte des hommes
                                     c’est le chan­ge­mentµ
                                     ain­si craignent-ils
                                     la vraie vie
                                     car ils n’aiment pas vrai­ment
                                    la vie
                                     mais s’y atta­chen
                                     et aiment plus l’attachement
                                     qui les ras­sure
                                     que la vie qui change

Les hommes s’attachent
                                     aux branches de la vie
                                     aux branches du Y
                                     aux appa­rences
                                     et c’est pour cela
                                     qu’ils trans­migrent
                                     de vie en vie
                  et celle ou celui qui condamne les migra­tions
                  se condamne elle ou lui-même à trans­mi­grer
                                    encore très long­temps

 

 

 

Y7

Avant l’arrivée du vent
au bord de la rivière
dire adieu aux bou­tons d’or
repo­ser l’esprit sous le saule pleu­reur
– Y en larmes tant il aime la terre –
et suivre
de roche en roche
la ber­ge­ron­nette
qui siffle et s’envole
insou­ciante
pas­sant d’une rive à l’autre
sans faire de dif­fé­rence

 

 

 

 

Y8

Comme l’eau bleue sous la glace invi­sible
comme une braise cachée sous la cendre légère
la vie coule sous la vie qui se fige
la vie couve sous la vie qui s’en va
la vie couve sous l’ombre de la mort elle-même

La vie plane autant sur la mort que la mort sur la vie
et le secret de l’Y
c’est qu’il est sans pré­fé­rence
son secret est au centre
sagesse non-duelle
voie de vie plus intense que la vie

la vie couve
dense
au centre de l’Y

la vie œuvre
dan­sante
en fra­gile équi­libre

la vie se déploie
triple et mul­tiple
à par­tir de l’Y

et l’Y danse
tour­billon de joie
dans l’espace infi­ni

X