> EMMANUEL BAUGUE

EMMANUEL BAUGUE

By | 2018-01-18T20:58:09+00:00 1 janvier 2014|Categories: Blog|

10 POEMES

Emmanuel Baugue

By | 2018-01-18T20:58:09+00:00 1 janvier 2014|Categories: Blog|

Emmanuel Baugue — Né en 1965 à Rouen. Études de lit­té­ra­ture et de phi­lo­so­phie.

A vécu en Bretagne, en Champagne, en Normandie, en Tunisie. Rencontre abso­lue de la poé­sie à l’école, à 8 ans, avec le poème « Départ » de Pierre Reverdy. Pratique ensuite beau­coup la poé­sie épique (pro­phé­tique, enga­gée, dra­ma­tique, héroï-comique) et l’exercice du déchif­fre­ment-tra­duc­tion (latin, ancien fran­çais, anglais, espa­gnol, mal­lar­méen). Ces quatre don­nées sont comme les quatre coins de son espace poé­tique : le pay­sage, la pro­fon­deur sen­sible de l’image prise dans une dyna­mique de perte, la fonc­tion poli­tique de la poé­sie qui s’adresse à la cité et pas seule­ment à l’individu, la néces­si­té d’un déchif­fre­ment, enfin, qui fonde l’acte de lec­ture poé­tique (on peut lire « poé­ti­que­ment » l’annuaire télé­pho­nique !).

La pra­tique du latin, langue à cas qui peut donc dé-linéa­ri­ser la syn­taxe, a for­te­ment influen­cé une par­tie de son tra­vail. Elle s’est com­bi­née avec l’exemple de la contor­sion mal­lar­méenne et avec l’étude de la poly­pho­nie médié­vale (en par­ti­cu­lier celle du poète et musi­cien Guillaume de Machaut) qui super­pose et entre­mêle plu­sieurs textes et plu­sieurs voix dans une même linéa­ri­té musi­cale. Celle-ci se charge ain­si d’une pro­fon­deur mys­tique, non pas indé­chif­frable mais indé­chif­frable sur le moment (et par­fois créa­trice de bribes de sens nou­veau) et sou­te­nue par le chant.

Des années 😯 à aujourd’hui, trois types d’inspiration se suc­cèdent ou se com­binent : lyrisme intime (À jamais de ce monde. 1), dia­logue avec d’autres poètes, dans une forme qu’il appelle « appui » (Golfe, Appui, R-appuis), et poé­sie poli­tique (Faim de mil, Le Mimosa cou­pé).