> Inconnu de Jadis

Inconnu de Jadis

By | 2018-01-22T19:01:40+00:00 11 janvier 2014|Categories: Blog|

 

Justement, je t’avais pro­mis d’habiter les villes où les matins se repoussent par les voix qui vieillissent. T’emmener voir ce beau monde qui prend sa sieste sous les feuilles qui jouissent leurs liber­tés d’être plante. Et si pos­sible faire un saut sur le loin­tain des calem­bours inter­dites sou­le­vant l’un des défis les plus rares, comme par exemple crier à la hau­teur de son âme. Mais, il n’y a pas que cela dans les grands bruits de l’automne. Ces arbres fous de danse de lau­rier jaune, logeant l’infini des bat­te­ments du cœur, cette route acca­blée de vitesse où l’on dit je t’aime par les tun­nels. Tu as su tutoyer mes veines dans tous les angles de l’inconnu. Mais hélas ! Les matins des villes où les voix vieillissent ne repoussent plus, et ce beau monde récla­mé de stress et de regret n’a plus le visage d’ange impri­mé sur la jeu­nesse de l’herbe. Les pro­messes ne peuvent plus gran­dir. Mais, comme le jour qui retrace son des­tin, je te pro­mets d’être la pro­messe recy­clée dans les va-et-vient de tout ce qui nous dépasse. Maintenant, il te reste ma ville, ma voix, mes matins, mes feuilles en un monde debout comme un trou d’instant.     

 

 

Mémoire d’outre monde.