Chaque pierre...

 

 

Chaque pierre ramassée sur mon chemin
Devient un repère
Qui jalonne mon parcours
Traverse les frontières
Relie l’Orient à l’Occident
          L’île à la terre-mère
          Le proche et le lointain
          L’ici et l’ailleurs 

La mer a poli la matière
Qui danse
Au gré des chaos
Et des tourments de l’eau

Au loin
La lumière insoumise a brûlé
La pierre impassible
Devenue sable des déserts
Glissant entre les doigts 

Dans le creux de ma main
Dans la tiédeur du corps
L’arrondi de la pierre a trouvé son refuge
               Apaisé 
Avant de regagner
Sa liberté perdue

 

 

Puiser en Soi
Les richesses voilées de l’âme
En sommeil  depuis l’enfance
D’une vie vouée à l’effort
A l’attention à l’autre
Sans doute un désir de reconnaissance
Une quête d’amour invisible
Qui se révèle avec le temps
Pour être ce que je suis
Devenir ce que je suis

Tant que je garderai en moi
Cette capacité d’émerveillement
Qui veille dans l’intimité de Soi
N’appartient qu’à soi
Se nourrit pourtant
Du sourire de l’autre
De cette main ouverte
Qui jamais ne se crispe
Sur un chagrin du jour

Tant que je serai
Ce regard vivant
Etincelle de braise
D’un feu qui n’en finit pas
De chauffer les os et le cœur
D’une vie qui s’étend

J’apprivoiserai  les frontières
Pour ne plus avoir peur
Ne plus me réfugier dans le berceau de mes attentes
Pour accueillir seulement
Accepter sans passivité
D’être vivante
D’aimer
D’être aimée
Simplement