> Ray & Duke au camac

Ray & Duke au camac

By | 2018-01-23T19:04:34+00:00 23 juin 2017|Categories: Blog|

tra­duc­tion Marilyne Bertoncini

 

Duke Ellington n'a pas seule­ment écrit les suc­cès popu­laires du grand réper­toire amé­ri­cain, mais une série d'autres oeuvres plus com­plexes…. Les tour­nées inter­na­tio­nales ont ins­pi­ré l'ensemble de son oeuvre, comme  l' hom­mage à la reine E.(The Queen's Suite) et des suites ins­pi­rées par l'Asie, l'Afrique, l'Amérique Latine, et même la res­tau­ra­tion d'une église médié­vale en France.

 

RAY & DUKE AU CAMAC

 

Duke est allon­gé dans la chambre Napoléon,
tapis de peluche rouge sous les pieds et col­lées
aux murs des por­tées, de duve­teuses notes
de feutre en pile près du lit
De sorte que si un air tour­nait dans sa tête,
dans cette zone mélo­dique où l'oreille
Rencontre l'entrée du cer­veau,
Il puisse bon­dir comme un res­sort du lit
et écrire une phrase sur le mur.

Ouais, c'était Duke, bien avant
la séance d'enregistrement en bas
dans la vieille abbaye, des moines chan­tant
dans leurs cel­lules, depuis le Moyen-Age,
Que Duke appe­lait le Cafouill-Age,
En l'écrivant sur le mur. Et le jeune
Danny Filipacchi, qui avait ache­té ce lieu,    
et fon­dé Mood Records, et le jeune

Franck Thénot, le co-pro­prié­taire, disaient
L'Histoire est sur ce mur quand Duke
L'écrit. Les Etats-Unis pour­raient effa­cer
Les mots d'un homme noir, mais en France, Duke
Pouvait dire son mot, alors les notes se fau­fi­lant
Entre les por­tées et les notes cou­sant
L'histoire en un patch­work clu­nyesque de jazz
Pourraient appri­voi­ser la sau­va­ge­rie des moeurs des hommes blancs

Et leur faire poser leur fouets blancs
et s'asseoir en cercle autour du pia­no
Pour l'entendre témoi­gner d' un field hol­ler ou
d'un gémis­se­ment de blues et l'entendre qui mélange et reprise les
Harmonies euro­péennes avec la poly­ryth­mique afri­caine.
C'était aus­si proche d'une révé­la­tion musi­cale
Que Danny et Franck et les murs de l'abbaye
Puissent jamais l'être dans une époque sécu­lière.

Ils tenaient le Mot direc­te­ment des Maîtres
Quand Ray se joi­gnait à Duke pour faire un boeuf, fusion­nant
Pensées et notes juste là, sur le sol de la vieille abbaye,
Où les moines avaient mou­lu le blé et bras­sé la bière.
Ray sou­riait, hochait la tête, et chan­tait, ““Wish I could see
that Napoleon red car­pet, just like da girl
Wid da red dress on.”
Avec Paris Blues juste là, juste là,

Où ceux des cel­lules mona­cales ont déjà
Inscrit l’esprit qui se meut et chante
A tra­vers ce qui est humain et l’ont tra­duit
Pour une époque et pour toutes celles à venir.

                                                                      

Les Concerts sacrés furent la der­nière oeuvre majeure écrite par Duke Ellington. Il y eut trois repré­sen­ta­tions, entre 1965 et 1973. Le chant “In the Beginning God” a reçu un Emmy Award en 1967. Après le pre­mier concert sacré, Ellington a décla­ré “ C'est ce que j'ai fait de plus impor­tant”. Une tour­née des Concerts Sacrés était pro­gram­mée dans les cathé­drales fran­çaises au prin­temps 2015.

 CAMAC est une rési­dence artis­tique du 21 ème siècle,  sur les lieux réha­bi­li­tés d'un stu­dio d'enregistrement du 20ème siècle, qui lui-même avait été ins­tal­lé sur les lieux d'une abbaye du 17ème siècle, à Marnay-sur-Seine, France.

 

*

 

 

Duke Ellington wrote not only the popu­lar hits of the Great American Songbook, but a range of other works of grea­ter com­plexi­ty…. International tours ins­pi­red his exten­ded works, such as a tri­bute to Queen Elizabeth (The Queen’s Suite) and Suites ins­pi­red by Asia, Africa, Latin America, and even the res­to­ra­tion of a medie­val church in France.
                                                                                                                                                                                        -The Duke Ellington Center for the Arts web­site

 

 

 

RAY & DUKE AT CAMAC**

 

Duke lay down in the Napoleon room,
Plush red car­pet under­foot and sti­cky
Staves on the walls, fuz­zy felt black
Notes in a pile by his bed­side
So if a tune swir­led in his head,
In that sweet spot where the ear
Meets the por­tal to the brain,
He could bounce off his bed­springs
And place a phrase on the wall.

Yeah, that was Duke, days before
The record ses­sion downs­tairs
In the old abbey, friars sin­ging
In their cells since the Middle Ages,
Which Duke cal­led the Muddle Ages,
And scri­ved it on the wall. And young
Danny Filipacchi, who’d bought the place,
And set up Mood Records, and young

Frank Ténot, who co-owned it, said
History’s on this wall when Duke
Writes it. Les Etats-Unis might erase
A black man’s words, but en France, Duke
Gets to say his say, so the notes wen­ding
Between the staves and the notes stit­ching
History into a Clunyesque quilt of Jazz
Might tame the wild­ness of white men’s ways

And make them put down their white whip­ping
Sticks and sit in a circle around a pia­no
To hear it tes­ti­fy to a field hol­ler or blues
Moan and hear it mix and mend European  
Harmonies with poly­rhyth­mic African.
It was as close to a musi­cal reve­la­tion
As Danny and Frank and the abbey
Walls might ever get in a secu­lar age.

They got the Word straight from the mas­ters
When Ray joi­ned Duke for a jam-ses­sion, conjoi­ning
Thoughts and notes right here on the old abbey floor,
Where monks had ground grain and boi­led beer.
Ray smi­led, wag­ged his head, and sung, “Wish I could see
that Napoleon red car­pet, just like da girl
Wid da red dress on.” And Duke respon­ded
With Paris Blues right here, right here,

Where those in mon­kish cells have ever
Marked the spi­rit that moves and sings
Through what’s human and trans­la­ted it
For an age and for ages to come.

 

 

The Sacred Concerts were the last major works Ellington wrote. There were three pre­sen­ta­tions bet­ween 1965 and 1973. The song, "In the Beginning God," won a Grammy Award in 1967. After the first Sacred Concert, Ellington said, "This is the most impor­tant thing I've ever done.” A tour of the Sacred Concerts throu­ghout the cathe­drals in France is being plan­ned for the Spring of 2015.   

 

**CAMAC is a 21st cen­tu­ry arts colo­ny reno­va­ted from the grounds of a 20th cen­tu­ry recor­ding stu­dio, which in turn was reno­va­ted from the grounds of a 17th cen­tu­ry abbey at Marnay-sur-Seine, France.

 

*