> Adrien Montolieu, Te suivent te poursuivent

Adrien Montolieu, Te suivent te poursuivent

2017-12-30T23:09:49+00:00

 

Te suivent  te pour­suivent
le faux dénu­dé du sein blanc
la sonde du désir foui­nant revêche sous la peau
la seconde ténèbres où bas­culent les aubes
la gifle du silence à la seconde joue
l’après-midi marine où tu ne sus mou­rir
et le ventre occu­pé où tu n’as pas su vivre

Te rivent  te dérivent
la flamme oblique de la nuit
la foudre du désir et ses deux langues muettes dans la paume
l’ordre inver­sé du temps à l’entre-deux du soir
le souffle de l’absence à la pre­mière larme
le grain à moudre  blanc  au mou­lin des étés
et la lèvre indé­cise qui tremble à marée basse

Te passent  te dépassent
les mots de mau­vais temps
la phrase écrite  inerte  au rebours de la pulpe
l’insoutenable fièvre à la courbe du front
l’empreinte de la langue à l’angle du poi­gnet
ce que n’a devi­né que l’enfant de jadis
et ce que n’a su être que celui qui mar­chait

Présentation de l’auteur

Adrien Montolieu

Adrien Montolieu (de son vrai nom, Stéphane Leménorel) est né en 1971. Son recueil, Ciels de traîne, publié au Castor Astral, a reçu le prix Max-Pol Fouchet en 2008.
Professeur de phi­lo­so­phie, puis libraire, jar­di­nier, chô­meur inter­mit­tent et dilet­tante de longue durée.
Aimerait réus­sir à écrire comme on fait des ronds dans l’eau : par rico­chets et silences.
Aussi cherche-t-il, mode de vie et art poé­tique, à ne pas tra­hir ce haï­ku clau­di­quant :

Seul t’appartient
ce qui en toi
se tait

 

Adrien Montolieu
X