Allen Fisher, Around the World, Autour du monde

Par |2022-01-05T10:49:37+01:00 5 janvier 2022|Catégories : Allen Fisher, Poèmes|

        This grav­i­ta­tion­al song met­ed against displacement
        The slow move­ment of hold­ing you
        By the lake, deep amid fir and sil­ver poplar
        Dream sleep’s ener­getic function
        Dur­ing med­i­ta­tion each fin­ger rayed in cac­tus spikes
        Blake crossed out sweet desire, wrote iron wire
        It was the dis­cov­ery of human electromagnetism
       made a sign, opened cur­tains, revealed the garden
       Mouth per­pen­dic­u­lar to mouth ener­gised desire

All the weight and attrac­tion that lim­its movement
A Mer­cury mix that replaces theft with eloquence
in the face of vis­i­tors’ aston­ish­ment, expe­ri­enced ver­i­ta­ble bliss
A robust mem­o­ry in the flares of lost and added synapses
So that the vines burst from my fingers

        In the space of shape-time
       We move our fin­gers and simul­tane­ity becomes falsity
       Shel­tered by wall and hedge
       Translu­cent super­im­po­si­tion sev­er­al dis­tinc­tions one synapse   And the gar­den becomes geo­des­ic for a           moment
        An imi­ta­tion tomb among the vegetables

“A man­go tree under a dull cloth, stirs its tentacles
A rush of cal­ci­um through my nostrils

        That the com­plex is Nature’s climate.

Passed out in the dole queue from an over­dose of guerillas
satel­lite bang.   satel­lite bang.   hits the
nega­tion of morn­ing con­fi­dence and hope

        Took a stop­watch into her mouth and spat
        Reduces pre­mi­ums to the polit­i­cal, to the sentence , ,
        ”and the sim­ple at a discount

“the imi­ta­tion stage has been passed
In a blue self-por­trait the back­ground con­tin­ues the face
a gigan­tic plane tree
Giv­en a part, con­sis­tent mem­o­ry appro­pri­ates a whole
Flicks mer­cury in a meter    rolls off a glove

        Dealt out cards, sil­ver-foiled din­ners and cans
        piece.   pease.   pierce.   sleight of hand
        Friend­ship as virtue    an inven­tive mem­o­ry combines
        vari­eties of incon­sis­tent features
        Take my hand, the silken tackle
        Stored asso­ci­a­tions of the cel­lu­lar net
        Swell with the touch­es of flower-soft fingers
        Rode shak­ing from the park on flat tyres.

claim of pas­toral confidentiality
The return to copy­ing pre-empt­ed by cultivation
its enor­mous trunk
The net’s avoid­ance of over­load and too much overlap
Take this palm to your mouth and fill it with grapes
A Net of Gold­en twine   many synapses
Sem­blance of worth, not substance
spawn of an entire lack of inter­est, but some surprise
The return to cul­ti­va­tion pre-empt­ed by synthesis

       enter, stage right, “the cre­ative cen­tre of civilization”
       pieces of gran­ite, bro­ken and num­bered, rejoined with cement
      Its mighty branch­ing and its equilibrium

      Hard-wired to com­pen­sate against mal­nu­tri­tion and toxic
      waste   The dan­ger of impor­tant words
      In tears clothed, in a dream sleep’s shed, avoid obsession
      Humane Eyes over a blast­ed heath
      hand hold­ing a book, first fin­ger insert­ed to hold position
      piled gran­ite on the lawn like an enor­mous potato

Imag­i­na­tion sown meter again then this place beat
In search of ways to reverse-learn junk city
the grav­i­ty of its pre­pon­der­ant boughs
Sighs damp down poten­tial­ly par­a­sitic memories
Moth­er and child con­sti­tutes a society
reser­va­tion or rather ret­i­cent in flak of rhetoric
Enter­pris­es based on inno­cence    a pleas­ant sufficiency
Cre­ative impre­ci­sion to empha­sise flux of meaning

       A future bright blocked by bricoles.

Strapped own earth under­foot to walk base with­out trespass
Took for exer­cise of virtue
O sprin­kling the gar­den, to enliv­en the green!
Dreams ran­dom noise shorts-out unpro­duc­tive activities
Ran out of faces so stopped action in film
A degree of benign limitation
Flum­mox then repose your wea­ried exercise

        The grav­i­ty occa­sions gone petered against retrenchment
        A hard task in truth I attempt
        In my gar­den    face lift    mod­i­fy­ing spine shape
        Reverse-learn­ing to mod­i­fy cor­tex energetically
        Flo­ral dress hung from sculp­tured timber
        Intel­lec­tu­al inno­cence in a pre­tence to value
        Play area scat­tered bricks paint­ing garden
        Then the per­cep­tions begin to repeat
        The gar­den that should have bloomed once

Dou­bled oscil­la­tion pre­ludes anoth­er chaos
Con­fi­dence beyond consciousness
And do not for­get the shrubs
Dreams selec­tion to enhance retention
pub­lic elects pin­ball physics
In the face of won­der expe­ri­enced a kind of vertigo
Trapped in a cage then allowed to sing.

“Respon­si­bil­i­ty for the present state of the world
The ter­ror of feel­ing that con­scious­ness may be
func­tion­al    Where are the sen­ti­ments of my heart

Sim­ply kiss­ing, with you on the balcony
Into a world not entire­ly song
Lift­ed all the bas­kets   Even those with­out berries
“the Paneu­bi­ot­ic Synthesis
mus­cle    neu­ronal excitabil­i­ty    ener­gy generation

        to com­plete har­mo­ny laid biggest lime full length in garden
        The con­stant­ly actu­alised, shud­dered chagrin
        In the gar­den noth­ing but evergreens
       Ungrat­i­fied desire rem­i­nat­ed each moment
       Short silence fol­lowed by a thud.

Ce chant grav­i­ta­tion­nel com­pen­sait le déplacement
Le lent mou­ve­ment de te tenir
Au bord du lac, par­mi les pins et les peu­pli­ers d’argent
La fonc­tion énergé­tique du rêve nocturne
Lors de la médi­ta­tion chaque doigt ray­on­nait en épines de cactus
Blake rat­u­rait le doux désir, grif­fon­nait en fil de fer
C’é­tait la décou­verte de l’élec­tro­mag­nétisme humain
fit un signe, ouvrit des rideaux, révéla le jardin
Là bouche à la bouche per­pen­dic­u­laire éner­gisa le désir

 

Tout le poids et l’at­trac­tion  qui lim­i­tent le mouvement
Un mélange Mer­curien qui rem­place le larcin par l’éloquence
mal­gré  la sur­prise des vis­i­teurs, éprou­ve une véri­ta­ble félicité
Une solide mémoire dans les flam­boiements de synaps­es per­dues et ajoutées
Si bien que les vignes jail­lis­sent de mes doigts

 

Dans l’e­space du temps-forme
Nous bougeons les doigts et la simul­tanéité devient fallacieuse
A l’abri de murs et de haies
Translu­cide super­po­si­tion plusieurs dif­férences une synapse                  Et le jardin devient géodésique           pour un instant
Une imi­ta­tion de tombe par­mi les légumes

“Un man­guier sous un voile morne, étire ses tentacules
Une décharge de cal­ci­um dans mes narines

            Que le com­plexe est le cli­mat de la Nature.

Evanoui dans la queue des allo­ca­tions chô­mage d’une over­dose de guerillas
bang, le satel­lite. bang, le satel­lite. atteint  la
                                         néga­tion de la con­fi­ance et de l’e­spoir matinaux

Prit un chronomètre dans sa bouche et cracha
Réduit les primes au poli­tique, à la phrase, ,
“et le sim­ple au rabais

“la phase d’im­i­ta­tion a été dépassée
Dans un auto­por­tait bleu l’ar­rière-plan con­tin­ue le visage
un immense platane
Ayant un rôle, une mémoire con­stante s’ap­pro­prie un tout
tapote le mer­cure d’un ther­momètre    se dégante

Cartes dis­tribuées, repas en boîtes d’alu et conserves
pièce.  pois.  perce.  tour de passe-passe
L’ami­tié comme une ver­tu   une mémoire inven­tive combine
des tas de traits inconsistants
Prend ma main, le soyeux plaquage
Des asso­ci­a­tions du réseau cel­lu­laire emmagasinées
Enflent au con­tact de doigts à la douceur de fleurs
Par­cours qui bringue­bale dans le parc pneus dégonflés.

Reven­di­ca­tion de con­fi­den­tial­ité pastorale
Le retour au copi­age préemp­té par la culture
son tronc énorme
Le réseau évi­tant sur­charge et excès de chevauchements
Porte cette paume  à ta bouche emplis-la de raisins
Un Réseau d’Or tresse de  nom­breuses synapses
Apparence de valeur, pas de substance
reje­ton d’un total manque d’in­térêt, mais une cer­taine surprise
Le retour à la cul­ture préemp­té par la synthèse

entre, côté jardin, “le cen­tre où se crée la civilisation”
morceaux de gran­it, cassés et numérotés, join­toyés au ciment
Son bran­chage puis­sant et son équilibre
Cablé pour con­tre­bal­ancer mal­nu­tri­tion et pollution
tox­ique  Le dan­ger des mots importants
Drapés de larmes, à l’abri d’un rêve noc­turne, évite l’obsession
Regard Humain sur une lande désolée
un livre à la main, index inséré pour tenir la page
gran­it empilé sur la pelouse comme une énorme patate

 

L’imag­i­na­tion semée mesure tou­jours  alors la pul­sa­tion de ce lieu
Cher­chant des façons de dés­ap­pren­dre la camelote de la ville
la grav­ité de ses plus gross­es branches
Des soupirs étouf­fent de pos­si­bles mémoires parasites
La mère et son enfant for­ment une société
réserve ou plutôt réti­cente en attaque de rhétorique
Des entepris­es fondées sur l’innocence    une agréable autonomie
L’imprécision créa­tive pour ampli­fi­er le flux de sens

Un bril­lant futur blo­qué par des rebonds.

Sa pro­pre terre arrachée sous les pieds 
pour marcher bas sans risque de faux-pas
Con­sid­éra un exer­ci­ce de vertu
O asperg­er le jardin pour aviv­er la pelouse!
Bruit aléa­toire du rêve rac­cour­cis  activ­ités non-productives
A cours de vis­age je dus arrêter le film
Un cer­tain con­trôle léger
Inter­rompt puis repose votre exer­ci­ce usé
Les occa­sions de grav­ité qui s’amenuisent con­tre le retranchement
Une rude tâche en vérité j’entreprends

Dans mon jardin le lift­ing mod­i­fi­ant la colonne vertébrale
Dés­ap­pren­tis­sage pour mod­i­fi­er l’énergie du cortex
Une robe de fleurs pen­due à une bois­erie sculptée
L’innocence intel­lectuelle dans un sim­u­lacre d’évaluation
Aire de jeux jonchée de briques dépeignant un jardin
Puis la per­cep­tion com­mence à se répéter
Le jardin qui jadis aurait dû fleurir

La dou­ble oscil­la­tion  est le prélude d’un  autre chaos
La con­fi­ance au-delà de la conscience
Et n’oublie pas les buissons
La sélec­tion des rêves pour exal­ter  la rétention
le pub­lic choisit la physique des particules
Mal­gré l’expérience du mir­a­cle une sorte de vertige
Pris­on­nier d’une cage puis autorisé à chanter.

« Respon­s­abil­ité pour le  présent état du monde
La ter­reur de sen­tir que la con­science peut être
utile   Où sont les sen­ti­ments de mon cœur

Un sim­ple bais­er, avec toi sur le balcon
Dans un monde  incom­plète­ment chanté
Il ôta tous les paniers  Même dépourvus de baies
« La Syn­thèse Paneubiotique
mus­cle   excitabil­ité neu­ronale  source d’énergie

pour com­pléter l’harmonie éta­la le plus gros cit­ron vert de tout son long dans le jardin
Le dépit frémis­sant con­stam­ment matérialisé,
Dans le jardin, rien que des conifères
La rem­i­nis­cence à chaque instant du désir insatisfait
Un bref silence suivi d’un bruit sourd.

Présentation de l’auteur

Allen Fisher

Né à Lon­dres en 1944, Allen Fish­er est poète, pein­tre, édi­teur, pro­fesseur et per­former. Ses œuvres, exposées dans de nom­breux musées et galeries, font désor­mais par­tie des col­lec­tions de la Tate, de King’s Col­lege Archive, du Liv­ing Muse­um Ice­land et du musée Here­ford. Dans les années 70, il a fait par­tie du groupe bri­tan­nique de Fluxus. En 1978, Allen Fish­er a com­mencé sa car­rière de pein­tre. Après avoir passé vingt ans à tra­vailler dans l’industrie du plomb et du plas­tique, il a obtenu un poste d’enseignant en art, his­toire de l’art et poésie à Gold­smiths’ Col­lege dans les années 80. En 1989, il a com­mencé à enseign­er à Here­ford­shire Col­lege of Art & Design, avant de devenir directeur du départe­ment d’art de Roe­hamp­ton Uni­ver­si­ty en 1998. En 2002, il y est devenu pro­fesseur de poésie et d’art, et en 2005, il s’est vu offrir le poste de directeur des arts con­tem­po­rains à Man­ches­ter Met­ro­pol­i­tan Uni­ver­si­ty, où il est désor­mais pro­fesseur émérite de poésie et d’art. En 2017, son livre PLACE a été réédité, ses poèmes choi­sis ont été pub­liés par Real­i­ty Street sous le titre Grav­i­ty as a con­se­quence of shape et son livre d’essais Imper­fect Fit a été pub­lié par les press­es de l’Université d’Alabama.

© Crédits pho­tos Paige Mitchell.

Bib­li­ogra­phie (sup­primer si inutile)

Autres lec­tures

Le poète, l’ingénieur et le mathématicien

Présen­ta­tion et tra­duc­tion : Mar­i­lyne Bertonci­ni L’ex­trait de Black Bot­tom que nous présen­tons peut être lu (et écouté) sur l’ex­cel­lent  site de Lyric lines. L’au­teur, Allen Fish­er, a publié […]

Aller en haut