> AMOUR JAMAIS TU NE T’ES TU

AMOUR JAMAIS TU NE T’ES TU

Par | 2018-02-23T17:36:00+00:00 18 juin 2016|Catégories : Blog|

 

I

 

 

 

            C’était presque le soir et depuis l’étranglement du cor­don de l’aube
           me pesait me pen­dait au cou ma chair inas­sou­vie et lasse
           jusqu’à l’informe
          Je pen­sais que m’en déli­vre­rait seul le cou­teau
           du verbe
           Il pleu­vait je mar­chais sans direc­tion par la ville
           le ciel m’était mau­vais moins que mon âme
           et j’y cher­chais le cla­que­ment les aigus d’un poème
           où me tran­cher de moi-même
           Rue je ne sais son nom tu m’as fait signe
           nue
           comme la véri­té infal­si­fiable de la peur
           du désir et je t’ai sui­vie emme­née
           là-haut
           Vous êtes bien loin m’as-tu dit
           c’étaient les mots com­ment le savais-tu
           qui m’assembleraient

           

 

 

 

 

II

 

 

 

            et main­te­nant
           sur la table où tu les as jetées les immor­telles
           jaunes et roses tachent le bois pro­fond de leur chant clair
           comme le sang sur ma peau brune que le rasoir a cou­pée
           la cou­leur est joie mon amour et la dou­leur
            pas­sa­gère éter­nelle

 

 

 

 

 

III

 

 

            dans l’embrassade folle des âges le pro­digue débours des temps
           sur la couche infi­nie des mille corps mêlés
           de ceux qui nous firent nous feront
           dans la chambre mag­ma­tique du désir  
           au pré­sent de véri­té tu t’ouvres je viens perdre te don­ner
           dans la nuit sous ta peau qui demeure ta peau
           en ton obs­cure exquise indif­fé­rence
           un peu de ma chair ten­due
           gor­gée de pas­sé de sang pas­sage de la sève
           oh qu’elle est pro­fonde ma joie
           d’être par­ve­nu jusqu’à toi

           

 

 

 

 

IV

 

 

            le soleil frap­pait de ses feux cou­chants l’or pourpre du brû­loir
           nos cou­ronnes gisaient au sol
           la nudi­té conte­nait mal le silence mer­veilleux de nos entrailles
           et nous dan­sions à l’horizontale des chairs
           les yeux entre­clos
           sou­dain
           cette flèche sans fût sans empen­nage tirée de nulle part
           cette pointe t’a per­cé la vue disais-tu
           c’était l’ouïe
           ce que tu croyais ferme et qui l’était
           s’est déro­bé
           quant à moi
           je te regar­dais réduit à mes bal­bu­tie­ments la main ten­due
           miroi­tant d’éclats de peurs 

           

 

 

 

 

V

 

 

            Nous nous serions aimés ruis­se­lant s’il avait plu
          et lon­gue­ment
            et tout autant rou­lés dans les voi­lures là-haut  
           ou livrés aux caresses des grandes chiennes liquides.
           Nous aurions chas­sé d’entre nos peaux l’océan le ciel
            et par­fois jusqu’à l’informe cruelle de la moindre sépa­ra­tion.
           Mais c’est dans l’ardeur orange des laves que nous
           avons trou­vé per­du nos chairs pour­tant si tendres et nos pen­sées.
            Crois-tu que nos cendres s’offrent tou­jours
            ce que nous n’avons plus depuis long­temps ?

 

 

 

 

 

VI

 

 

 

            Souvent les soirs aux che­veux rouges
           quand ton absence avait bat­tu mes digues tout le jour
           je me cou­chais
           je te glis­sais nue dans mes pen­sées
           je t’y cares­sais le ventre comme font les dan­seurs de tan­go le par­quet doré du bal
           et bien­tôt des enfants idéaux nous cou­raient avides entre les jambes
           que nous écra­sions de joie
          je crois.
           Avant de m’endormir enfin je priais
           ô mon amante que l’aube arrive que l’aube avive la dou­leur éblouie
           de te connaître.

 

 

 

 

 

VII

 

 

 

            sur la grande table se dressent les tours
            de tout ce que je n’ai pas lu
            et qui tremblent par­fois du peu de jours que dure la vie
           la vie des ané­mones allais-je écrire mais c’est la mienne
           il y a là des romans des essais et de la poé­sie
           des revues aus­si parues dis­pa­rues je ne sais plus
           et même un livre sur les mous­tiques
           avec des illus­tra­tions à l’aquarelle qui donnent à la peau l’envie
           de se défaire dans l’eau et de trou­ver le répit par­fait du papier
           j’aspire depuis si long­temps que j’en ai per­du l’origine
           à deve­nir un livre seule­ment un livre entre tes mains
           et qui tom­be­rait quand tu t’endormirais
           sur ta poi­trine