> Anouch Paré

Anouch Paré

Par | 2018-05-23T09:13:36+00:00 18 juin 2016|Catégories : Blog|

Depuis mes 6 ans, j’ai tou­jours écrit, plus ou moins en douce, par­fois com­pul­si­ve­ment, posant mes petits cailloux sur une route s’élargissant – art brut mais néces­saire. Depuis une dizaine d’années, plus pré­ci­sé­ment pour des voix : en scène – pour laquelle je suis éga­le­ment met­teure en scène et comé­dienne – et actuel­le­ment pour la radio. J’écris en fran­çais parce que c’est ma langue natale, igno­rant tout de ma langue mater­nelle – ce qui m’invite à ron­ger jusqu’aux racines des mots. Sinon, une enfant déjà grande, un chat tou­jours roux, des amis et un homme que je fête, dans un monde grand qui rape­tisse à mesure qu’il se coupe les ailes et se marie au plomb.

Alambiquée, ana­chro­nique, éru­dite, dans son écri­ture

Pratique, Pédagogue, Passionnée, sur scène et en Ateliers

Anouch Paré use et abuse du verbe clas­sique et avant-gar­diste, non par choix mais par nature.

Théatre, poé­sie, fic­tion, créa­tion avec une libre pul­sion mili­tante sans idéo­lo­gie ni manié­risme.

Par nature.  by (caro­line Paré)

Anouch Paré est née, puis après un cer­tain temps, elle est entrée dans les théâtres pour y jouer (Goldoni, Corneille, Büchner, Labiche… ), pour y mettre en scène, pour y trans­mettre ce qu’elle pou­vait, pour expé­ri­men­ter. Hors des théâtres aus­si, là où vivent des gens. Elle met en scène pour d’autres (Ensemble 2E2M, Cie Pas Bonjour etc), joue aus­si, plus rare­ment. Avec la com­pa­gnie Les Allumettes asso­ciées, elle a mon­té et écrit plus d’une dizaine de spec­tacles. Profitant du toit de La Comète, scène natio­nale de Châlons en C. où elle est artiste asso­ciée trois sai­sons durant, elle a mon­té Le Suicidé d’Erdman (Théâtre de l’Athénée, Paris – 2007), et eu le temps d’écrire pour des comé­diens à même le pla­teau (UN MONDE A TES MESURES, 2008…). Un texte, puis un autre, et encore un ont été lus, de ci de là, et elle a reçu la bourse Beaumarchais qui lui a confé­ré une légi­ti­mi­té pro­vi­soire d’auteur/e/trice pour À MORT LA VIANDE ! au théâtre (qu’elle n’a tou­te­fois pas encore réus­si à mon­ter), et pour UN OBUS DANS MON JARDIN ( “Vivons cachés”, Bourse écri­ture Radio 215, réa­li­sa­tion France Culture en cours). A ce jour aucun texte n’est publié. Dommage. Elle tente des formes inso­lites d’intervention dans l’espace public (audio-guides de lieux ima­gi­naires, La Boîte, etc.), le par­tage de ses décou­vertes dans le cadre d’Ateliers de réa­li­sa­tion. Ses pro­chaines ten­ta­tives : des lec­tures per­for­mées de son texte LA JOURN2E DE LA TRUITE, une pièce en com­mande pour le CDN les Tréteaux de France et le Musée de l’Orangerie, un recueil de poé­sie inti­tu­lé KINTSUKUROI, un retour sur les planches avec une Cie Rennaise, etc. Elle conti­nue à pas­ser son temps à jouer et à orga­ni­ser des jeux de par­tage en ten­tant de nou­velles règles chaque fois, selon les par­te­naires et les ter­rains, par plai­sir et pour gagner son pain.

X