> Carte postale désespérée

Carte postale désespérée

Par |2018-08-20T20:32:48+00:00 7 avril 2012|Catégories : Blog|

On ne col­le­ra sur moi aucun timbre,
per­sonne ne m’enverra par la poste,
Air Mail se décol­lant de moi
comme de mon pas­se­port l’opportunité d’aller à l’étranger
qui me condui­rait juste
dans un putain de trou du cul.

Parce que je n’ai à offrir aucun pay­sage
ni le cou­cher du soleil à enca­drer
ni les roses arti­fi­cielles sou­hai­tées pour le vase.

J’indique peu de choses, c’est presque rien.

Un texte trop exi­geant
trop long, trop com­pli­qué,
c’est tout ce que je peux offrir,
au ver­so

de la carte pos­tale que per­sonne
ne vou­drait gar­der dans sa poche.

Parce que trans­por­ter autant de mots avec soi
ce serait comme trans­por­ter des pierres
impropres à la construc­tion d’une mai­son
ou un quel­conque tom­beau.

Seule la date de péremp­tion
me rédui­rait enfin
au recy­clage.

tra­duit par Mirjana Robin-Cerovic

OČAJNA RAZGLEDNICA

Na mene neće nale­pi­ti mar­ki­cu,
neće me pos­la­ti poš­tom,
Air mail otpa­da sa mene
kao moguće inos­transt­vo sa pasoša
koji putuje
samo u bož­ju mater.

Jer ne nudim pej­zaž
ni uok­vi­ren zala­zak sun­ca
ni veš­tačke ruže u oče­ki­va­noj vazi.

Prikazujem malo, goto­vo niš­ta.
I nudim samo
pre­du­gačak, isu­više kom­pli­ko­van,
i zah­te­van tekst
na poleđi­ni

raz­gled­nice koju niko
ne bi sta­vio u svoj džep.

Jer toli­ko reči nosi­ti sa sobom
isto je što i nosi­ti kamenje
od koga se ne gra­di ni kuća
ni neči­ji spo­me­nik.

Vreme upo­trebe
svešće me bar
na dobru recik­lažu.

X