> C’était un lutteur de Causse

C’était un lutteur de Causse

Par | 2018-02-26T04:04:57+00:00 19 octobre 2013|Catégories : Blog|

 

C’était un lut­teur de Causse. Blouse, veste ou cape, il cou­rait de champ en champ et ouvrait le por­tail de l’épaule plus sou­vent que du poi­gnet. Le centre du cer­veau sur son tra­vail et pour­tant tou­jours comme ailleurs, à ne pas fixer le monde, à glis­ser, à sau­ter d’une main l’obstacle, pour mieux empoi­gner l’outil lus­tré. Ou bien pre­nant l’aiguillon et grif­fant le che­min, der­rière les mou­tons, d’un mou­ve­ment sans mesure comme d’autres bénissent le pain à double cris­se­ment de cou­teau. Et les cent paires d’yeux, dès que livrées au ver­sant frais, à leur com­mu­nau­té imma­té­rielle de son­nailles, il rame­nait la claie ven­teuse sur son dos puis repar­tait plus vite que le chien. Et sous l’air bouf­fant des ais­selles, pre­nait place la langue lui­sante de l’animal puis toute une effer­ves­cence de laine, tout un peuple trans­hu­mant sa mémoire, depuis l’enfance véné­rée jusqu’à la grange immense, à la double porte ouverte, comme un temple inac­ces­sible dans l’Empire en temps de guerre.

 

 

 

"Portraits sans noms, tableaux", (Rougerie)