> Des lampes en veilleuse

Des lampes en veilleuse

Par | 2018-05-21T18:55:41+00:00 27 septembre 2014|Catégories : Blog|

     Des lampes en veilleuse, un jeu d’éclairages obliques, une pénombre fusant de la cloche des abat-jour à la manière d’un silence dont une cer­taine lumière serait la voix, le timbre voi­lé —
     Tout habillée sous l’édredon où elle se réfu­gie pour invi­ter mes mains à la dévê­tir à l’abri des regards — de son regard
     Qu’éprouve-t-elle à se lais­ser devi­ner sous des étoffes qui étouffent sa sil­houette, épongent les creux drai­nés d’humeurs, rem­bourrent les val­lon­ne­ments moel­leux, les dépres­sions fébriles, camouflent un pay­sage dont seule une recon­nais­sance à tâtons honore les mys­tères —
     Comme si mes mains mode­laient des contours par­fois mou­vants, s’imprégnaient d’un relief dont la dou­ceur me hante me hante —
     Comme si mes doigts déve­lop­paient son plai­sir selon la loi d’un temps rom­pu aux sur­prises, un temps scan­dé d’émerveillements où la décou­verte, inlas­sa­ble­ment reprise, ne cède qu’à la fatigue ins­truite d’une réci­proque défec­tion
     Je la sens se gan­ter d’une peau ravie au fan­tôme d’un corps construit par mes mains
     C’est une robe où l’abandon se meut
   Une phrase modu­lée en silence qui dit avec les mots de ce que l’on voit ce que les yeux sont impuis­sants à décrire

X