> Éthique

Éthique

Par | 2018-02-21T16:07:42+00:00 24 avril 2014|Catégories : Blog|

 

                      En classe d'Éthique, il y a bien des années,
                      notre pro­fes­seur nous posait cette ques­tion chaque automne :
                      s'il y avait le feu dans un musée
                      qui sau­ve­riez-vous, un tableau de Rembrandt
                      ou une vieille dame à qui de toute façon
                      il res­te­rait peu d'années à vivre ? Impatients sur nos chaises dures
                      peu sou­cieux des tableaux et de la vieillesse,
                      nous avions opté une année pour la vie, la sui­vante pour l'art
                      et tou­jours sans enthou­siasme. Parfois
                      la femme emprun­tait le visage de ma grand-mère
                      quit­tant excep­tion­nel­le­ment sa cui­sine pour déam­bu­ler
                      à tra­vers quelque aus­tère musée à moi­tié irréel.
                      Une année, je crus faire preuve de finesse en répon­dant :
                      "Pourquoi ne pas lais­ser la femme déci­der elle-même ?"
                      "Linda", com­men­ta le pro­fes­seur, "échappe
                      au poids de la res­pon­sa­bi­li­té."
                      Cet automne je suis dans un vrai musée
                      devant un vrai Rembrandt, deve­nue vieille
                      ou presque, moi même . Les cou­leurs
                      à l'intérieur du cadre sont plus sombres que l'automne,
                      plus sombres même que l'hiver – les bruns de la terre
                      même si les plus brillants élé­ments de la terre brûlent
                      à tra­vers la toile. Je sais main­te­nant que la femme
                      et le tableau et la sai­son sont presque la même chose
                      et que leur sau­ve­tage ne concerne pas les enfants.

 

Traduction de Raymond Farina

 

 

Ethics

In ethics class so many years ago
our tea­cher asked this ques­tion eve­ry fall :
if there were a fire in a museum
which would you save, a Rembrandt pain­ting
or an old woman who hadn’t many
years left any­how ? Restless on hard chairs
caring lit­tle for pic­tures or old age
we’d opt one year for life, the next for art
and always half-hear­ted­ly. Sometimes
the woman bor­ro­wed my grandmother’s face
lea­ving her usual kit­chen to wan­der
some draf­ty, half-ima­gi­ned museum.
One year, fee­ling cle­ver, I replied
Why not let the woman decide her­self ?
Linda, the tea­cher would report, eschews
the bur­dens of res­pon­si­bi­li­ty.
This fall in a real museum I stand
before a real Rembrandt, old woman,
or near­ly so, myself. The colors
within this frame are dar­ker than autumn,
dar­ker even than win­ter – the browns of earth,
though earth’s most radiant ele­ments burn
through the can­vas. I know now that woman
and pain­ting and sea­son are almost one
and all beyond saving by chil­dren.

 

Sommaires