> Eurydice’s Love

Eurydice’s Love

Par | 2018-05-24T23:13:17+00:00 31 mai 2014|Catégories : Blog|

 

As Narcissus, thou art son of a muse.
And to them thou sin­gest.
Pestilence, but, tor­ments the city,
as once in Oran.

It shall not be long and I will have
to fol­low Lenore,
sent to me in an eddy of fire­flies,
cloa­ked with a mantle of dark­ness.

The only thing I am to await
is that the chain-like inevi­ta­bi­li­ty of fates
bring thee forth, Orpheus.
To redeem me with a che­ru­bic miracle of sounds,
pro­du­ced in the joints of thy fin­gers,
in the coils of thy pha­rynx,
in the curves of the dia­phragm,
sho­wing so beau­ti­ful­ly on thy tor­so.

To take me to life again.

To eschew tur­ning back
too ear­ly
in the hor­ror of the inver­ted womb of the tun­nel.

For, if thou freest me not, whe­re­fore the Sun,
whe­re­fore thine harp
in the most ele­va­ted of the houses of the Lord,
before beasts silen­ced and uni­verse petri­fied ?

Thou sin­gest to them, Orpheus.
And that is seem­ly.

Bad blood, howe­ver, cor­ro­deth my body,
Persephone her­self made me a bed beneath her throne.
All for thy sake.
For she kno­weth that thou shalt come. Even twice.

She kno­weth that thou shalt not
stand over the shell asleep
when Charon rows me to the door.

                                 “And what did­st thou do in Summer?”
                                 ter­mites that suck the mar­row of our pas­sions shall ask thee.
                                 “I sang.”
                                 “So, dance now!”

If thou would­st only
not turn back,
Orpheus !
If only thine æsthe­ti­cal curio­si­ty,
stron­ger even
than thy year­ning for me, would not force thee into diso­be­dience,
unpar­do­nable to chil­dren of Light.

But who hath the right
to obli­te­rate the legend
of those who are yet to come
in our stead ?

 

 

 

L'Amour d'Eurydice

 

Comme Narcisse, tu es fils des Muses.
Et pour elles tu chantes.
La Peste, pour­tant, tour­mente la cité,
comme aus­si  à Oran.

Ce ne sera pas long et il fau­dra
que je suive Lenore,
qu’on m’a envoyée dans un tour­billon de lucioles,
dra­pée dans un man­teau d'obscurité.

La seule chose que je doive attendre
c’est que l’enchaînement inévi­table des des­tins
t’engendre, Orphée.
Pour me rache­ter par un miracle angé­lique de sons,
pro­duits à la join­ture de tes doigts,
dans le repli de ton pha­rynx,
dans les courbes de ton dia­phragme,
si visi­ble­ment belles sur ton torse.

Pour me rame­ner à la vie.

Pour évi­ter le retour
trop tôt
dans l’horreur
du ventre inverse du tun­nel.

Car, si tu ne me libères pas, à quoi bon le Soleil,
à quoi bon ta harpe
au plus haut des mai­sons du Seigneur,
avant le silence des bêtes et l’univers pétri­fié ?

Tu chan­tais pour eux, Orphée.
et cela est bon.

Le mau­vais sang, tou­te­fois, cor­rom­pait mon corps,
Perséphone elle-même me dres­sa un lit près de son trône.
Tout par amour pour toi.
Car elle savait que tu vien­drais. Même deux fois.

Elle savait que tu ne sui­vrais pas
mon écorce endor­mie
quand Charon me méne­rait en barque vers la porte.

                                        « Et que fai­siez-vous au temps chaud ? »
                                        te deman­de­ront les ter­mites qui sucent la moelle de nos pas­sions.
                                        « Je chan­tais. »
                                        « Eh bien, dan­sez main­te­nant ! »

Si tu vou­lais bien seule­ment
ne pas te retour­ner,
Orphée !
Si seule­ment ta curio­si­té esthé­tique,
plus forte même
que ton désir ardent pour moi,
ne te pous­sait pas à déso­béir,
deve­nant impar­don­nable pour les  enfants de la Lumière.

Mais qui a le droit
d’effacer la légende
de ceux qui doivent encore venir
à notre place ?

 

 

First publi­shed in Serbian as “Ljubav Eurydicæ, Eurydicæ”
in Delo lite­ra­ry jour­nal, Belgrade, 1991,
First publi­shed in English in Locutio Magazine, Maribor,
at http://​www​.locu​tio​.si/​a​v​t​o​r​j​i​.​p​h​p​?​I​D​=​8​3​3​&​c​l​a​n​e​k​=​1​340, 2010
reprint in Mosaici Biennial Journal, University of St Andrews, 2011

 

Traduction Maryline Bertoncini
 

X