> Haïku par-dessus tête II

Haïku par-dessus tête II

Par |2018-08-17T11:48:23+00:00 22 juin 2014|Catégories : Blog|

 

 

dodus copeaux vrillés du

tronc d’aubier blanc

par ma main d’acier si cru

 

 

 

 

il ne faut qu’un ceri­sier

en fleurs la nuit pour

que jadis aille à demain

 

 

 

 

gavé de gazon bleu vert

ton petit moteur

ton­dant rageur rugi­ra

 

 

 

 

à la glu des pavots tu

cloues ton jour bour­don

hochet de colin-maillard

 

 

 

 

l’œil clos du cra­paud du soir

le par­paing d’été

pierre et chair oubliées

 

 

 

 

magno­lia nu en fleur

ou cygne assou­pi

ta chair sans sou­ci d’abîme

 

 

 

 

à midi qui t’éblouit

ne dure que la trille

du geai chas­sant quelle mouche ?

 

 

 

 

flo­cons cendres ou fanes

immense ani­mal

au cœur bat­tant feu ardent

 

 

 

 

pon­cé de soleil le gong

cloue au mur son œil

trop-plein repu de rien

 

 

 

 

plein champ l’aiguille d’épi

contre­coup des houles

fléau dia­pa­son des blés

 

 

 

 

en deux jours le pavot

a vécu plus que la main

vivra qui le cueille

 

 

 

 

tisons chuin­tants cra­quants

sous le roc du four

où dort le pain pour demain

 

 

 

 

glas du cri­quet du maquis,

lan­terne des morts.

Ô feu fidèle à midi !

 

 

 

 

le ramier gris en boule

s’ébroue de pluie –

salue pas­sant ce cœur bat­tant

 

 

 

 

qui nie qu’au bruit du poème

le tu l’insu l’ouï

éven­tés piaillent nuls ?

 

 

 

 

vous calices d’orchidée

sur­plus capi­teux

des papillons vos pos­tiches

 

 

 

 

cou­su de mouches que rien

jamais n’a gavées

l’étron se croit immor­tel

 

 

 

 

au res­sac les galets lisses

rin­cés de soleil

s’essorent en noir our­let

 

 

 

 

luit le vélin des naseaux

du chiot tâtant

le pis la panse ou la peau

 

 

 

 

pois­seux du gou­dron où saigne

aus­si la résine :

le haut poteau télé­phone

 

 

 

 

par coups secs le palan cogne

au bois veuf du mât

sif­flet potence des vents

 

 

 

 

dans les nids où le varech

recra­ché crou­pit

s’incruste tout sel d’abîme

 

 

 

 

dards héris­sés des our­sins –

lave l’écume vos

chairs d’assez de sel recrues

 

 

 

Turner

 

morne torche exté­nuée

ombi­lic bleu blême

seul mau­so­lée ma ténèbre

 

 

 

 

 

par le lit du père où tu

dors de père en père

passe le souffle ligneux

 

 

 

 

 

nuit cra­va­chée de foudres

lâcha ces pétales

du désastre tison­nés

 

 

 

 

au fil du chant l’archet livre

sa prise cabrée

ma main nue au chœur nom­breux

X