> Incarnat/​Incarnadine (extraits)

Incarnat/​Incarnadine (extraits)

Par | 2018-04-22T10:55:27+00:00 2 septembre 2017|Catégories : Blog|

tra­duc­tion : Bernard Turle

 

 

             Hiver

 

 

Couché sur des cous­sins car­min,
le rose saigne en or

 

et le rouge coule dans nos coeurs.

Des bandes de cuir marquent le temps,

 

calibrent les heures

à l’aune de zones,

 

igno­rant la gram­maire
por­teuse de sens.

 

Seuls d’épisodiques ouafs et ron­fle­ments
de deux chiens au loin

 

 

par une nuit très froide
dis­sipent une brume irré­so­lue.

 

 

Les pousses neuves attendent neuve
cha­leur – pour croître, mûrir.

 

 

Un vieux fau­teuil en rotin détient
la poé­sie du repos — texte

 

 

tres­sé rivant le confort sur place.
Mais c’est l’impatience du désir

 

 

qui bloque les réso­lu­tions.
Lourde, cris­tal­line, vapo­reuse,

 

 

Fendue rouge par les langues natales —

l’haleine de l’hiver est rose.



 



         Winter

 



Couched on crim­son cushions,
pink bleeds gold

 

and red spills into one’s heart.
Broad lea­ther keeps time,



cali­bra­ting dif­ferent hours
in dif­ferent zones



una­ware of the gram­mar
that makes sense.



Only ran­dom woofs and snores
of two dis­tant dogs



on a very cold night
clears fog that is unre­sol­ved.



New plants wait for new heat —
to grow, to mature.



An old cane recli­ner contains
poe­try for peace — woven

 

text kee­ping com­fort in place.
But it is the impa­tience of want



that keeps equa­tions unsol­ved.
Heavy, trans­lucent, vapo­rous,



split red by mother tongues —
winter’s breath is pink.

 

 

 

            *

 

 

         Gaza

 

Trempés de sang, enfants
    tête explo­sée
avant même d’être for­mée.



Gaze, des bandes de gaze —
    inter­mi­nables mais
pas assez pour étan­cher



tout le sang de Gaza.
    Coule une rivière de sang,
abreu­vant les sables du désert



d’une haine incar­nat.
    Flot de lave sans fin
sur un pays par­che­min-orphe­lin,



bom­bar­dé toutes les cinq minutes
    pour déban­der Gaza du peu
qu’il reste de la bande de Gaza.



Vies infimes souf­flées,
    visages dé-visa­gés, yeux vides —
un nou­vel holo­causte se pour­suit



sans trêve. Le monde gémit
     rouge, pleure
un inces­sant chant de sang.

 

 

 

            Gaza



Soaked in blood, chil­dren,
   their heads blown out
even before they are for­med.



Gauze, gauze, more gauze —
  inter­mi­nable lengths
not long enough to soak



all the blood in Gaza.
  A river of blood flo­wing,
floo­ding the desert sands



with incar­na­dine hate.
  An end­less lava stream
on a par­ched-orpha­ned land,



bom­bed eve­ry five minutes
  to strip Gaza of wha­te­ver
is left of the Gaza strip.



Tiny lives snuf­fed out,
  faces defa­ced, eyes vacant —
a new holo­caust conti­nues



una­ba­ted. The world weeps
  red, mour­ning
an uncea­sing blood-song.

 

 

 

            *

 

 

      Le banyan

 

Quand les secrets de l’hiver
fondent



au soleil
incar­nat,



ce qui sourd
est élec­trique —



les notes com­posent
des gammes incon­nues,



la syn­taxe altère
les langues,



la terre cuite fond
blanche,



le banyan s’enrubanne
d’armatures



ses branches-racines
se cabrent, rejoignent



le sol en ronde.
Des par­cours



brillant
sous l’étoffe



portent des
alpha­bets



à la plume d’un
cal­li­graphe,



ita­liques
d’encre invi­sible,



lettres jamais
pos­tées,

 

carte du car­to­graphe
inex­plo­rée —

 

les mots ondulent,
les voiles aus­si.







    Banyan

 

As win­ter secrets
   melt



with the purple
   sun,



what is revea­led
  is elec­tric —



notes tune
   unk­nown scales,



syn­tax alters
   tongues,



ter­ra­cot­ta melts
   white,



banyan rib­bons
   into arma­tures



as branch-roots
   twist, mee­ting



soil in a circle.
  Circuits



gla­zed
   under cloth



car­ry
   alpha­bets



for a calligrapher’s
  nib

 

ita­li­ci­sed
   in invi­sible ink,



let­ters never
   pos­ted,



cartographer’s
   map, unchar­ted —



as phrases fold
   so do veils.

 

 

 

                *

 

 

 

        Tessons d’une dispute

 

Nous écou­tons tan­dis qu’une pelle ramasse
les tes­sons d’une dis­pute.
 — Vern Rutsala



Depuis des années tous les soirs, j’entends des voix à côté,
à tra­vers la cloi­son, le coeur



des cris cré­pi­tant comme une vieille
aiguille sur un 78 tours rayé,



enrayé. Tous les soirs, ça revient, plus âpre
chaque fois. A minuit, le rituel reprend :



les pre­miers échanges à peine audibles,
puis monte le niveau de déci­bels, haut pla­teau de sons assour­dis,



avant de s’envoler sou­dain dans l’air
cris­tal­lin d’éclats codés, une mon­tée raide, démente et puis



des verres bri­sés font tout voler en éclats,
et le sopra­no de l’angoisse sur­prend un merle bleu dans



son nid dehors, sur le rebord en terre cuite
de mon antre. Tous les matins quand le pour­tour du soleil



déblaie le toit du voi­sin, je balaie,
essaie d’extirper des peluches sous les portes.



Elles aiment s’agglutiner en bou­lettes soyeuses,
iso­lant les fis­sures entre les logis adja­cents, la cloi­son

 

qui à la fois sépare et unit, comme la haie de
pous­sières pelo­ton­nées de peur d’être balayées.







       Scattered pieces of a quarrel

 

We lis­ten while a dust­pan eats
the scat­te­red pieces of a quar­rel.
 — vern rut­sa­la



Every night, for many years now I hear voices next door
through the thin of the wall, eve­ry core



of the cra­ck­ling scream, like an old
sty­lus needle on a scrat­ched gra­mo­phone record,



stuck. Every night it hap­pens, shriller and fier­cer
eve­ry night. At mid­night, the ritual starts over :



the first conver­sa­tions bare­ly audible,
then the deci­bel levels, a pla­teau of mai­med muffles



before taking off shar­ply, into the crys­tal
air of coded cries, on a steep deli­rious climb until



brea­king glass-ware scat­ter smi­the­reens
as the sopra­no of anguish startles a blue­bird in



the nest out­side, on the ter­ra­cot­ta ledge
of my alcove. Every mor­ning when the sun’s edge



clears the neighbour’s roof, I sweep the apart­ment floor
trying to extri­cate rolls of dust from under the doors.



They some­how seem to huddle in fluf­fy balls
insu­la­ting the cre­vices bet­ween adja­cent flats, the same wall



that simul­ta­neous­ly sepa­rates and shares, just like the array
of dust coils clin­ging toge­ther, in fear of being swept away.

 

 

               *

 

 

          Question

 

 

Ton odeur cor­po­relle
   et de longs che­veux



embras­sés la nuit,
   gisant sur mon oreiller —



des bou­tons cas­sés de cor­sage
   sur mon drap —



un cil soli­taire,
   indif­fé­rent,



recour­bé, point
   d’interrogation, aban­don­né —

 

Sables mou­vants,
   traîtres miroirs du temps —

 

 

mes réponses logent

    dans tes ponc­tua­tions.




      Question

 

Your body scent
  and strands of long



night-kis­sed hair
   left on my pillow —



bro­ken blouse-but­tons
   on my bed-sheet —



a disen­ga­ged
  lone eye­lash



cur­ved, left behind
   as a ques­tion mark —



Reflecting quick­sand,
   mir­rors of time —



my ans­wers live
  in your punc­tua­tions.

 

 

 

Le recueil bilingue anglais-fran­çais Incarnat/​Incarnadine de Sudeep Sen est dis­po­nible sur wem​.free​.fr/​t​a​r​t​u​g​a​@​w​a​n​a​d​o​o​.fr et sur Priceminister.

L’enregistrement des Rencontres poé­tiques de Carnoules 2017, orga­ni­sées par Bernard Turle et aux­quelles a par­ti­ci­pé Sudeep Sen, est visible sur www​.vartv​.fr/​v​i​d​e​o​/​v​i​d​e​o​B​y​I​d​/​1​136