> INSTANTS PRECIEUX

INSTANTS PRECIEUX

Par |2018-08-14T19:25:38+00:00 17 janvier 2015|Catégories : Blog|

 

Je viens de m’en sou­ve­nir et aus­si­tôt cela fait mal : la façon dont l’aiguille du tourne-disque se posait sur le vinyl, s’y pro­me­nait long­temps puis gei­gnait une fois arri­vée à son extré­mi­té. Ce pavillon n’est plus que pous­sière depuis des lustres, il n’en reste pas une brique, mais la façon dont grin­çait la porte, dont la chambre était des jours entiers impré­gnée de son par­fum et dont la musique telle un rayon de soleil tom­bait sur notre res­pi­ra­tion, je ne puis l’oublier ni ne le vou­drais, jamais ! où se trou­vait la table, com­ment le rideau fré­mis­sait, com­ment sa paume s’inscrivait dans mon épaule et com­bien le réveil était trau­ma­tique. Car le rêve était notre patrie. Cela est encore en vie, cela encore existe : les murs blancs, décré­pis, les ciga­rettes tom­bées sur le sol et la blouse rouge sur le tas de livres, et puis son cri, son rire conta­gieux au son duquel écla­taient les miroirs. Cette aiguille qui jusqu’à la folie navigue sur le disque et ces fenêtres depuis long­temps bran­lantes, bri­sées, tout cela m’assaille, après tant d’années. Comment oublier ses doigts qui épient et m’invitent sous la couette. C’était il y a long­temps et cela dure encore. Dans mon sou­ve­nir.

 

Traduit du serbe par Boris Lazić

X