> ISULE /​ ÎLES

ISULE /​ ÎLES

Par | 2018-02-22T02:22:19+00:00 23 mars 2014|Catégories : Blog|

 

Isule 1

Piaghe
in e strine di e labbre
è u calore sali­tu di e mani
Scogliu rosu
avvin­tu da l'allusingu
Terra radi­ca muta
Isula da a parol­la spac­ca­ta
niga­ta in la so agu­nia splen­du­rente.

 

Îles 1

Plaies
dans les ger­çures des lèvres
et la cha­leur salée des mains
Rocher usé
cer­né d’illusion
Terre racine muette
Île de la parole fen­due
niée dans sa superbe ago­nie.

 

 

Isule 2

Ammanita
l'acque libere s'incontranu
in a ter­ra è sol­ca­nu
i mon­di à ghjace
in a freb­ba di i secre­ti
Da raco­glie sara­nu frut­ti è sale
in u libru di i  spu­sa­li­zii.

 

Îles 2

Prête
elle libère les eaux qui se ren­contrent
dans la terre et sillonnent
les mondes en gésines
dans la fièvre des secrets
Reste à recueillir les fruits et le sel
dans le livre des épou­sailles. 

 

 

 

Isule 3

Battenu l'ale
in i grom­bu­li di u schiz­zu l'isule
inven­ta­nu ghjo­chi
cum'è l'acelli  è mugh­ja­nu
I s'arubba u vio­tu
com­plice di u mare
Pozzu per tan­ti nau­fra­gi.

 

Îles 3

Elles battent des ailes
par­mi les éclats d’embrun les îles
inventent des jeux
comme les oiseaux et crient
Le vide les ravit
com­plice de la mer
Puits de tant de nau­frages.

 

 

 

Isula 4

Luntana
u tem­pu sun­nia­tu
l'infinita luce cù a pagna oscu­ri­tà
Feroce chì t'innamori di l'albe in lu to senu
fiume dopu à fiume.
Tessi l'esilii duve s'arriposa u to ricor­du
U sen­ti u fred­du di l'azurru
duv ella  hà trib­bia­tu a to ghjente
da e piaghje à e cime ?
Isula anu­da­ta à u mo rim­pro­ve­ru.

 

Îles 4

Lointaine
le temps rêvé
l’infinie lumière avec le noir épais
Féroce jusqu’à aimer les aubes en ton sein
fleuve après fleuve.
Tu tresses les exils là où dort ta mémoire
Le sens-tu le froid de l’azur
où ton peuple a tri­mé
des plaines aux som­mets ?
Île à mon res­sen­ti­ment liée.

 

 


Isule 5

Isule unite
i vos­tri mugh­ji sot­tu à i ven­ti
Chjamate  fan­ta­sime di schju­ma
i bat­tel­li per­si
è e spe­lonche arra­di­cate
à l'abissu fis­su è neru !
Isule assal­ti
di tan­ti des­ti­ni pisate in le vele
u can­tu sali­tu di e donne !
Vultate cù l'omi chì por­ta­nu
in core a luce imbria­ca di u mare !
Isule ghja­ci­li
di muschi pol­ve­ra d'azurru
site u cumen­ciu
di tut­ti i mezior­ni
scial­ba­ti in la mente.

 

Îles 5

Îles unies
Vos cla­meurs sous les vents…
Appelez fan­tasmes d’écume
les bateaux per­dus
et les parois arri­mées
à l’abysse aveugle et raide
Îles assauts
de tant de des­tins his­sez dans les voiles
le chant salé des femmes
Revenez avec les hommes qui portent
dans le cœur la lumière ivre de mer
Îles refuges
d’arômes poudre d’azur
vous êtes pre­mières
par­mi les midis
qui tapissent la mémoire

 

 

 

Isule 6

Gorgona
per­fi­da ingor­da
in e rete di a rena
ros­sa dis­san­gui­na­ta
U cer­chi u to silen­ziu
in a cus­cen­za di a petra
tes­ti­mone di l'infernu infe­con­du
Voca ora­mai u to cor­pu 
avvol­tu in l'alighe morte
scun­su­la­tu.

 

Îles 6

Gorgone
avide et per­fide
dans les filets du sable
rouge exsangue
Tu cherches ton silence
dans la conscience de la pierre
témoin de l’enfer infé­cond
Vogue désor­mais ton corps
rou­lé dans l’algue morte
incon­so­lé.

 

tra­duc­tion Alain Di Meglio

Sommaires