Alain Santacreu, La pensée du poème

2018-02-01T16:01:06+01:00

 

Le poème dévoile l’ontologie du secret :
l’écriture vraie n’est pas oubli de la présence
mais réelle présence.
L’écriture déviée
est dev­enue l’être de la technique.
La méta­physique de la parole est le men­songe du lyrisme.
Parce que le coeur se présente blessé
il n’est pas seule­ment vox mais aus­si scrip­tura
L’écriture sacrée trans­mute la parole plombagine.
Dans la pen­sée du poème, la parole et l’écriture se fondent
dans le silence.
Aleph infi­ni,  ter­ri­ble feu de l’esprit
Beth mis­éri­cordieux, qui nous pro­tège de l’abîme 
Guimel, le lieu du ren­verse­ment décisif 
Daleth, l’épée qui per­met  de tra­vers­er le fleuve de feu
, la courbe con­cave et con­vexe de l’amour
Vav, la rela­tion créa­trice qui procède par le Fils
Zaïn, l’arme héroïque du refus
Het, le jardin clos de la com­pas­sion du Père 
Tet, l’ouverture prin­cière du crâne fendu par la bon­té de Dieu
Yod, la gloire de la main trouée de lumière 
Khaf, l’obéissante cam­brure de la coupe élevée
Lamed, la mon­tée de l’élision pure de la chair 
Mem, la ques­tion qui nous donne vie
Nun, la vive flamme de l’eau vive 
Samech, l’abri men­songer de la femelle 
Ayin, l’équilibre rebelle du vide 
Pé, le souf­fle du bais­er de l’intime sonore 
Tsadé, la clef de voûte du château intérieur 
Qof, le troisième œil de la sainte aiguille 
Resch, la trame cos­mique de l’amour
Shin, l’orée ver­doy­ante du Verbe incarné 
Tav, l’ancrage du Nom crucifié

 

Présentation de l’auteur

Alain Santacreu

La quête d’Alain San­tacreu se joue depuis des années autour d’un mot : con­tre­lit­téra­ture. Dans une post­face remar­quable à un recueil de ses essais, Au cœur de la talvera, Matthieu Bau­mi­er a dit de lui : « Le sait-il seule­ment ? Alain San­tacreu est un poète. Je le sais bien moi qui ai recon­nu la poésie en l’écriture née du dedans de lui » ; et, plus loin, il ajoute : « Alors, si l’écriture vis­i­ble de San­tacreu s’exprime apparem­ment en forme d’essai, l’état d’esprit qui ani­me mots et let­tres tracés est cepen­dant celui de la poésie. » La con­tre­lit­téra­ture est une poé­tique, cela est si pro­fondé­ment vrai que la démarche sin­gulière d’Alain San­tacreu a par­fois recours au poème… 

À lire : Alain San­tacreu, Au cœur de la talvera,  (post­face de Matthieu Bau­mi­er), Arma Artis, 2010.

Site de l’auteur : contrelitterature.com

Alain Santacreu

Autres lec­tures

Aller en haut