Alain Santacreu, Le Saint Sénaire

2018-02-01T16:14:28+01:00

 

Den­telles aux fenêtres de l’âme ses jambes
S’ouvriront à l’orée du désir le linceul
Vert de la nuit tombera alors sur la terre
Ver­tiges de nos mains ron­des de ses épaules

Qui dira où ira l’énergie du désir
Infi­ni le cœur cher du saint sénaire
Qui ten­tera encor l’amour chevaleresque

S’ouvriront tous les jours de son corps l’aura jaune
D’un soleil sur la hanche sablée d’une dune
Les trous de lumière l’azur des tam-tams quand
En plein cœur de nos fronts l’éclair aura jailli

Qui dira où ira l’énergie du désir
Infi­ni le cœur cher du saint sénaire
Qui ten­tera encor l’amour chevaleresque

S’ombragera l’oiseau par tra­jec­toire d’ailes
Sur sa peau noire nigra sum sed formosa
Quand jeûn­era la chair quand l’esprit mangera
L’âme l’âme dev­enue désir désiré

 

 

« Le Saint Sénaire » est paru dans le numéro 19 de la revue POÉSIE Directe.

 

Présentation de l’auteur

Alain Santacreu

La quête d’Alain San­tacreu se joue depuis des années autour d’un mot : con­tre­lit­téra­ture. Dans une post­face remar­quable à un recueil de ses essais, Au cœur de la talvera, Matthieu Bau­mi­er a dit de lui : « Le sait-il seule­ment ? Alain San­tacreu est un poète. Je le sais bien moi qui ai recon­nu la poésie en l’écriture née du dedans de lui » ; et, plus loin, il ajoute : « Alors, si l’écriture vis­i­ble de San­tacreu s’exprime apparem­ment en forme d’essai, l’état d’esprit qui ani­me mots et let­tres tracés est cepen­dant celui de la poésie. » La con­tre­lit­téra­ture est une poé­tique, cela est si pro­fondé­ment vrai que la démarche sin­gulière d’Alain San­tacreu a par­fois recours au poème… 

À lire : Alain San­tacreu, Au cœur de la talvera,  (post­face de Matthieu Bau­mi­er), Arma Artis, 2010.

Site de l’auteur : contrelitterature.com

Alain Santacreu

Autres lec­tures

Aller en haut