Alain Santacreu, Poièma et Plasma

2018-02-01T16:08:30+01:00

 

Nous demeu­rons en acédie
depuis la sor­tie du ven­tre jusqu’à l’entrée
en terre ou en ciel.
Entre, c’est la durée
le temps de la néga­tion que les hommes appel­lent la vie.
Nos cœurs, unis dans leur exis­tence première
quand ils con­tem­plaient ensem­ble la lumière incrée
sont devenus soli­taires et endurcis.
L’acédie est la satiété qui provoque le désir
La sor­tie de la contemplation 
La ciné­tique du spectacle. 
Poiein est la créa­tion dont le principe est poiè­ma
Plas­sein, le mod­e­lage dont le principe est plas­ma.
Le poème n’est pas façonnable.
Il ne faudrait écrire que devant le regard de Dieu
d’une main nuptiale
le corps retourné
dans l’écoute suprême de Son Nom
écrire en creux
jusqu’au cœur du cœur où le souf­fle des­sine le silence.
Un poème est tou­jours un corps don­né à entendre
En réso­nance avec le Corps du Christ.

Présentation de l’auteur

Alain Santacreu

La quête d’Alain San­tacreu se joue depuis des années autour d’un mot : con­tre­lit­téra­ture. Dans une post­face remar­quable à un recueil de ses essais, Au cœur de la talvera, Matthieu Bau­mi­er a dit de lui : « Le sait-il seule­ment ? Alain San­tacreu est un poète. Je le sais bien moi qui ai recon­nu la poésie en l’écriture née du dedans de lui » ; et, plus loin, il ajoute : « Alors, si l’écriture vis­i­ble de San­tacreu s’exprime apparem­ment en forme d’essai, l’état d’esprit qui ani­me mots et let­tres tracés est cepen­dant celui de la poésie. » La con­tre­lit­téra­ture est une poé­tique, cela est si pro­fondé­ment vrai que la démarche sin­gulière d’Alain San­tacreu a par­fois recours au poème… 

À lire : Alain San­tacreu, Au cœur de la talvera,  (post­face de Matthieu Bau­mi­er), Arma Artis, 2010.

Site de l’auteur : contrelitterature.com

Alain Santacreu

Autres lec­tures

Aller en haut